pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact socio-économique des programmes économiques du gouvernement de la République Démocratique du Congo de 1997 à  2008


par Willy ILUNGA TSHIBANGU
Université Libre de Kinshasa - Licence en économie de développement 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

    UNIVERSITE LIBRE DE KINSHASA

    FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

     L'IMPACT SOCIO-ECONOMIQUE DES PROGRAMMES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO DE 1997 A 2008, STRATEGIES D'AVENIR. 

    par 

    Willy ILUNGA TSHIBANGU

    Mémoire présenté pour l'obtention

    du titre de Licencié en sciences économiques

    Option : Economie de Développement

    -Sous la direction du Professeur

    M. NZANDA-BUANA Kalemba

    - Rapporteur : Assistante

    Rachel MASAMU Landu

    Année Académique 2008-2009

    DEDICACE

    Je dédie ce travail à ma défunte fille Nice Mukanya Tshibangu,

    décédée en septembre 2006 à l'age de 17 ans ;

    Elle qui n'avait jamais cessé de me demander de rentrer à l'université

    car elle voulait avoir un papa licencié.

    AVANT-PROPOS

    A l'issue de ce cycle de licence en Economie de Développement, nous nous faisons un agréable devoir de remercier de tout coeur tous ceux qui ont contribué de quelle manière que ce soit à nos études.

    Notre reconnaissance s'adresse en premier à Dieu Tout Puissant qui par sa miséricorde et sa bonté a permis que nous puissions arriver au terme de nos études.

    Nous resterons obligé vis-à-vis de l'Université Libre de Kinshasa (ULK), qui malgré les multiples difficultés et l'environnement combien difficile, n'a ménagé aucun effort afin de nous dispenser un enseignement de qualité. A travers cette institution nous disons grand merci aux autorités académiques et à tous nos professeurs, chefs de travaux et assistants.

    Nous tenons particulièrement à remercier, à tout seigneur tout honneur, le professeur Mathias Nzanda-Buana Kalemba, qui, en dépit de ses multiples occupations, a bien accepté de diriger notre présent mémoire de mains de maître, ses remarquables suggestions nous ont largement inspiré. Qu'il daigne trouver ici l'expression de notre profonde gratitude. Nous n'oublions pas l'assistante Rachel Masamu Landu, pour son suivi et son soutien moral en tant que rapporteur.

    Nous serons ingrat si nous passions sous silence l'aide précieuse que nous a apportée le professeur Kabeya Tshikuku que nous avons consulté pendant la rédaction de notre travail, et qui n'a pas hésité un seul instant à partager avec nous les préoccupations qu'on avait sur tel ou tel problème en rapport avec notre étude, en nous donnant des sages conseils et en étant toujours disponible, qu'il trouve ici l'expression de nos sincères remerciements et de notre reconnaissance. Notre gratitude va aussi à l'endroit du chef des travaux Joseph Lungwangu qui nous a fait profiter de sa documentation lors de la récolte des données.

    Notre reconnaissance s'adresse également à toute notre famille, en particulier à notre chère et bien aimée épouse, Cathy Kabedi Kalenda et nos précieux enfants Christian Ilunga, Jonathan Kalenda, Roland Tshibangu et Dan Mubenga, qui ont consenti des sacrifices énormes pour l'accomplissement de nos études, ce travail est le fruit de leur amour et de leur abnégation, qu'ils en soient tous honorés. Comment oublier nos compagnons de vie de tous les jours, notre jeune soeur Natacha Manyonga, notre belle soeur Laetitia Kapinga, notre neveu Théo Ilunga, notre beau frère Pitchou Kamunga et son ami Georges Mongo ; nous les remercions tous pour l'amour et le soutien nous témoigné. Que notre ami d'enfance Simon Yamba Yamba accepte nos remerciements pour tous les encouragements et encadrement qu'ont a bénéficié de sa part

    Nous remercions également nos amis de deuxième licence de la faculté de l'économie et de gestion, spécialement nos 9 collègues de promotion, avec qui nous formons la première promotion de l'économie de développement de l'ULK, pour l'esprit de solidarité et de tolérance qu'ils ont toujours témoigné à notre endroit ; ces pionniers sont : Alphonsine Kapinga, Armand Kwankata, Béthuel Paluku, Claude Nzeza, Esther Mbiyatta, Eugène Muwondo, Jérôme Liongo, Robert Kayembe et Séraphin Kazadi.

    Que tous ceux qui de loin ou de près nous ont apporté un soutien moral, matériel ou financier, acceptent aussi nos remerciements

    Willy ILUNGA TSHIBANGU

    INTRODUCTION GENERALE

    1. PROBLEMATIQUE

    Considérée comme scandale économique, la République Démocratique du Congo (RDC), l'un des pays les plus potentiellement riches au monde en ressources naturelles diverses, occupant une position géopolitique stratégique en Afrique, et ayant une population jeune et vigoureuse, n'a pas su profiter de son extraordinaire potentiel ;

    Près d'un demi siècle après son accession à l'indépendance, elle se débat dans un marasme économique inexplicable. Et même la grande euphorie et l'immense espoir suscités par les élections présidentielles, législatives et locales de 2006 semblent donner place à un désespoir qui s'apparente à une descente aux enfers au point que l'on est amené quelques fois à soutenir que le Congolais moyen vivait mieux du temps de la colonisation et même durant la deuxième République de MOBUTU ; et qu'aujourd'hui il serait devenu plus pauvre qu'il ne l'était il y a trois décennies.

    « Quelles que soient les nuances que l'ingéniosité de l'économiste puisse introduire dans l'interprétation statistique, aucune analyse ne peut faire fi du paradoxe le plus frappant du continent ; pays le plus potentiellement riche d'Afrique, le Congo possède, en effet, une économie parmi les moins performantes du continent »écrit M. Nzanda-Buana K.((*)1)

    L'économie congolaise est devenue une économie de survie repliée sur des activités de subsistance, des activités informelles. Malgré un taux de croissance positif depuis 2001, l'inflation est remontée à plus de 26% à fin 2008, le taux de change ne fait que se déprécier et le Congo était classé parmi les pays à l'IDH (indice du développement humain) faible, (0,391) suivant les statistiques de la Banque Mondiale pour l'année 2007.((*)2)

    Les esprits sensés ne peuvent que s'émouvoir devant un tel désastre au point que d'aucuns n'hésitent à considérer le Congo comme un pays maudit.

    Et pourtant les différents gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays ont élaboré une multitude des programmes, des plans et des nombreuses mesures institutionnelles, qui pour la plupart ont connu un triste sort d'échec.

    Nous voudrions donc dans ce travail analyser quelques programmes et plans lancés par le Gouvernement congolais depuis 1997 jusqu'à ce jour pour juger de leurs résultats. Il s'agit entre autres de

    · Programme triennal économique et social (1997 à 1999)

    · PIR (le programme intérimaire renforcé) (2001 à 2002)

    · PEG (le programme économique du Gouvernement) (2002 à 2005),

    · PMURR (le programme multisectoriel d'urgence pour la réhabilitation et la reconstruction) (2002 à 2005);

    · PRC (le Programme Relais de Consolidation) (Avril 2006 à décembre 2006)

    · Document des stratégies de réduction de la pauvreté (DSRP et DSCRP final);

    Tous ces programmes visaient la relance et/ou le maintien de la croissance économique, fort malheureusement jusqu'à ce jour, l'économie congolaise a connu globalement, au-delà des fluctuations conjoncturelles, un déclin prolongé du PIB réel et une dégradation continue de la situation sociale de sa population.

    Mabi Mulumba, alors Président de la Cour des comptes de la RD Congo, a retracé les programmes économiques exécutés par le Gouvernement congolais avec ou sans appui financier des Institutions de Bretton Woods de 2001 à 2006 en soulignant que de 1990 à 2000 le Congo était sous embargo financier donc en cessation de coopération structurelle avec les institutions de Bretton Woods, suite entre autre à l'importance de son endettement extérieur évalué à plus ou moins 14 milliards de dollars US et à la cessation des paiements du service de la dette.(1(*))

    Il a poursuivi que cette coopération a repris à la suite de l'exécution plus que satisfaisante du « Programme Intérimaire Renforcé (PIR) de juin 2001 à mars 2002. Ce programme sera suivi par le « Programme Economique du Gouvernement (PEG) », programme triennal soutenu par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC) approuvé par le Conseil d'Administration du FMI le 12 juin 2002.

    Tshiunza Mbiye((*)4) quant à lui souligne le risque d'accroissement du service de la dette consécutif au nouvel accord de coopération signé en 2007 entre la République Démocratique du Congo et les entreprises Chinoises, alors que l'une des exigences des Institutions de Bretton Woods en vue de permettre au gouvernement congolais d'atteindre le point d'achèvement consiste à ne pas alourdir l'endettement extérieur pendant l'exécution du Document de stratégies de Croissance et de la Réduction de la Pauvreté (DSCRP) et de l'initiative Pays Pauvre Très Endetté (PPTE) au risque de replacer le pays dans la situation de surendettement et compromettre ses chances de croissance et de réduction de la pauvreté.

    Au regard de ce qui précède, nous pouvons nous poser la principale interrogation suivante :

    · Quel est l'impact socio-économique de ces programmes économiques que le gouvernement congolais applique de 1997 à ce jour ?

    A cela nous pouvons ajouter les autres questions secondaires ci-après :

    · A quoi tient la récurrence des échecs apparents au Congo en matière de stabilisation macroéconomique autrement dit à quoi serait dû l'échec dans l'exécution des programmes économiques du gouvernement congolais durant la période sous étude ?

    · que nous révèle l'analyse des programmes exécutés par le gouvernement de la République Démocratique du Congo durant la période allant de 1997 à 2008 sous les aspects suivants : objectifs, montants affectés, bilans et impacts socio-économiques?

    · Pourquoi certains indicateurs économiques sont restés au rouge, pourquoi la croissance du produit intérieur brut ne s'est pas accompagnée d'une amélioration du niveau de vie de la population congolaise ; pourquoi l'exécution des programmes s'est accompagnée d'une amplification des pillages des ressources naturelles de la République Démocratique du Congo ; pourquoi le taux d'inflation qui avait baissé à un certain moment est remonté par la suite ; pourquoi l'autorité monétaire du pays n'a pas recouru à la politique de taux d'intérêt et de taux de change pour stabiliser le cadre macroéconomique dont la stabilité est indispensable pour l'exécution réussie des programmes économiques ; pourquoi l'Accord signé par le Congo avec la Chine inquiète les experts du FMI ; etc.?

    Notre problème consiste dès lors dans le constat d'inefficacité apparente des programmes économiques appliqués dans notre pays.

    2. OBJET DE L'ETUDE

    Un triple objet s'impose à notre étude. Il consiste

    § d'abord à expliquer l'inefficacité apparente des programmes économiques par l'inventaire des différents programmes de relance de croissance économique du pays de 1997 à 2008,

    § ensuite à comparer les résultats obtenus par ces programmes avec les objectifs préalablement arrêtés, et

    § enfin à proposer des solutions d'avenir qui tiennent compte de l'interaction des variables macroéconomiques dans un modèle de croissance et une vision du développement

    3. OBJETIFS POURSUIVIS

    L'objectif principal est dès lors de faire ressortir à partir d'une approche analytique approfondie, l'inefficacité et/ou l'inadaptabilité des différents programmes que le gouvernement de la République Démocratique du Congo a mis en place de 1997 à 2008 et proposer des nouvelles approches et visions qui tiendraient compte des choix rationnels des moyens et des hommes engagés dans le processus de croissance et de développement de notre pays.

    L' objectif spécifique poursuivi est d'éclairer la lanterne des chercheurs et décideurs afin qu'ils sachent que les variables macroéconomiques à incorporer dans un programme économique doivent tenir compte des priorités, des niveaux de vie des populations et des niveaux du produit intérieur brut que l'on aimerait atteindre.

    4. HYPOTHESES DE TRAVAIL

    L'hypothèse étant « une proposition de réponse à la question posée, elle tend à formuler une relation entre les faits significatifs. Même plus ou moins précise, elle aide à sélectionner les faits observés»(2(*))

    Pour notre étude nous formulons les trois hypothèses suivantes :

    1. Les programmes économiques exécutés de 1997 à 2008 sont inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs arrêtés.

    2. En outre ils sont inappropriés par rapport aux structures économiques, culturelles, sociales voire institutionnelles du pays.

    3. La quasi-totalité des programmes du gouvernement de la République Démocratique du Congo ont été conçus sans référence, sans une vision nouvelle de développement intégrée ni à l'Afrique ni à l'empire marchand mondiale.

    5. METHODES ET TECHNIQUES DE RECHERCHE

    Toute démarche scientifique use de manière variable d'un groupe de méthodes de compréhension et d'un autre groupe de méthodes explicatives.(3(*))

    Dans ce mémoire et pour vérifier nos hypothèses, nous allons utiliser principalement les méthodes compréhensives  dont:

    § la méthode structurelle doublée d'une approche systémique afin de bien appréhender l'essentiel de la théorie de développement avant de nous pencher sur le cas des programmes économiques appliqués par la RDC et leur impact socio-économique,

    § les méthodes descriptive et dialectique pour chercher à comprendre la façon dont les programmes économiques ont été élaborés, exécutés, suivis et évalués.

    Ces méthodes seront accompagnées des techniques suivantes

    · La technique documentaire qui consistera en la consultation des ouvrages et autres documents relatifs à notre sujet ;

    · La technique statistique sera utilisée non seulement pour la présentation et la collecte des données, mais également pour l'exploitation et l'interprétation des séries statistiques.

    · La technique d'interview nous permettra d'enregistrer les réponses de certaines personnes que nous avions interviewées ; professeurs, collègues, fonctionnaires et hommes de science.

    · Afin de compléter les informations et les données utiles que nous ne pouvions pas trouver dans les bibliothèques de Kinshasa, nous allons procéder à des consultations à l'Internet.

    6. CHOIX ET INTERET DU SUJET

    Arrivé au terme de notre deuxième cycle d'études universitaires nous avons choisi d'évaluer l'impact socio-économique des programmes économiques exécutés par la République Démocratique du Congo, de 1997 à 2008.

    L'intérêt est double, d'abord passer en revue les différentes théories de développement; et ensuite démontrer l'efficacité ou l'inefficacité des programmes économiques par l'analyse critique des différents programmes de relance de croissance économique du pays de 1997 à 2008 en les comparant aux résultats obtenus par rapport aux objectifs préalablement arrêtés et par rapport aux conditions de vie enregistrées par la population.

    Nous espérons que la présente étude pourrait servir d'outil de réflexion pouvant permettre autres chercheurs et pourquoi pas aux dirigeants du pays et aux institutions économiques d'avoir une autre lecture de la politique économique afin d'ajuster leur politique économique et de définir un processus de développement adéquat que l'on veut appliquer en vue d'un développement durable.

    7. DELIMITATION DE L'ETUDE

    Du point de vue spatial, notre champ d'investigation est la RD Congo.

    Du point de vue temporel, notre période d'examen va de 1997 à 2008. Le choix de cette époque nous est motivé par le souci d'étendre l'espace temporel d'au moins 10 ans afin d'avoir des tendances fiables pouvant nous permettre de faire une analyse significative. Par ailleurs 1997, l'année du début de nos analyses est celle de changement de régime politique, à savoir, le renversement du régime de la IIème République par l'Alliance des Forces Démocratiques et de Libération (AFDL).Enfin la politique économique appliquée depuis cette date jusqu'à ce jour tiendrait-il de la nouvelle impulsion économique menée depuis lors.

    L'année 2008 a été choisie du fait qu'elle est l'année la plus proche de l'achèvement de notre étude et dont nous disposons des données.

    8. CANEVAS DU TRAVAIL

    Le cheminement logique de notre travail, c'est-à-dire, compte tenu de nos objectifs et de nos hypothèses, nous amène à le subdiviser en quatre chapitres comme suit :

    Chapitre I : Considérations générales ; Le chapitre premier nous permet de nous pencher sur les explications des quelques concepts macroéconomiques afin de nous faire une idée plus ou moins précise sur les notions telles que structure et système, macroéconomie, politique économique, la croissance, le développement et tant d'autres concepts que nous allons utiliser au cours de notre travail.

    Chapitre II : Diagnostic sur la situation socio-économique de la RD Congo ; Sous ce point nous allons réviser l'économie congolaise pour pouvoir déterminer ses grandes évolutions. Ce chapitre va donc nous permettre de faire un état des lieux de l'économie congolaise en présentant son aperçu général et en analysant l'évolution économique et sociale du Congo de 1997 à 2008.

    Nous allons ainsi poser les conditions de base pouvant nous permettre de vérifier les trois hypothèses de notre étude

    Chapitre III : Analyse et critique des programmes économiques de la RD Congo  et leur impact socio-économique de 1997 à 2008 ;

    Après avoir fait le diagnostic de l'économie congolaise au chapitre précédent, nous allons au cours de celui-ci analyser les différents programmes économiques que le gouvernement a mis en place durant la période sous étude afin d'évaluer leur incidence dans l'économie congolaise et leur impact sur le bien être de la population.

    Chapitre IV: Nécessité d'un nouveau type de programme économique pour le développement durable et continu du Congo : la stratégie d'avenir

    Nous allons dans ce chapitre, nous pencher sur les solutions d'avenir en cherchant le type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable et continu

    Notons que tous ces quatre chapitres sont encadrés en haut par la présente introduction générale et en aval par une conclusion générale.

    CHAPITRE I. CONSIDERATIONS GENERALES :

    Définitions des concepts et Débats.

    Pour mieux comprendre en profondeur les rouages de l'économie ainsi que les différentes mesures économiques prises par les décideurs d'un Etat, nous allons dans ce premier chapitre nous pencher sur les explications des quelques concepts macroéconomiques afin de nous faire une idée plus ou moins précise sur les notions telles que structure et système, macroéconomie, politique économique, croissance, développement et tant d'autres que nous allons utiliser au cours de notre travail.

    I. MACROECONOMIE

    La macroéconomie est définie comme « une méthode d'analyse économique qui traite en moyenne nationale des opérateurs, agrégats économiques et leurs comportements d'ensemble ainsi que leur fonctionnement sur base nationale (au niveau de l'Etat).»(4(*))

    C'est donc par convention que l'unité de base est au moins égale à l'Etat considéré comme une nation ou bien des organismes internationaux.

    L'une des finalités de l'étude de la macroéconomie est la formation des mesures de politique économique.

    Ainsi on peut dire qu'il existe pour un pays une politique macroéconomique qui consiste à déterminer, sous différents scénarios, la politique économique à mettre en oeuvre pour résoudre un problème ou un ensemble donné de problèmes.

    Il sied de signaler que l'analyse macroéconomique est un lieu privilégié d'affrontements doctrinaux où par exemple les discours classique et néo-classique sont en opposition avec celui de Keynes.

    En effet, alors que pour les économistes classiques l'intervention de l'Etat dans l'économie était subordonnée à des fins purement politiques et à la recherche des moyens à mettre en oeuvre pour garantir la libre concurrence, les différentes crises enregistrées ont montré la nécessite d'une intervention plus large de l'Etat. Cette vision des choses qui s'inscrivait dans le cadre du libéralisme a été remise en cause par le simple fait que les forces du marché ne conduisaient pas nécessairement à un équilibre satisfaisant d'un point de vue collectif. Ainsi l'action de l'Etat était sollicitée dans le but de protéger l'économie en cas de secousses ou d'importantes perturbations ou pour chercher à rétablir les équilibres rompus.(5(*))

    Keynes a préconisé une véritable intervention de l'Etat dans l'économie, intervention qui a consisté à soutenir la demande globale et à lui assujettir l'offre pour juguler la crise déflationniste des années trente.

    II. STRUCTURES ET SYSTEMES ECONOMIQUES

    Selon M. Nzanda-Buana K., « la structure est le principe d'organisation par lequel les parties spécifiques de l'ensemble, au lieu d'être simplement juxtaposées, sont intégrées vers une fin commune par l'exercice des fonctions complémentaires. »(6(*))

    La structure économique poursuit l'auteur précité est donc un ensemble des moyens de production, de distribution et de consommation qui consiste à réaliser des buts multiples. Ce qui est spécifique et caractéristique dans le cas d'une nation ou du monde globalement organisé, c'est la multiplicité des structures et systèmes qui découle de la superposition des formes et de la diversité des formules auxquelles les contacts et les relations donnent lieu alors que le système socio-économique est considéré lui comme un ensemble de structures intégrées entre elles, c'est-à-dire, les structures sont intégrées dans un ensemble supérieur qui est justement le système grâce à la culture, aux règlements et lois de la société concernée.

    L'approche structurelle et celle systémique vont nous servir dans l'étude et l'analyse des mesures économiques et institutionnelles.

    III. LA POLITIQUE ECONOMIQUE

    Nous entendons par politique économique l'ensemble des actions accomplies par l'Etat ou le gouvernement dans le but d'orienter le comportement de l'économie dans un sens jugé préférable pour l'ensemble de la collectivité.(7(*))

    Les objectifs de la politique économique sont parfois résumés en un raccourci : « le bien être » de la majorité de la population.(8(*))

    François Kabuya Kalala et Tshiunza Mbiye (9(*)) écrivent que la politique économique a pour objet les interventions délibérées des pouvoirs publics dans la vie économique.

    Les deux auteurs précités soutiennent que le débat sur la politique économique a longtemps porté sur le meilleur dosage des principaux instruments de contrôle de la demande - politique budgétaire ou politique monétaire et éventuellement politique du taux de change - qu'il convient de mettre en oeuvre pour atténuer les écarts du PIB réel par rapport à son évolution tendancielle.

    Avec la montée parallèle de l'inflation et du chômage au monde, dans les années 70, la nature du débat s'est modifiée pour se porter sur le questionnement de la crédibilité même des décideurs et l'efficacité de leurs politiques de régulation conjoncturelle.

    A long terme, les politiques de pilotage de la demande perdent cependant leur efficacité et le niveau d'activité n'est déterminé que par le potentiel d'offre dont le taux de croissance dicte l'augmentation de la richesse et du bien-être de ceux qui en bénéficient directement ou indirectement. Susciter la croissance, l'entretenir ou l'accélérer est donc devenu, aujourd'hui, l'un des principaux enjeux de la politique économique, tel que le soutiennent nos deux auteurs précités.

    On distingue deux grands types de politiques économiques : la politique conjoncturelle qui est la politique économique à court terme, et celle structurelle qui s'étale sur le long terme.

    ü la politique conjoncturelle qui vise spécifiquement à réguler l'activité économique dans le court terme ; elle s'appuie sur l'utilisation des moyens simples à manier sur le plan administratif, et aux effets rapides (politique monétaire et politique budgétaire). Ici, le temps opératoire des mesures et instruments est court.

    § Au demeurant, la politique budgétaire - qui implique le maniement des prélèvements fiscaux, des dépenses publiques et du solde budgétaire - constitue la principale modalité d'intervention des pouvoirs publics pour l'accomplissement des fonctions d'allocation des ressources, de stabilisation macroéconomique et de redistribution des revenus au sens défini par Richard MusGrave(10(*)).

    § A cet égard, autant le mode de financement des dépenses publiques influe sur la stabilité macroéconomique, autant il y a certaines dépenses de l'Etat qui agissent favorablement sur la croissance. Tel est le cas des interventions qui visent à fournir des biens publics : santé, éducation, sécurité, infrastructures, investissement en recherche et développement, etc., qui portent sur le long terme.

    ü la politique structurelle qui cherche à piloter la progression de l'économie dans un cadre temporel long ; elle utilise des instruments plus lourds à engager et aux effets souvent différés dans le temps (politique industrielle, politique des revenus, politique agricole, politique de taux de change, politique de lutte contre l'inflation, politique de lutte contre le chômage, les investissements publics....)

    La politique économique ayant comme objectif principal la recherche du maximum du bien-être général de la communauté nationale, cet objectif est atteint en passant par quatre objectifs intermédiaires  selon le carré magique des néo-Keynésiens:

    ü La réalisation de la croissance économique

    ü La réalisation du plein emploi

    ü Le maintien de la stabilité des prix, et

    ü L'équilibre de la balance des paiements par l'élargissement du spectre des transactions du pays avec le reste du monde

    La politique économique tend à combiner tous ces objectifs en fonction d'impératifs économiques et politiques. Il se fait en pratique que les quatre objectifs ne peuvent pas être atteints simultanément. La recherche de l'un ne peut être satisfaite qu'au détriment de l'autre. L'essentiel est de trouver une combinaison optimale en fonction des priorités.(11(*))

    Voyons brièvement les quatre instances de la politique économique selon l'approche du carré-magique :

    1°. LA CROISSANCE ECONOMIQUE

    La croissance économique est un processus complexe d'évolution en longue durée, qui se manifeste par un accroissement des dimensions caractéristiques de l'économie et par une transformation conséquente des structures de la société. Elle est l'objectif final de toutes les économies, qu'elle que soit leur nature et leur degré socio-économique.

    La priorité donnée à cet objectif répond au double souci de faire face à la montée des besoins individuels et collectifs (élévation du niveau de vie) et d'affronter dans les meilleures conditions possibles la concurrence internationale.

    La croissance est représentée par l'évolution annuelle des grandeurs d'une économie, exprimées globalement ou en pourcentage. Il s'agit spécialement du PIB., (Produit intérieur brut) ou du PNB., (Produit national brut), du taux de croissance. Pour éviter le problème dû à l'augmentation des prix et mieux évaluer les évolutions sur un temps plus ou moins long ; la croissance est mieux calculée en valeurs constantes plutôt qu'en valeurs courantes.(12(*))

    Selon François Perroux, « la croissance économique correspond à l'augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues d'un indicateur de dimension, pour une nation, le produit global net en termes réels »(13(*)).

    Kuznets grand spécialiste de la « croissance », prix Nobel de Sciences Economiques en 1971 définit la croissance économique d'un pays « comme une hausse de long terme de sa capacité d'offrir à sa population une gamme sans cesse élargie des biens économiques. Cette capacité de croissance est fondée sur le progrès technique et les ajustements institutionnels et idéologiques qu'elle requiert. »(14(*))

    Nous retenons de cette diversité de définitions qu'en définitive, la croissance économique est un concept qui décrit sur une période plus ou moins longue les évolutions positives, de la production nationale en termes soit de PIB soit du taux de croissance, mais aussi en d'autres termes tels que le Revenu National, le Revenu par tête d'habitants, etc.

    2°. LE PLEIN - EMPLOI

    Le plein-emploi, en économie, désigne une situation dans laquelle les ressources en travail disponibles sur le marché sont pleinement utilisées.

    Le processus de croissance s'obtient grâce à l'investissement financier et/ou technologique, au progrès technique et au travail de l'homme. Les hommes fabriquent des machines et améliorent les procédés de production. Il serait donc absurde de ne pas considérer le travail.

    Bien que l'objectif du plein emploi s'applique en principe à la totalité de toutes les ressources productives, pour des raisons sociales, on l'applique seulement au facteur travail.(15(*))

    Certes il est difficile de penser que le taux de chômage peut être ramené à zéro, mais la recherche du plein emploi constitue un enjeu majeur pour les décideurs car la détresse économique qui résulte du chômage démoralise un grand nombre de gens et bouleverse les vies de famille.

    3°. LA STABILITE DES PRIX

    La stabilité des prix signifie l'absence d'une tendance quelconque et significative des mouvements très prononcés à court terme, dans le niveaux des prix.

    L'objectif de stabilité de prix vise essentiellement à éviter aussi bien une forte inflation qu'une déflation, les deux n'étant pas souhaitables.

    En effet, « L'inflation est une augmentation ample et soutenue du niveau général des prix, mesurée par un index du coût de différents biens et services» (16(*))et une augmentation répétée des prix érode le pouvoir d'achat de la monnaie et des autres actifs financiers à valeur fixe, provoquant ainsi de graves distorsions et incertitudes économiques. L'inflation apparaît lorsque des pressions économiques et l'anticipation de certains événements font monter la demande en biens et en services au-delà de l'offre disponible aux prix existants, ou lorsque la production disponible est réduite par une productivité défaillante ou par les contraintes du marché.

    Quant à la  déflation , elle « est une baisse soutenue du niveau général des prix, comme celle qui est survenue au cours de la crise économique de 1929 , ainsi qu'au cours de la seconde moitié du XIXe siècle  »(17(*)). Elle est généralement associée à une érosion prolongée de l'activité économique et à un niveau de chômage élevé. Néanmoins, les baisses de prix généralisées sont aujourd'hui très rares, et l'inflation est devenue la principale variable macroéconomique affectant la planification économique, publique ou privée.

    4°. EQUILIBRE DE LA BALANCE DES PAIEMENTS

    La balance des paiements est un compte retraçant l'ensemble des opérations intervenues au cours d'une période donnée, entre un pays et l'extérieur. Ce compte enregistre annuellement ou trimestriellement les opérations qui se sont déroulées entre résidents et non résidents.

    La balance des paiements postule un équilibre par le dressement de la comptabilité, celle des opérations d'un pays donné avec le reste du monde  par le commerce international, en important et en exportant des biens, des services et des capitaux. Et la maladie dont souffre cet équilibre est le déficit extérieur, s'il dure longtemps, il débouche sur l'appauvrissement du pays et la dépréciation inévitable de la monnaie nationale s'en suit et renchérit les importations ; ce qui conduit à l'endettement.

    IV. PROGRAMME, PLAN ET STRATEGIE

    Un programme C'est un ensemble des projets.

    Le plan est un ensemble des programmes, il peut faire partie d'une stratégie, celle-ci étant plus générale et permanente et moins détaillée. On parle toutefois de planification stratégique lorsqu'une stratégie est particulièrement concrète et précise.

    La stratégie consiste à la définition d'actions cohérentes intervenant selon une logique séquentielle pour réaliser ou pour atteindre un ou des objectifs compte tenu des moyens dont on dispose.

    C'est donc « un angle d'attaque que prend la démarche globale des solutions d'un problème »(18(*)). Elle se traduit ensuite, au niveau opérationnel en plans d'actions par domaines et par périodes, y compris éventuellement des plans alternatifs utilisables en cas d'évènements changeant fortement la situation.

    Ceci nous permet de parler successivement de

    § Programmes d'ajustements structurels

    § Mesures de l'activité économique

    § Les instruments de la politique économique

    § et enfin du Développement

    V. PAS (programmes d'ajustements structurels)

    Ce sont des mesures contraignantes convenues entre le FMI et la Banque Mondiale entre divers pays afin de soutenir la politique de stabilisation du système financier international et de stabiliser les économies en difficulté.(19(*))

    Elles consistaient entre autres à :

    · une ou plusieurs dévaluations de la monnaie nationale ;

    · la diminution du rôle de l'Etat dans les entreprises industrielles ou économiques qu'il contrôlait ;

    · la suppression des subventions publiques pour certains produits de consommation ;

    · le rééchelonnement des remboursements de la dette publique ;

    · la réduction du déficit du budget national afin que la dette publique ne s'accroisse pas hors norme ;

    · le licenciement de certains agents payés par l'Etat ;

    · autant que possible, éliminer les mesures protectionnistes pour libéraliser le commerce, tout en réduisant certaines importations et en augmentant les exportations ;

    · supprimer diverses restrictions aux investissements étrangers pour ouvrir le pays aux finances et aux entreprises internationales.

    L'exécution de ces mesures convenues fut controversée et durement ressentie par les pays en crise, en particulier par toute la population de la République Démocratique du Congo, spécialement lorsque celles-là donnaient lieu à la « rigueur pour la rigueur », sans résultats socio-économiques significatifs ; « on ne mange pas la rigueur » s'écrie-t-on!

    VI. LA MESURE DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE

    Pour définir une bonne politique économique adaptée à la situation conjoncturelle, il faut d'abord faire un diagnostic complet afin d'avoir une connaissance exacte de l'économie à travers une analyse approfondie.

    Cette opération de l'analyse consiste à choisir les phénomènes économiques que l'on juge particulièrement aptes à nous renseigner sur l'état des affaires d'un pays, c'est-à-dire avoir la maîtrise de l'économie par les indices ou données statistiques.

    Ces statistiques permettent de mesurer et de suivre les évolutions de la production et de mesurer le coût de la vie. Elles aident aussi les décideurs à formuler les politiques économiques, car les mesures à prendre dépendent de l'environnement économique général du pays. Il s'agit notamment du produit intérieur brut (PIB), du produit national brut (PNB), du taux de croissance, du revenu national et de l'indice de développement humain.

    1. LE PIB, LE PNB ET LE TAUX DE CROISSANCE

    La plupart des économistes considèrent le PIB comme étant le meilleur indicateur du comportement de l'économie ou de son niveau d'activité et aussi comme l'indicateur par excellence du pouvoir économique d'un pays ou d'une nation. Ils le définissent comme une estimation en unités monétaires, de la production réalisée sur le territoire national par les facteurs appartenant aussi bien aux nationaux qu'aux étrangers résidents, alors que le PNB mesure l'activité de production des ressortissants d'un pays quel que soit leur lieu de résidence. (20(*))

    Le taux de croissance du PIB est l'indicateur qui permet de mesurer les performances d'une économie dans le temps en se rapportant à la variation de son PIB. Il permet ainsi d'apprécier les performances d'une nation ou de comparer ses performances à celles d'autres économies.

    Soulignons que certains auteurs économistes rejettent la théorie de PNB- PIB à cause de son inexactitude, tel Gunnar MYRDAL  qui montre pertinemment, soutient Nzanda-Buana, que les cadres définis par les concepts utilisés dans la théorie économique ainsi que leur relativité selon la diversité des cadres institutionnelles, se modifient constamment à l'intérieur d'un pays et présentent régulièrement les différences d'un pays à l'autre ou des groupes des pays à d'autres. D'où l'intérêt de voir sous un nouveau jour un accroissement du PNB ou du PIB.(21(*))

    L'enseignement qu'on tire de cette observation d'une grande valeur théorique et opérationnelle est que les modèles de croissance qu'on puisse élaborées en pays développés sont affectés par cette imperfection, à fortiori dans les pays sous développés où on retrouve deux systèmes, modernisé et marchand d'un coté, et rurale de l'autre où tout n'est pas quantifiable, les choses ne peuvent être que compliquées.

    2. LE REVENU NATIONAL

    Les revenus sont les contreparties de la valeur de la production que perçoivent les agents économiques.

    Revenu national = P.N.B. - (amortissement + impôts indirects) + subventions

    Le revenu national en théorie économique, est la somme des revenus nets qui sont perçus par les citoyens d'un pays, et qui sont issus de la production nationale de biens et services sur une période qui correspond généralement à une année civile.(22(*)) Il constitue donc un agrégat, c'est-à-dire une grandeur synthétique mesurant le résultat de l'ensemble de l'activité. Il est donné par le PNB diminué de des amortissements et des impôts indirects et augmenté par les subventions versées par l'Etat et les administrations publiques, soit la formule suivante selon l'approche du Produit National Brut :

    Les données du revenu national peuvent être considérées comme un indice de la prospérité d'un pays dans la mesure où les prix utilisés pour évaluer le revenu et la production donnent une indication sur la situation économique réelle du pays, tenant compte de la variation des prix et sur la qualité des biens. Lorsqu'on procède à la comparaison des revenus nationaux sur plusieurs années, il convient de tenir compte du pouvoir d'achat que représente chacune de ces valeurs, autrement dit du revenu national à prix constant.

    VII. LES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

    Afin d'avoir une influence sur son activité économique, les gouvernements ou les pays disposent de certains instruments dont ils se servent. Il s'agit entre autres de :

    ü La politique budgétaire qui consiste à manier les recettes et les dépenses des administrations publiques dans le but de réguler la conjoncture, assurer le plein-emploi et modifier la répartition des revenus

    ü La politique monétaire qui consiste à contrôler l'offre de monnaie dans le but de lutter contre l'inflation. Les effets de ce contrôle sur l'économie dépendent de la stabilité du lien entre quantité de monnaie en circulation et taux d'intérêt ainsi que des effets de ce dernier sur les composantes de la demande globale. selon les Keynésiens la politique monétaire peut être utilisée pour rétablir le plein-emploi et pour réguler la conjoncture.

    ü La politique de change qui vise essentiellement les échanges du pays avec le reste du monde étant donné que le commerce d'un pays avec l'étranger est influencé par le taux de change de sa monnaie.

    VIII. LE DEVELOPPEMENT

    Kabeya Tshikuku définit le développement comme l'élargissement soutenu et continuel de l'éventail des choix collectifs et individuels quant aux conditions matérielles et sociales de vie.(23(*))

    Et M. Nzanda-Buana renchérit en affirmant que le développement signifie, pour un peuple, la totale responsabilité de ses choix et l'amélioration constante de ses conditions matérielles et morales d'existence. Il comprend, en effet, un processus général de promotion du peuple par l'acquisition de meilleures conditions de vie, de justice sociale et d'harmonie entre tous les semblables ainsi que d'une grande équité (24(*)).

    C'est la raison pour laquelle le développement économique est associé au progrès, et la croissance économique n'est qu'une des composantes du développement

    1. Origine du Concept développement

    L'élaboration des théories du développement solides avait été dictée par la volonté des pays occidentaux européens et américains de faire profiter aux pays du tiers monde, de la révolution industrielle ; autrement leur appliquer « la modernisation » ; ainsi naissait l'idéologie de la modernisation au profit des pays retardés. Et cette idéologie de la modernisation, qui devenait le paradigme dominant, se caractérisait par la transformation des sociétés retardées en sociétés industrielles modernes et civilisées soutient M. Nzanda-Buana K.(25(*)), ainsi donc développer les pays retardés voulait signifier les moderniser, et les moderniser voulait dire les industrialiser et faire reculer leurs sociétés traditionnelles.

    Au cours de l'histoire, plusieurs contextes historiques (la première guerre mondiale 1914- 1918, la crise économique mondiale de 1929, la 2ème guerre mondiale 1940-1945, l'amorce de la décolonisation et actuellement la mondialisation) ont influencé des nouvelles idées qui ont contribué aux transformations multiformes au sein des sociétés en développement en posant des nouvelles problématiques face à des paradigmes nouveaux.

    Comme nous pouvons le remarquer, le mot « développement » s'est cristallisé en 1945 pour désigner la réalité socio-économique des pays développés selon leurs propres critères face aux pays en voie de développement(26(*))

    La prise de conscience du retard accusé, du point de vue de leur industrialisation, par un grand nombre de pays africains, latino-américains et asiatique est à l'origine de ces travaux, prise de conscience concrétisée à la conférence de Bandoeng d'avril 1955.

    Les premiers scientifiques intéressés à l'étude du développement vers les années 50, pensaient que celui-ci était de nature exclusivement économique ou presque. Aussi ont-ils cherché à en étudier les indicateurs principaux (produit intérieur brut, produit national brut, revenu national etc.)

    Et on se rendra bien plus tard compte du caractère complexe et multidimensionnel du développement que les premiers économistes avaient tendance à confiner au seul indicateur plus ou moins dogmatique de Produit Intérieur Brut (PIB).

    2. DEVELOPPEMENT DURABLE

    Le développement durable est un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. C'est donc un modèle de développement économique et social visant à assurer la pérennité du patrimoine naturel de la Terre.

    Le concept de développement durable se fonde donc sur la mise en oeuvre d'une utilisation et d'une gestion rationnelle des ressources (naturelles, humaines et économiques), visant à satisfaire de manière appropriée les besoins fondamentaux de l'humanité.(27(*))

    Les conditions nécessaires du développement durable selon l'encyclopédie Microsoft encarta sont les suivantes :

    ü la conservation de l'équilibre général et de la valeur du patrimoine naturel ;

    ü une distribution et une utilisation des ressources équitables entre tous les pays et toutes les régions du monde ;

    ü la prévention de l'épuisement des ressources naturelles ;

    ü la diminution de la production de déchets (qui inclut la réutilisation et le recyclage des matériaux) ;

    ü la rationalisation de la production et de la consommation d'énergie

    3. Quelques Théories de la croissance et du développement

    Notons de prime abord que les théories de développement comme toutes théoriques économiques dépendent toujours étroitement du lieu et de l'époque où elles ont surgi, c à d qu'on ne peut les comprendre qu'en les situant dans le temps, l'espace et au sein des sociétés où les faits, les phénomènes visés se sont déroulés. Elles ne peuvent donc être analysées efficacement si l'on fait abstraction du monde dans lequel elles étaient apparues et qu'elles prétendent interpréter et même expliquer.

    En outre toute théorie de développement ne peut être appréciée que par les effets bénéfiques qu'elle entraîne dans la société et n'a de sens que si la société l'adopte et l'intègre avec succès.

    La plupart des théories de développement qui ont réussi ailleurs n'ont pas réussi en Afrique, soit à cause d'une vision particulière de sorte que la théorie allait être appliquée sur des sociétés arriérées et aussi parce qu'on ne peut pas appliquer la même thérapie à toutes les sociétés traditionnelles.

    A ce propos M. Nzanda - Buana Kalemba affirme non sans raison que l'on ne peut pas raisonnablement appliquer la même règle à des sociétés, alors qu'elles sont si diversifiées dans leur âme, dans leurs structures humaines, matérielles, socioculturelles et même par rapport à leurs potentiels économiques.(28(*))

    Albert O. Hirchman quant à lui soutient que « pas plus qu'il n'existe un ensemble donné de conditions préalables du développement économique, il n'est possible de définir un nombre déterminé de caractéristiques du retard. Ce qui entrave le progrès dans un certain système et à un certain stade peut lui être favorable en d'autres circonstances» (29(*))

    Les raisons du déclin des théories de développement sont donc conceptuelles (ethnocentrique, évolutionniste) ; historiques (traite des noirs, colonisation) ; scientifiques (théoriques) ; ainsi que l'expansion des sciences sociales.

    Il existe ainsi plusieurs théories de croissance et de développement, il nous sera donc difficile d'en énumérer toutes dans le présent travail, nous allons néanmoins citer quelques auteurs qui ont contribué à la clarification des dimensions de la croissance :

    · Adam Smith (1723 - 1790), dans « Richesses de la nation » développe les premiers éléments de la théorie de la croissance en prenant sa source dans la division du travail. Pour lui l'accroissement de la productivité résulte de la spécialisation des travailleurs et des économies, permises par le développement du machinisme.(30(*))

    · Thomas Robert Malthus (1766- 1834), il admet que la production est condamnée à augmenter plus lentement que la population. Il pense que l'accroissement de la population ne pourrait que conduire à la création d'une masse de chômeurs sans moyens de subsistance.(31(*))

    · David Ricardo (1772-1823), chez lui, la répartition de Revenu entre les trois grandes classes de la société conditionne le déroulement du processus de croissance économique. Les travailleurs perçoivent les salaires, les propriétaires fonciers, la rente, les capitalistes, les profits et l'intérêt. D'après lui le maintien du taux de profit est fondamental pour assurer la pérennité de croissance économique.(32(*))

    · Karl Marx (1818- 1883), pour lui, l'accumulation du capital permet à ce dernier de se substituer au travail. L'augmentation du chômage et la baisse des salaires qui en découlent, provoquent une baisse de la consommation et du taux de profit et par conséquent de la croissance.(33(*))

    · John Maynard Keynes (1883- 1946), il insiste sur le rôle de l'Etat qui, par les investissements publics, par le Budget et par le marché monétaire et les crédits, peut relancer l'économie en jouant sur la demande et favoriser la croissance.(34(*))

    · S. Arthur LEWIS avec La théorie Dualiste de l'offre illimité de la main d'oeuvre ou la « Substitution du capital par le travail »,(35(*))

    · Les Théories néo-Marxistes. Ces théories sont éditées par les auteurs des tendances non libérales qui voient le libéralisme économique comme étant la cause même du sous-développement.(36(*))

    · Harrod et Domar, selon eux le taux de croissance est fonction du rapport entre le taux d'épargne et le taux d'investissement. L'aspect de la croissance de la demande consiste dans la manière dont les revenus et la demande devront s'accroître. Cet aspect permet d'agir sur l'amélioration de l'activité économique et de meilleures conditions de vie des gens, plus d'échanges et plus de transactions.(37(*))

    · Robert M.SOLOW, qui ressort le caractère transitoire de la croissance économique en l'absence du progrès technique.(38(*))

    4. L'INDICE DE DEVELOPPEMENT HUMAIN (IDH)

    Le développement étant un processus général de promotion du peuple par l'acquisition de meilleures conditions de vie, il est depuis un certain temps mesuré par l'Indice de Développement Humain qui est un « indicateur composite qui mesure trois dimensions du bien-être humain : revenu, éducation et santé »(39(*)). Il constitue donc un baromètre de l'évolution du bien être humain et un outil de comparaison entre les différentes régions.

    Ainsi l'IDH est un outil synthétique de mesure du développement humain qui chiffre le niveau moyen atteint par chaque pays, sous trois aspects essentiels selon le rapport précité :

    · Longévité et santé, représentés par l'espérance de vie à la naissance.

    · Instruction et accès au savoir, représentés par le taux d'alphabétisation des adultes (pour deux tiers), et par le taux brut de scolarisation, tous niveaux confondus (pour un tiers).

    · Possibilité de disposer d'un niveau de vie décent, représentée par le PIB par habitant (en parité de pouvoir d'achat, PPA)

    Le calcul de l' IDH se fait après avoir établi un indice pour chacune de ces dimensions. Et la détermination de ces indices dimensionnels, c'est-à-dire correspondant à l'espérance de vie, au niveau d'instruction et au PIB, passe à chaque fois par la définition d'une fourchette de variation, avec un minimum et un maximum.

    Les résultats obtenus dans chaque dimension sont exprimés par une valeur comprise entre 0 et 1 selon la formule suivante (40(*)) :

    Indice dimensionnel = valeur constatée - valeur minimale

    Valeur maximale - valeur minimale

    L'IDH correspondra à la moyenne arithmétique de ces indices dimensionnels.

    NB. Les valeurs minimales et maximales pour le calcul de l'IDH se présentent comme suit

    CRITERES

    VALEUR

    MAXIMALE

    VALEUR

    MINIMALE

    Espérance de vie à la naissance (années)

    85

    25

    Taux d'alphabétisation des adultes (%)

    100

    0

    Taux brut de scolarisation combiné (%)

    100

    0

    PIB par habitant (en PPA)

    40000

    100

    Source : PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2005, p 353

    5. ASPECTS SOCIO-ECONOMIQUES DU DEVELOPPEMENT

    Du point de vue social, nous résumons ci-dessous les idées de Banyaku Luape Epotu(41(*)) qui révèle que trois paradigmes explicatifs sont d'usage classique pour l'appréhension du phénomène du développement correspondant à trois courants d'analyse : politique, économiste et culturaliste.

    A. Le paradigme des choix politiques qui privilégie les variables idéologiques et socio-politiques comme cadre analytique déterminant ou décisif du phénomène de développement :

    Le développement répond ainsi à un engagement qualitatif du pouvoir

    politique aux choix optimaux avec comme charges principales :

    a. la mobilisation de toutes les forces sociales productives,

    b. la prise en compte des intérêts de toutes les formations sociales,

    c. la distribution et la redistribution des surplus dégagés de toutes les réalisations sociales.

    L'Etat devient alors un cadre de négociation et de conciliation répondant à une

    multitude de situations des conflits entre les classes dominantes et les nouvelles

    classes moyennes ou entre les acteurs capitalistes et les acteurs sociaux démunis

    ou dominés.

    Les différents courants sociaux contemporains ont établi que le développement, même capitaliste, ne peut être fondé ni sur le libre jeu des forces entre les différentes catégories socio-économiques, ni sur les simples motivations des individus ou des groupes sociaux d'intérêts et moins encore sur la spontanéité de l'évolution sociale.

    L'intervention de l'Etat est donc nécessaire car le pouvoir politique est l'instrument le mieux qualifié pour opérer des choix optimaux qui tiennent compte d'intérêts de toutes les catégories et forces sociales d'un Etat.

    B. Le paradigme de rationalité économique qui répond à des considérations et préoccupations de la logique économique de développement.

    Les courants libéraux soutiennent fondamentalement le point de vue qui

    privilégie l'autonomie sociale de la dynamique du développement.

    Ainsi le processus du développement est considéré comme la généralisation de la rationalité économique en termes de meilleures applications et gestions pour la réalisation des utilités socio-économiques à coûts décroissants et à rendements croissants, c'est-à-dire à forte productivité.

    La croissance et le progrès socio-économique ne peuvent être que le résultat d'une rationalité économique dont la compétitivité constitue le critère déterminant de la qualification des issues socio-économiques.

    La rationalité économique est donc la qualification de meilleurs choix et l'efficacité pour la réalisation de meilleures issues dans un cadre de libre compétition.

    C. Le paradigme socio-culturel qui situe l'analyse du développement au niveau de l'intégralité socio-culturelle, de l'épanouissement humain et social. L'intégralité du processus de développement consiste en l'édification d'un ordre social qualificatif par la revalorisation de l'homme dans toutes ses conditions d'existence matérielle et morale. Ainsi l'homme est placé dans sa dimension socio-culturelle, au centre de l'exigence de la qualité sociale, de l'épanouissement humain et social, réflexif et éthique. Il s'agit donc au total d'un engagement collectif pour le mieux être conditionné par l'élévation des normes et pratiques sociales, par l'amélioration des rapports sociaux, par la promotion des échanges, des connaissances, d'informations et d'autres valeurs identificatrices, figuratives et intellectuelles qui constituent les vecteurs socio-culturels du développement.

    IX CONCLUSION DU PREMIER CHAPITRE

    Nous venons ainsi de définir les concepts clés de notre étude, ce chapitre nous a donc fourni des outils pour la vérifications de nos hypothèses et nous a permis en même temps de baliser le chemin de notre mémoire et d'aborder notre chapitre II intitulé : Diagnostic sur la situation socio-économique au Congo.

    CHAPITRE II. DIAGNOSTIC SUR LA

    SITUATION SOCIO- ECONOMIQUE

    EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

    DU CONGO 

    Sous ce point nous allons réviser l'économie congolaise pour pouvoir déterminer ses grandes évolutions, ce chapitre va donc nous permettre de faire un état de lieux de l'économie congolaise en ;

    · présentant son aperçu général et en

    · analysant l'évolution économique et sociale du Congo de 1997 à 2008.

    Le présent chapitre va être l'occasion de vérifier notre première hypothèse, à savoir, que les programmes économiques exécutés de 1997 à 2008 sont inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs arrêtés.

    I. APERCU GENERAL DE L'ECONOMIE CONGOLAISE

    La République Démocratique du Congo est le troisième pays d'Afrique subsaharienne en termes de population estimée à 60 millions d'habitants, après le Nigeria et l'Egypte, et le deuxième en termes de superficie. Elle est dotée d'abondantes ressources humaines et naturelles (agricoles, minières, énergétiques, halieutiques, touristiques...), parmi lesquelles une forêt tropicale qui est la deuxième au monde par sa superficie, des sols fertiles, des pluies abondantes et des ressources minérales variées et considérables dont l'exploitation devrait être le gage de son développement économique et social.

    A l'indépendance en 1960, le pays disposait d'un tissu économique intégré qui s'est, à la suite des troubles, des sécessions, pillages, guerres et mesures politico-économiques inconséquentes, totalement disloqué compromettant ainsi les bonnes perspectives de son développement. Quarante neuf ans après, l'économie du pays se trouve dans un état de marasme et de déliquescence tel qu'un diagnostic sans complaisance doit être posé de façon à relever les problèmes à la base et proposer des pistes de solutions susceptibles d'engager l'économie sur une relance soutenue et durable.

    Difficile donc de comprendre ce paradoxe de cette économie exceptionnellement dotée par la nature qui ne réussit que de maigres performances comme l'affirma M. Nzanda-Buana K.(42(*))

    L'économie congolaise est à l'heure actuelle une des économies les moins compétitives d'Afrique (43(*)). Elle occupe, en 2008 selon la Banque Mondiale, le 178ème position, c'est-à-dire la dernière place sur la liste des pays du monde considérés d'après leurs capacités à offrir de réelles facilités de faire des affaires(44(*)).

    La République Démocratique du Congo est donc l' un des dix pays les plus pauvres du monde, et les inégalités y sont très marquées. Environ 80% de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté fixé à 2 dollars par jour. Près de 44% des femmes et environ 22% des hommes n'ont aucun revenu. Les disparités régionales sont très fortes, avec un taux de chômage très élevé avoisinant les 40%, des salaires et des prestations sociales dérisoires dans tout le pays.(45(*))

    Après une période de relatif dynamisme économique, la République démocratique du Congo a subi une sévère dépression entre le milieu des années 1980 et le milieu des années 2000 liée à une gestion marquée par la corruption, puis aux guerres civiles qui ont ravagé le pays.

    Cependant l' agriculture reste le principal secteur de l'économie, représentant 57,9% du PIB en 1997, et occupant 66% de la population active.(46(*))

    D'une manière générale, une baisse d'activités et de production est observée dans tous les secteurs. D'exportateur de plusieurs produits agricoles tant vivriers que de rente, le pays en est devenu importateur pour couvrir les besoins de la population et de ses industries. Occupant jadis les premières positions dans la production de plusieurs minerais (cuivre, cobalt, diamant, étain...), le pays se contente aujourd'hui des places marginales.

    C'est ainsi que nous allons examiner l'état actuel de l'économie dans les secteurs miniers, agricole et de transport et communication.

    1. SECTEUR MINIER

    Les espoirs de croissance économique reposent sur l'industrie extractrice, en particulier l' exploitation minière, mais cette dernière ne tire que partiellement profit de la grande richesse du sous-sol du pays. En 1997, le secteur secondaire ne comptait que pour 16,9% du PIB. La RDC était le quatrième producteur mondial de diamants durant les années 1980 et cette activité constituait encore la majorité des exportations (717 millions d' USD, soit 52% des exportations en 1997) (47(*)).

    Les principales exploitations de cuivre et de cobalt sont régies par une entreprise publique, la Gécamines (ancienne Union minière du Haut Katanga). La production de la Gécamines a continué de baisser au cours des années 2000, en raison de la morosité du marché du cuivre.

    La RDC est également un producteur de pétrole (24 000 barils par jour en 2003), les lieux d'extraction se localisant principalement sur la côte (terminal du Port de Banana). La région du Lac Albert abrite également un important gisement que le pays envisage d'exploiter ensemble avec l' Ouganda suivant les accords signés entre les deux gouvernements en 2008.

    Traditionnellement, l'exploitation minière (cuivre, cobalt, diamant, or, zinc et autres métaux non-ferreux) et pétrolière représente quelque 75 % de ses recettes totales à l'exportation et 25 % environ de son PIB.(48(*))

    Le PIB par habitant est l'un des plus bas du monde. Dans les années 80, il ne représentait que le tiers de ce qu'il était en 1962, et il a continué à baisser durant les années 90. En effet, il est passé de 380 USD (en dollars constants) en 1960 à 224 USD en 1990, puis 91 USD en 2006 enfin estimé à moins de 90$ USD en 2008(49(*)).

    2. SECTEUR AGRICOLE ET D'ELEVAGE

    Les exportations agricoles ne représentent qu'environ 10 % du PIB en 2006, contre 40 % en 1960.

    Jadis florissant, avec une production plus réduite, le secteur agricole aujourd'hui du Congo -totalement paralysé- connaît une asthénie de productivité conduisant 73 % de la population congolaise à vivre en insécurité alimentaire(50(*)), les importations de denrées alimentaires (produits de première nécessité) augmentent et les exportations des produits de rente baissent. La production s'est en effet réduite depuis quelques années à des activités de subsistance malgré des conditions naturelles favorables (environ 97 % des terres arables bénéficient d'une saison culturale de plus de huit mois dans l'année. De plus, 34 % du territoire national sont de terres agricoles dont 10 % seulement sont mises en valeur).

    Ce problème sectoriel, partiellement lié à la faiblesse de la productivité, relève de problèmes d'accès au marché, d'évacuation des produits, de conservation, de la perte de main-d'oeuvre agricole (suite aux conflits et aux maladies endémiques) et des semences de qualité, de l'utilisation de techniques inappropriées, et du manque d'instruments de travail adéquats.

    Cependant, l' agriculture reste le principal secteur de l'économie, représentant 57,9% du PIB en 1997. Les principales productions exportées sont le café, l' huile de palme, le caoutchouc, le coton, le sucre, le thé, et le cacao tandis les cultures vivrières concernent essentiellement le manioc, la banane plantain, le maïs, l' arachide, et le riz.

    L' élevage, dont les capacités potentielles varient entre 30 et 40 millions de bovins avec une charge bétail de 1/6 à 1/12 pendant toute l'année, n'est pas encore la priorité du gouvernement(51(*)). Il est peu développé en République démocratique du Congo, en partie en raison des conditions naturelles qui ne sont pas favorables à l'élevage du gros bétail, sur une grande partie du territoire. La forêt dense n'a pas de pâturages et la trypanosomiase, véhiculée par la mouche tsé-tsé, sévit à l'état endémique dans la plupart des régions basses du pays. Les régions montagneuses de l'est et du sud-est ( Kivu) sont, en revanche, propices à l'élevage. Le bétail y aurait été introduit par des populations tutsies venant des pays voisins. Cet élevage est pratiqué par des populations de pasteurs spécialisées ou par quelques rares ranches modernes. Les techniques d'élevage restent cependant rudimentaires chez les éleveurs traditionnels et les soins vétérinaires sont peu pratiqués.

    Les effectifs du cheptel bovin ont été estimés au niveau national à environ 11 277 130 têtes. Ils sont en constante baisse depuis 1990, avec une chute de 11% en 1993 et 18% en 1995. Outre ce troupeau, dans presque tous les villages, un petit cheptel de caprins, de porcs, d'animaux de basse-cour (volailles) vit en liberté autour des cases et à la périphérie des villes. D'une manière générale, même si la viande, surtout les morceaux "nobles", est de moins en moins consommée par les couches défavorisées, qui privilégient les bas morceaux (capa), la poule (1 000 t. importées mensuellement) ou le poisson bon marché dans leur alimentation, la production de viande et de volailles reste insuffisante et contraint de recourir aux importations. De même, la production d'oeufs et de lait est très insuffisante.

    3. SECTEUR DE TRANSPORT ET DE COMMUNICATION

    Le Congo est comme on le sait, un pays semi enclavé du fait qu'en plus de la faible densité de ses voies de communication intérieures (0,074 km de voies de communication au km².), elle ne possède qu'une façade maritime, sur l' océan Atlantique, de 37 km alors que pour un pays aussi vaste (2 345 000 km²), les infrastructures jouent un rôle majeur.

    La situation du système des transports en République Démocratique du Congo est désastreuse. La réalité de la situation se traduit par une insuffisance totale de l'offre des services de transports, accentuée par le mauvais état des infrastructures existantes et par une non-satisfaction chronique de la demande.

    Le réseau de transports n'offre plus aux secteurs économiques les infrastructures et les services qui puissent favoriser les échanges de toutes natures et qui améliorent la mobilité des personnes et des biens. Cette carence constitue un obstacle majeur à la croissance et au développement économique, entravant les échanges commerciaux, et restreignant l'accès des populations aux services sociaux de base.

    II. EVOLUTION ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LA RDC DE 1997 A 2008

    La situation sociale du pays reste précaire, avec une pauvreté prévalant sur l'ensemble de son territoire.

    L'espérance de vie s'établit à 43 ans, la mortalité des moins de 5 ans est supérieure à 200 pour mille naissances vivantes, et l'Indice de développement humain a baissé de plus de 10 pour cent au cours des dix dernières années ; le pays se classe désormais au 167ème rang sur 177 pays.(52(*))

    Les chances pour le pays de réaliser les « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD) d'ici 2015 sont minces. Il faudra accroître significativement les dépenses publiques dans les secteurs sociaux clés et continuer à dépendre des partenaires non gouvernementaux pour la prestation des services.

    Les déplacements à grande échelle des populations, la violence, les violations des droits humains et la paupérisation des populations ont causé d'énormes souffrances psychologiques et la détérioration du tissu social, entraînant l'éclatement des familles et d'autres réseaux de solidarité.

    Résultat, les filets de sécurité traditionnels ne fonctionnent plus, et les réseaux sociaux, qui sont essentiels pour le redressement de l'économie, ont aussi été sérieusement bouleversés.

    La situation économique est aujourd'hui bien plus catastrophique qu'elle ne l'était à l'indépendance. La désorganisation de l'offre et l'érosion presque continue de la demande l'ont entraînée depuis les années 70 dans une spirale négative, provoquant l'informalisation de secteurs entiers, voire leur « criminalisation », jusqu'à ce que le pays s'installe dans une économie de guerre à la fin des années 90(53(*)). En 1990, selon un Rapport de la conférence nationale souveraine, le secteur informel représentait près de 60% des activités économiques. Plus de 18 ans après, il est évident que ce pourcentage représente plus de 80% des activités.

    Selon les statistiques du BIT la population oeuvrant dans l'économie informelle est estimée à 19 871 347 personnes soit 72 % de la population en âge actif.

    La situation économique qui a prévalu entre 1990 et 2000 semble refléter ce que Tshiunza Mbiye qualifie de « triangle maléfique de l'hyper-inflation, de l'hyper-dépréciation et de l'hyper-recession » (54(*))

    L'évolution de l'économie de la République Démocratique du Congo de 1997 à ce jour fait donc partie d'une période aussi dramatique que les autres, période dite « années de la déglingue économique », selon la terminologie spécialement utilisée par le Rapport OBSAM(55(*)), allant de 1991 à ce jour, cette évolution reflète la tendance générale de cette économie depuis 1960, tendance qui se caractérise par la chute de la quasi-totalité des grandeurs macroéconomiques qui connaissent une reprise et une certaine relance les dernières années de la dite période. Il s'agit du Produit Intérieur Brut (PIB) global et par habitant, de l'inflation galopante, de l'effritement du pouvoir d'achat des consommateurs, et enfin d'une forte instabilité du taux de change.

    Cette évolution de l'économie congolaise est analysée au travers les agrégats macroéconomiques suivants : PIB et taux de croissance, l'inflation, le taux de change, la population, le commerce extérieur, la dette extérieure et le budget.

    1. Evolution du PIB ET DU TAUX DE CROISSANCE

    Tableau n°1 : Evolution du PIB et du taux de croissance du Congo

    Démocratique de 1995 à 2008

     

    TAUX DE CROISSANCE DU PIB en %

    PIB (à prix courants)

    PIB (à prix constants 2000)

     

     

    en milliards de Fc

    en millions de $

    par habitant en $

    en milliards de Fc

    en milliards de $

    par habitant en $

    1995

    -3,9

    0,40

    5 109,68

    112,38

    362,64

    5,25

    115,5

    1996

    -1,1

    2,90

    5 286,59

    112,88

    358,6

    5,19

    110,9

    1997

    -5,4

    7,80

    5 908,26

    122,84

    339,21

    4,91

    102,2

    1998

    -1,7

    9,99

    4 099,62

    84,17

    333,32

    4,83

    99,1

    1999

    -4,3

    51,82

    4 935,62

    97,96

    319,08

    4,62

    91,7

    2000

    -6,9

    297,07

    4 302,70

    82,59

    297,07

    4,3

    82,6

    2001

    -2,1

    1 407,55

    6 812,24

    127,32

    290,83

    4,21

    78,7

    2002

    3,5

    1 922,20

    5 547,79

    100,96

    300,91

    4,36

    79,3

    2003

    5,8

    2 298,66

    5 675,69

    100,57

    318,34

    4,61

    81,7

    2004

    6,6

    2 601,00

    6 530,25

    112,67

    339,48

    4,92

    84,8

    2005

    7,8

    3 396,23

    7 168,37

    120,08

    365,96

    5,3

    88,8

    2006

    5,6

    4 066,60

    8 688,39

    141,3

    386,39

    5,6

    91

    2007

    6,3

    5 234,36

    10 130,76

    159,96

    410,82

    5,95

    94

    2008

    5,9

    5 234,36

    10 130,76

    159,96

    410,82

    5,95

    85

    Source : Banque Central du Congo, Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008

    2008 : estimations

    A la lecture du tableau n°1 ci-dessus et ceci d'après les données du PIB à prix constants, nous constatons que la République Démocratique du Congo est sortie progressivement d'une longue crise économique qui avait atteint son paroxysme au cours de la décennie quatre-vingt dix. En effet, le taux de croissance est resté dans le négatif jusqu'en 2001. Cette période d'évolution concomitante de l'hyperinflation (voir tableau n° 2 ci-dessous) et de la récession s'est achevée en 2002.

    Graphique n°1 : Evolution du taux de croissance du Congo Démocratique de

    1995 à 2008

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°1, p.31.

    En effet, après l'arrêt de la récession en 2001 (- 2,1% contre -6,9% en 2000), l'économie Congolaise a retrouvé le sentier des taux de croissance positifs dès 2002 avec un repli en 2006 (5,6% contre le pic de 7,8 en 2005) suite à l'organisation des élections. Depuis lors il évolue en dents de scie avec 6,3% en 2007 avant de chuter à 5,9% en 2008 alors qu'il était préalablement estimé d'abord à 12% puis à 8,2%.

    Cependant la comparaison du PIB à prix constant, en prenant 2000 comme année de base, décrit une autre réalité c'est-à-dire en lieu et place de la croissance, nous constatons une certaine évolution du PIB et dans cette logique, la majorité des Congolais ne ressentent pas dans leur vécu quotidien les effets positifs sous forme d'amélioration du bien-être, liés à cette évolution favorable des indicateurs macroéconomiques, particulièrement celle de la croissance économique; au point où certains estiment carrément que les statistiques qui font état de l'amélioration de la croissance économique sont tout simplement tronquées.

    Les prévisions ne sont guère brillantes avec l'avènement de la dernière crise financière internationale dont les effets sur le secteur réel de l'économie nationale ont commencé à se manifester. Cette évolution refléterait le ralentissement des exportations, notamment des produits miniers et agricoles, dans un contexte international difficile caractérisé par la récession qui touche un nombre de plus en plus important des pays partenaires de la RD Congo.

    En effet la contraction de la demande consécutive au repli des investissements directs étrangers et des exportations, a conduit à la chute des prix des matières premières sur lesquelles notre économie se repose d'une part, et à la baisse des valeurs et capitalisations boursières, d'autre part, expliquant les perturbations connues à la deuxième moitié de l'année 2008

    2. Evolution du taux d'inflation

    Tableau n°2 : Evolution du taux d'inflation en RDC de 1995 à 2008

    Année

    1995

    1996

    1997

    1998

    1999

    2000

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Tx d'inflation en %

    370

    693

    13,7

    135

    484

    511

    135

    18

    4,4

    9,22

    21,3

    12,8

    8,9

    26

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    Le taux d'inflation qui était de 693% en 1996 est tombé à 13,7% en 1997 après la prise du pouvoir par l'AFDL le 17 mai 1997.

    Malheureusement, il a vite connu une ascension passant successivement à 134,8%, 483,7% et 511,2%, respectivement en 1998, 1999 et 2000.

    De 2002 à 2004, le taux d'inflation a connu une baisse extraordinaire passant successivement à 135,1%, 18% jusqu'à chuté à 4,4% en 2004.

    Malheureusement, une évolution négative a suivi cette période de stabilité ; le taux d'inflation est passé à 9,22%, puis à 21,27% respectivement en 2004 et 2005.

    Une suite heureuse a suivi cette période où nous observons une baisse successive du taux d'inflation à 12,78% et 8,9% respectivement en 2006 et 2007.

    L'année 2008 est cependant caractérisée par une augmentation du taux d'inflation qui est passé de 8,9% à 26% par rapport à l'année 2007.

    On constate ainsi que le Congo vit depuis près de deux décennies une inflation par le coût et l'inflation par la demande, qui du reste est aussi importée et accentuée par la crise énergétique.

    Graphique n°2 : Evolution du taux d'inflation au Congo Démocratique de

    1995 à 2008

    Source : établi sur base des données De notre tableau n°2 ci-dessus

    Au fil des années, le `seigneuriage' monétaire s'est présenté comme un moyen commode pour l'Etat de se procurer des ressources, mais aussi un facteur très aggravant de l'inflation ; C'est à l'occasion de l'exécution du PIR et du PEG - deux programmes de redressement, l'un appuyé techniquement par le FMI et l'autre bénéficiant de son concours financier - que l'hyperinflation à trois chiffre a été cassée. Mais pour combien de temps ?

    3. Evolution du Taux de Change

    Tableau n° 3 : Evolution du taux de change au Congo Démocratique de

    1995 à 2008 ; Taux moyen annuel

     

    1998

    1999

    2000

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Tx de change

    1,45

    15

    21,8

    206,6

    346,5

    405

    398,3

    476

    468

    509

    639,3

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    L'observation des données du tableau n°3 ci-dessus livre l'évolution du taux de change moyen annuel de 1998 à 2008 et cela montre l'ampleur de l'érosion monétaire tout au long de la période. Ce qui décrit en même temps l'ampleur de la perte du pouvoir d'achat des agents économiques combinée avec les fortes tensions inflationnistes permanentes dans l'économie nationale. Dans onze ans la monnaie nationale s'est dépréciée de 44.090% par rapport au dollar américain.

    M. Nzanda - Buana K. souligne que l'évolution de l'économie congolaise à partir de 1997 montre clairement qu'il existe deux sous périodes, celle du règne de Laurent Désiré Kabila dominée principalement par l'unilatéralisme politique, l'économie des interdits et des commandements, des guerres d'agression et de rébellions avec notamment(56(*)) :

    Ø l'interdiction des activités libres des bureaux de change qui se voient suspendus de leurs activités par le refus du renouvellement des agréments du bureau de change par la Banque Centrale du Congo,

    Ø la réinstauration de la vieille pratique surannée des licences d'importation et d'exportation, ainsi que de l'obligation de rapatrier des devises au taux de change figé à 4,5 CDF pour un dollar US. d'avril 1999 au 25 janvier 2000,

    Ø et enfin , le 17 septembre 1999, le durcissement par le gouvernement de sa politique en interdisant purement et simplement la détention des devises, ordonnant à tout détenteur de celles-ci de les reverser en banque, ainsi que la délivrance des licences d'agrément des bureaux de change et leur fermeture sans oublier l'instauration du contrôle des prix, le blocage du taux de change et tant d'autres restrictions à la libre circulation monétaire édictées par les nouvelles dispositions de change ; tout cela contre toute logique libérale et contre la vérité des prix.

    La deuxième sous- période, celle coïncidant avec le règne de Joseph KABILA, poursuit M. Nzanda-Buana, est caractérisée par des mesures de libéralisation économique et un certain assouplissement du climat politique intérieur par rapport à la sous -période de L.D. Kabila.

    Le gouvernement congolais avait décidé de pratiquer le fixing du taux de change à partir de 1997 alors qu'il ne disposait pas des moyens de cette politique. Il en est résulté une forte disparité entre le cours de change officiel et le cours parallèle avec tout ce que cela comportait comme coût pour l'économie nationale qui du reste est fortement tournée vers l'extérieur.

    Pour restaurer l'ordre sur le plan monétaire le gouvernement décidera en 2001 dans le cadre du PIR d'unifier les deux cours de change.

    Graphique n°3 : Evolution du taux de change au Congo Démocratique de

    1995 à 2008

    EVOLUTION DU TAUX DE CHANGE EN RDC DE 1998 A 2008

    1,45

    15

    21,82

    206,62

    346,48

    405

    398,3

    476

    468,05

    508,63

    639,3

    0

    100

    200

    300

    400

    500

    600

    700

    1998

    1999

    2000

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Taux De

    change

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°3, p 34.

    Le taux de change en RD Congo reste caractérisé par une évolution cascadée depuis la mise en place des programmes de réformes économiques en 2001. Le franc congolais a enregistré de périodes aussi bien d'appréciation que de dépréciation, qui sont toutefois sans commune mesure avec le cycle des dépréciations intempestives et continues vécues tout au long des années 90.

    4. EVOLUTION DE LA POPULATION ET DE L'IDH

    Tableau n° 4 : Evolution de la population au Congo Démocratique de

    1995 à 2008

     

    Population Résidente

    Population occupée (salariée)

    Taux de croissance demographique en%

    TAUX DE CHOMAGE en %

    IDH

    PIB/tête
    au prix de 2000

    1995

    45 468 500

    6 981 300

    6,45

    68,60

    0,37

    115,5

    1996

    46 832 500

    8 832 800

    3,00

    70,00

    0,38

    110,9

    1997

    48 097 000

    7 005 200

    2,70

    70,20

    0,36

    102,2

    1998

    48 707 000

    8 539 100

     3,39

    65,80

    0,37

    99,1

    1999

    50 384 000

    8 630 600

     3,44

    66,50

    0,39

    91,7

    2000

    52 100 000

    8 790 700

     3,41

    66,90

    0,39

    82,6

    2001

    53 506 700

    11 383 500

    2,70

    49,00

    0,40

    78,7

    2002

    54 951 400

    11 567 400

    2,70

    49,10

    0,40

    79,3

    2003

    56 434 000

    11 972 600

    2,70

    48,50

    0,40

    81,7

    2004

    57 957 700

    12 380 200

    2,70

    35,40

    0,39

    84,8

    2005

    59 696 400

    12 688 300

    3,00

    39,60

    0,39

    88,8

    2006

    61 487 300

    13 093 900

    3,00

    41,20

    0,40

    91

    2007

    63 331 900

    13 303 400

    3,00

    43,20

    0,39

    94

    2008(e )

     65 000 000

     15 000 000

    3,00

     45,00

     0,37

     85

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    2008 : estimations

    La finalité de toute politique économique est l'amélioration du bien être de la population. Si la croissance est mesurée à partir du PIB par tête, le bien-être est appréhendé par l'indice du développement humain (IDH)

    Comme nous l'avons remarqué au tableau n°1, l'économie congolaise a retrouvé le sentier de la croissance à partir de 2002 après plus d'une décennie de régression de l'activité réelle et ceci sans l'amélioration du bien être de la population au vu de l'IDH qui n'a jamais dépassé 0,40 ainsi que le PIB par habitant qui se situe à moins de 100$ US suivant toujours le même tableau.

    En effet selon Vincent Ngonga Nzinga et Benoît Kudinga (57(*)), entre 1989 et 2001, la situation économique au Congo est caractérisée par la chute de l'activité intérieure : établi à 565,7 milliards de CDF, le PIB, exprimé au prix de 2000, est tombé à 290,8 milliards de CDF, en 2001, soit une destruction de la richesse intérieure de 48,6%.

    Par ailleurs, la population, qui était évaluée à 32,5 millions d'habitants à fin 1989, est passée à 53,5 millions d'habitants en 2001, soit une expansion démographique de 65,0%. Il en résulte ainsi, qu'au cours de cette période, le rythme de progression de la population a été de loin supérieur à celui de la production intérieure, expliquant, de ce fait, la réduction drastique du PIB par tête.

    Calculé aux prix de 2000, le PIB par tête était situé à 237,6 USD en 1989 et a atteint son niveau le plus bas de l'histoire de la RDC au cours de l'année 2001 où il s'est établi à 78,7 USD. L'évolution de cet agrégat qui n'a pas franchi le cap de 100 USD à fin 2008 prouve déjà à suffisance la détérioration du niveau de vie de la population congolaise.

    Graphique n°4 : Evolution de l'IDH au Congo Démocratique de 1995 à 2007

    IDH

    0,375

    0,363

    0,365

    0,385

    0,388

    0,396

    0,398

    0,398

    0,34

    0,35

    0,36

    0,37

    0,38

    0,39

    0,4

    0,41

    2000

    2001

    2002

    2003

    2004

    2005

    2006

    2007

    2008

    Années

    IDH

    IDH

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°4, p 36.

    Bien que ce graphique semble indiquer une certaine amélioration du bien-être, en réalité le Congolais moyen vit bien en deçà de ces niveaux.

    Cette réalité est expliquée du fait que la plupart de ces valeurs sont données en terme courant sans tenir compte du déflateur prix.

    Graphique n°5 : Evolution du taux de chomage du Congo Démocratique de

    1995 à 2007

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°4, p 36.

    Il se dégage que les valeurs reprises dans le graphique ci haut, sont apparemment non-conformes à la tendance générale de l'économie comme le décrit M. Nzanda-Buana au vu de l'évolution des prix, des taux de change correspondants ainsi que des salaires, de l'aggravation du chômage et même de la pauvreté livrés par ailleurs par les tendances générales empiriques de l'économie au terme des données statistiques douteuses et quelques fois tronquées.(58(*))

    5. Commerce extérieur de la RDC

    Tableau n° 5 : Evolution du commerce extérieur au Congo Démocratique

    de 2000 à 2007

     

    EXPORTATIONS
    $

    IMPORTATIONS
    $

    Net Export et déficit commercial

    IMPORTATIONS
    en % du PIB

    EXPORTATIONS
    en % du PIB

    2000

    823,5

    697,1

    126,4

    6,7

    6,5

    2001

    900,7

    806,8

    93,9

    15,4

    14,2

    2002

    1131,7

    1080,9

    50,8

    21,5

    24,4

    2003

    1374,1

    1594,3

    -220,2

    34,1

    27

    2004

    1917,2

    1975,1

    -57,9

    38

    35,1

    2005

    2071,6

    2473,7

    -402,1

    34,3

    34,9

    2006

    2704,6

    2891,7

    -187,1

    34,7

    35

    2007

    4165,5

    4380,7

    -215,2

     

     

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    L'un des facteurs à la base des médiocres performances de la RDC dans le commerce extérieur, et qui exige un soin particulier, demeure l'exiguïté de son réseau commercial.

    Le Congo subit les prix mondiaux (price-taker ou preneur de prix) a la fois, des produits qu'elle exporte, vu l'étroitesse de son débouché d'autant plus qu'elle s'adresse essentiellement aux pays industrialises et, particulièrement, à l'Union européenne.

    Graphique n°6 : Evolution du commerce extérieur du Congo Démocratique de

    2000 à 2008

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°5, p 38.

    Les exportations ont chuté de 1,5 milliard de dollars en 1996 à environ 800 millions en 1999. Malgré la progression enregistrée depuis 2000, les exportations, représentant 1,3 milliard de dollars en 2003, n'ont pas encore retrouvé le niveau des années 1990. Cependant, depuis 2001, la part des exportations dans le PIB s'est accrue, de 14,2% en 2001 à 35% en 2006.

    Parallèlement, la part des importations est en forte hausse (passée de 15,4% du PIB en 2001 à 34,7% en 2006), traduisant la reprise des investissements d'infrastructures et la mise en place du réseau GSM. Cette évolution a entraîné un déficit commercial, qui s'élevait à plus de 0,4% du PIB en 2004(59(*)).

    En 2003, les flux d'investissements étrangers ont atteint 132 millions de dollars et représentaient 23,6% de la formation brute de capital fixe. Les IDE (investissements directs étrangers) au Congo se sont élevés à 500 millions de dollars en 2006, contre 405 millions en 2005 et une moyenne annuelle de seulement 5 millions entre 1990 et 2000. Les investisseurs étrangers, plus particulièrement les Chinois et les Sud-Africains, ont diversifié leurs placements dans le secteur minier mais également dans l' énergie et le secteur bancaire(60(*)).

    L'analyse montre que ces données sont tronquées voir douteuses car le commerce international étant un facteur déterminant de la croissance ; ces différentes évolutions des importations et des exportations devraient ipso facto entraîner le changement dans la structure économique du pays, ceci n'est pas le cas pour l'économie congolaise.

    6. DETTE EXTERIEURE DE LA RD CONGO

    Tableau n° 6 : Evolution de la dette extérieure du Congo Démocratique

    de 2000 à 2008

    Années

    Dette Extérieure

    Service de la dette (en millions $)

    Service effectué

    Arriérés

    Exportations (en millions $)

    ratio du service de la dette /exportations en %

    2000

    6336,4

    7450

    0

    7450

    823,5

    904,68

    2001

    9981,6

    1551,8

    506,2

    1043,6

    900,7

    172,29

    2002

    9981,6

    1075,9

    32,2

    1043,7

    1131,7

    95,07

    2003

    10403,5

    1141,2

    124,5

    1016,7

    1374,1

    83,05

    2004

    10943,3

    954,6

    89,6

    865

    1917,2

    49,79

    2005

    9999,6

    787,5

    143,51

    643,9

    2071,6

    38,01

    2006

    10364

    846,5

    139,02

    707,5

    2704,6

    31,30

    2007

    10344,3

    1103,1

    163

    940,1

    4165,5

    26,48

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    La dette extérieure du Congo Kinshasa qui était estimé à 9 milliards de dollars US vers la fin du règne du Président Mobutu, s'est revelée sous estimée au lendemain de la chute du Maréchal. M. Nzanda-Buana  la situe à environ 14 milliards de dollars US.(61(*))

    L' aide publique au développement a repris progressivement depuis 1999, et le soutien financier de la communauté internationale est l'une des clés du redressement économique.

    · Le FMI a accordé un prêt de 750 millions de dollars dans le cadre de la FRPC (Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance) sur la période 2002-2005,

    · la Banque mondiale un prêt de 450 millions de dollars dans le cadre de son ERC (Crédit pour la reprise économique), 214 millions ayant été approuvés en septembre 2003 et 200 millions en février 2004.

    · En 2004, l'aide extérieure dépassait un milliard de dollars, dont près des deux tiers provenaient des institutions multilatérales (62(*)).

    Graphique n°7 : Evolution de la dette extérieur du Congo Démocratique de

    2000 à 2008

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°6, p 40.

    En 2001, le retour de la République Démocratique du Congo dans le giron financier international bute sur un problème : dépendant des financements extérieurs pour sa reconstruction, le pays doit régler de manière urgente le problème de ses arriérés, afin de régulariser sa situation financière, de profiter de nouveaux prêts et de participer à l'initiative d'allégement de la dette des pays pauvres très endettés (PPTE).

    La réaction du gouvernement de l'époque ne se fait pas attendre : les remboursements reprennent vigoureusement à partir de 2002. Cette régularisation permet au gouvernement congolais d'accéder à une gigantesque opération en deux phases de restructuration de sa dette et d'entrer dans le cadre de l'initiative PPTE.

    La première phase de juin-juillet 2002 consiste à régler le remboursement des arriérés congolais envers le FMI et la Banque mondiale. Le processus vise à garantir le remboursement des vieilles dettes impayées par une opération de "consolidation", c'est-à-dire en remplaçant les arriérés par de nouvelles dettes à un taux d'intérêt "concessionnel". Concrètement, quatre pays (Belgique, France, Suède, Afrique du Sud) prêtent la somme nécessaire au gouvernement congolais pour qu'il rembourse ses arriérés au FMI. Ensuite, le FMI prête la somme nécessaire (522 millions de dollars) au gouvernement congolais pour qu'il rembourse ces prêts d'États. Dans le même temps, la Banque mondiale prête 330 millions de dollars au Congo pour que le pays liquide ses arriérés à son égard.

    Au final, la République Démocratique du Congo a troqué ses arriérés multilatéraux contre une nouvelle dette due au FMI et à la Banque Mondiale. Un mécanisme d'apurement a également été conclu avec la Banque Africaine de développement.

    La seconde phase, en septembre 2002, consiste à restructurer la dette congolaise due aux quatorze pays créanciers rassemblés dans le Club de Paris. La dette congolaise due au Club de Paris est évaluée à 10,3 milliards de dollars, dont près de 90% sont des arriérés accumulés depuis le dernier accord entre le Club de Paris et le Zaïre de Mobutu, en 1989. L'accord de septembre 2002 débouche sur l'annulation de 4,6 milliards de dollars de dettes, ce qui correspond au montant des arriérés sur le principal de la dette extérieure congolaise, et sur le rééchelonnement de 4,3 autres milliards.

    Si l'on additionne la portée des deux phases de l'opération, 60% de la dette extérieure congolaise ont été restructurés. L'allègement a permis une réduction du service de la dette de 36 millions de dollars en 2003, 100 millions en 2004 et 173 millions en 2005. De leur côté, les bailleurs de fonds qui ont financé cette opération ont comptabilisé ces montants en aide publique au développement, ce qui leur a simultanément permis d'afficher des montants d'aide en hausse : sur les 8,5 milliards de dollars d'augmentation de l'aide à destination de l'Afrique subsaharienne entre 2001 et 2003, 5,1 milliards proviennent de la seule opération d'allégement de la dette du Congo

    7. Evolution du budget

    Tableau n° 7 : Evolution du budget du Congo Démocratique

    de 2000 à 2006

     

    BUDGET
    (en millions de$)

    RECETTES

    DEPENSES

    SOLDE

    2000

    508,4

    1057,7

    -549,3

    2001

    322,5

    326,4

    -3,9

    2002

    426,7

    375,9

    50,8

    2003

    429,3

    574,1

    -144,8

    2004

    633,1

    841,8

    -208,7

    2005

    847

    1121,9

    -274,9

    2006

    923,9

    2110,5

    -1186,6

    Source : Tableau recomposé par nous sur base des données de la Banque Central du Congo,( Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008 ; Evolution économique recente, décembre 2008 ;Bulletin mensuel d'informations et de statistiques ; Revue Analyses et prospectives, volume1, n° 1, mars 2006)

    La mauvaise gestion du budget est une des causes majeures à l'aggravation de la situation économique et financière du Congo, comme l'affirme M. Nzanda-Buana K.(63(*)) qui stigmatise la bonne vieille habitude congolaise de prévoir moins de dépenses que ce que l'on va réellement dépenser et de prévoir dans le budget de l'Etat plus de recettes que ce que l'on n'est capable de les encaisser.

    Le budget est largement dépendant des ressources extérieures sous forme de dons et de prêts qui dépassent souvent les recettes propres de l' État. Pour l'année 2004, l'appui direct au budget s'élève à plus de 240 millions de dollars, provenant de la Banque mondiale et de la BAD ( Banque africaine de développement). Les recettes fiscales, qui avaient plafonné à 6,9% du PIB en 2003 (exerçant de fortes pressions sur le budget de l'État), auraient atteint 7,9% du PIB en 2004 grâce à un effort ciblé sur les grands contribuables et l'administration des douanes.(64(*))

    Le gonflement des dépenses budgétaires est principalement lié à la mise en place des institutions de la transition politique et au coût du maintien de la paix. Dans ce contexte, l'État a dû maîtriser ses autres dépenses, notamment les charges communes comme le carburant, et réduire le gaspillage. Les subventions et les exonérations en matière de produits pétroliers ont notamment été supprimées, l'augmentation des cours mondiaux du pétrole étant répercutée sur le prix à la pompe et sur le prix du transport par l'application d'un mécanisme automatique. Le montant des arriérés accumulés, notamment avant l'année 1997, demeure un problème important. Certains fonctionnaires ne sont plus payés depuis des années.

    Actuellement, les dépenses de santé, d'éducation et d'infrastructures économiques de base dépendent exclusivement des financements extérieurs (65(*)).

    Graphique n°8 : Evolution du budget du Congo de 1995 à 2006

    Source : établi sur base des données de notre tableau n°7, p 43.

    III. CONCLUSION DU CHAPITRE II

    Au cours de ce chapitre nous avons fait un état de lieux de l'économie congolaise en présentant son aperçu général et en dégageant l'évolution économique et sociale du Congo de 1997 à 2008.

    Nous avons ainsi observé les différentes tendances que les indicateurs macroéconomiques ont affichées pendant la période sous étude sous l'impulsion des programmes économiques.

    Cette observation fait ressortir en générale la tendance décroissante des dimensions de l'économie nationale , avec comme conséquence la disparition de plusieurs unités du secteur formel qui a donné naissance, à son tour, à l'apparition des unités de production du secteur de l'informel comme activités de survie.

    Nous avons observé par ailleurs que la croissance indiquée peut être traitée de fausse, étant donné que la composition du PIB congolais est dominé par la production des résidents étrangers estimée à plus de 60%.

    Toutefois, nous avons amorcé la vérification de l'hypothèse une en observant les évolutions des dimensions économiques pendant la période visée par notre analyse; ce qui va nous servir de base dans l'analyse des programmes économiques du gouvernement congolais que nous abordons dans notre chapitre 3.

    Chapitre III : ANALYSE CRITIQUE DES

    PROGRAMMES ECONOMIQUES DE LA

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU

    CONGO ET LEUR IMPACT SOCIO-

    ECONOMIQUE DE 1997 A 2008

    Après avoir fait le diagnostic de l'économie Congolaise au chapitre précédent, nous allons au cours de ce chapitre analyser les différents programmes économiques que le gouvernement a mis en place durant la période sous étude afin d'évaluer leur incidence sur l'économie Congolaise.

    Nous allons dans un premier temps décrire quelques programmes spécifiques de reconstruction de l'économie nationale exécutés pendant cette période ; ensuite nous allons comparer les résultats obtenus par chaque programme aux objectifs préalablement arrêtés ; et enfin évaluer leur impact socio-économique.

    Tous ces programmes avaient pour but d'arrêter la dégradation économique, mais pourquoi n' y a -t-il toujours pas un décollage définitif au terme de ces programmes ? Ce chapitre va essayer de répondre à cette question et va du coup nous permettre de vérifier nos trois hypothèses:

    1. La majorité programmes économiques exécutés de 1997 à 2008 sont

    inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs arrêtés.

    2. En outre ils sont inappropriés par rapport aux structures économiques,

    culturelles, sociales voire institutionnelles du pays.

    3. Les programmes économiques du gouvernement de la République Démocratique du Congo sont conçus sans une vision du développement intégré à l'Afrique et au monde

    I. DESCRIPTION DES PROGRAMMES.

    1. PROGRAMME TRIENNAL ECONOMIQUE ET SOCIAL

    (1997-1999)

    Un programme triennal économique et social, (1997-1999) a été présenté à Bruxelles à la conférence des « Amis du Congo », en novembre 1997, programme appelé « programme de stabilisation et de relance de l'économie » avec quelques orientations telles que :

    · Le rôle primordial de l'Etat dans la prise en charge des services sociaux et publics : santé primaire, éducation de base, justice, sécurité, etc. 

    · Le rôle moteur du secteur privé dans la croissance économique et la privatisation des entreprises publiques pour restaurer leur compétitivité;

    · L'accroissement des investissements dans les secteurs prioritaires : transport, agriculture, énergie et mines.

    Le niveau de financement du programme triennal était évalué par le gouvernement congolais à 1,6 milliard de dollars US dont il n'obtiendra qu'une promesse de 105 millions de dollars sous la gestion des Institutions de Bretton Woods. Pour le reste, le programme sera sans lendemain comme la plupart des plans et programmes lancés au Congo depuis l'indépendance du pays, écrit M. Nzanda-Buana K. (66(*)).

    Ce programme était reconduit pour la période de 1999-2001 sous l'appellation de « Programme Triennal Minimum » avec financement propre, et à cette époque les paramètres du cadre macro-économique découlant de la politique du Gouvernement se caractérisaient par une inflation à trois chiffres, un taux de croissance positif (2%) bien qu'inférieur au taux de croissance de la population (3,5 %), un déficit budgétaire raisonnable et une pression fiscale modérée. Le taux de change moyen retenu se situait dans les tendances du marché des changes. Le tableau ci-dessous décrit cette réalité.

    Tableau n°8 : Paramètres du cadrage macro-économique 1999

    Taux de croissance en %

    2,0

    Taux d'inflation en %

    75-100

    Taux de change moyen (FC/USD)

    5,21

    Taux de change fin période (FC/USD

    7,91

    Pression fiscale (% du PIB)

    8

    Impasse budgétaire (en millions FC)

    860

    Emprunts (en millions FC)

    860

    Dépenses en capital (en millions FC)

    910

    Source : Projet du Budget de l'Etat pour l'exercice 1999, Ministère des Finances et du Budget, mai 1999

    La réalisation de l'ensemble des objectifs macro-économiques et sectoriels du Programme Triennal Minimum (PTM), dont le financement de la tranche annuelle 1999 représentait environ 31 % du budget 1999 de l'Etat, nécessitait la mobilisation d'une enveloppe financière de 19.535 millions FC équivalent à 4.341 millions de US $, et était répartie en trois tranches annuelles (67(*)):

    · Année 1999 : 6.556,6 millions FC, soit 34 % du PTM à financer ;

    · Année 2000 : 5.467,5 millions FC, soit 28 % du PTM à financer ;

    · Année 2001 : 7.511,2 millions FC, soit 38 % du PTM à financer.

    Les tableaux n° 9 et 10 ci-après nous donnent la répartition sectorielle du financement de ce programme et la répartition du financement selon ses catégories.

    Tableau n° 9 Répartition sectorielle du financement du Programme Triennal Minimum1999 - 2001 (en milliers de Francs congolais : 1 US $ = 4,50 FC)

    PTM 1999-2001

    Tranche 1999

    Tranche 2000

    Tranche 2001

    Total triennal

     

    Secteurs /S.S

    Montant

    %

    Montant

    Montant

    Montant

    %

    INFRASTRUCTURES

    2.048,3

    31

    3.298,1

    3.134,9

    8.481,4

    43,42

    Transports

    1.670,1

     

    2.471,9

    1.801,2

    5.943,2

     

    Energie et Eau

    90,3

     

    170,4

    175,8

    436,6

     

    Télécommunications

    78,2

     

    147,9

    796,5

    1.022,7

     

    Voirie, drainage, bâtiments publics & assainissement

    209,7

     

    507,7

    361,4

    1.078,8

     

    PRODUCTIFS

    3.918,5

    60,0

    1.530,2

    2.145,4

    7.594,1

    38,87

    Agriculture

    168,2

     

    196,4

    181,7

    546,4

     

    Mines

    3.747,7

     

    1.077,8

    1.522,6

    6.348,1

     

    Hydrocarbures

     
     
     
     
     
     

    Industrie

     
     
     
     
     
     

    Environnement

    2.649

     

    255,9

    441,1

    699,7

     

    SOCIAUX

    107,6

    2,0

    568,3

    1.481,8

    2.157,7

    11,05

    Education

    47,5

     

    531,2

    862,5

    1.441,2

     

    Recherche

    0,2

     

    0

    4,4

    4,6

     

    Santé et Nutrition

    59,8

     

    37,1

    614,9

    711,8

     

    ADMINISTRATIFS

    482,1

    7,0

    71,0

    749,1

    1.302,2

    6,67

    Justice

    59,3

     

    21,3

    98,1

    178,7

     

    Emploi

    42,5

     

    25,0

    245,1

    312,5

     

    Administration publique

    372,9

     

    19,9

    315,9

    708,7

     

    Economie et finances

    7,5

     

    4,8

    89,9

    102,2

     

    Total annuel

    6.556,6

    100

    5.467,6

    7.511,2

    19.535,4

    100

    Source : Ministère du Plan et Commerce, Synthèse du PTM 1999-2001, Vol. 3, juillet 1999, pp. 10 et 11.

    PTM : Programma Triennal Minimum

    S.S : Sous secteur

    Tableau n°10 Répartition du financement selon les 7 grandes catégories de programmes du PTM 1999-2001 (453 projets) (en milliers de Francs Congolais : 1 US $ = 4,50 FC)

    PTM 1999-01

    Tranche 1999

    Tranche 1999

    Tranche 1999

    TOTAL PTM

    Programmes

    Montant

    Montant

    Montant

    Montant

    %

    Etudes/Recherche (16 projets)

    2.281,3

    1.147,1

    849,2

    4.177,6

    21,38

    Appui Insti. /A.T. (46 projets)

    489,2

    326,3

    926,5

    1.742,1

    8,92

    Formation (14 projets)

    57,5

    109,9

    87,6

    255,1

    1,31

    Construction nouvelle (53 projets)

    1.102,2

    1.187,2

    670,9

    2.960,5

    15,15

    Réhabilitation (177 projets)

    1.752,1

    1.731,9

    1.906,5

    5.390,6

    27,59

    Achat d'équipements (132 projets)

    748,1

    854,3

    2.600,2

    4.202,6

    21,51

    Source : Source : Ministère du Plan et Commerce, Synthèse du PTM 1999-2001, Vol. 3, juillet 1999, p. 11.

    Les différents projets du PTM ont conduit à l'assainissement du cadre macroéconomique par des mesures de politiques monétaire et budgétaires suivantes:

    · Une réforme monétaire qui est entrée en vigueur le 30 juin 1998 caractérisée par l'émission du franc congolais en remplacement du nouveau zaïre, qui s'était opérée de la manière suivante :

    o 1 franc congolais (FC) égal à 100.000 nouveaux zaïres (NZ), ou 1 franc congolais égal à 140.000 zaïres (Z) ;

    o 1 dollar US égal à 1,45 francs congolais ou 1 FC égal à 0,71 dollar US.

    · L'interdiction de libeller et d'effectuer les opérations en monnaies étrangères (cfr le décret-loi 177 du 8 janvier 1999) ;

    · L'autorisation donnée aux creuseurs de diamant de vendre leurs produits en francs congolais et aux comptoirs d'achat de diamant de céder leurs recettes en devises aux banques au taux officiel ;

    · La création de la Bourse Congolaise des Matières Précieuses (BCMP), qui devrait centraliser toutes les transactions en devises de l'or et du diamant (cfr le décret-loi 179 de septembre 1999) ;

    · L'interdiction aux négociants étrangers de séjourner dans les zones minières ;

    · L'interdiction du cambisme (marché de change parallèle) ;

    · La réinstauration des licences d'importation et d'exportation ;

    · L'obligation de rapatrier des devises au taux de change figé à 4,5 FC pour 1 $ US d'avril 1999 au 25 janvier 2000 ;

    · L'interdiction pure et simple de la détention des devises, et l'obligation faite à tout détenteur de devises de les reverser en banque ;

    · L'interdiction de la délivrance des licences d'agrément des bureaux de change et leur fermeture ;

    · L'instauration du contrôle des prix ;

    · Le blocage du taux de change ;

    Toutes ces mesures de politiques économiques prises sous le régime de Laurent Désiré Kabila ont placé l'économie congolaise « dans un corset réglementaire ».

    La «révolution libérale de 2001» (68(*)) initiée par Joseph Kabila a marqué la fin de ce régime d'interdit et a donné l'occasion au pays de s'ouvrir au monde et de tenter de relancer son économie par deux programmes successifs de redressement économique et financier, le PIR (programme intérimaire renforcé) et le PEG (programme économique du gouvernement).

    Ces programmes d'ajustement structurel « de la deuxième génération »(69(*)), selon l'appellation de Tshuinza Mbiye, se sont inscrits dans le contexte nouveau de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FRPC) du FMI et de l'Initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

    2. LE PROGRAMME INTERIMAIRE RENFORCE (PIR)

    Le programme Intérimaire Renforcé comporte les exigences classiques d'un programme de stabilisation, requérant des politiques macroéconomiques restrictives, avec comme spécificité la libéralisation des prix y compris ceux des produits pétroliers, des marchés de changes, du commerce du diamant d'exploitation artisanale et surtout l'instauration effective d'un régime de taux de change flottants. Ainsi la politique monétaire, désormais libérée des contraintes antérieures imposées par le soutien de la parité officielle, pouvait se mettre théoriquement au service de la stabilité des prix intérieurs.

    A cause de cette libéralisation, le PIR marque la reprise des relations entre les institutions financières de Bretton Woods avec le Gouvernement congolais en vue de la relance économique.

    La reprise de la coopération structurelle avec le FMI et la Banque Mondiale était conditionnée par l'exécution conforme du PIR. Cette reprise allait permettre à la RDC d'accéder aux capitaux indispensables au financement de sa relance économique.

    Malgré la reprise de la coopération, le PIR a été exécuté de juin 2001 à mars 2002 et, ceci sans soutien financier extérieur.

    Nous allons parcourir ce programme à travers ses objectifs, ses mesures institutionnelles et technique ainsi que certaines actions menées dans le cadre de ce programme.

    a) Objectifs du PIR

    Les objectifs du PIR tels que décrits par le gouvernement de la République Démocratique du Congo en septembre 2001 et repris ici par M. Nzanda-Buana étaient les suivants (70(*)):

    · Casser l'hyperinflation ;

    · Stabiliser le taux de change ;

    · Réduire le déficit du compte courant extérieur ;

    · Résoudre le problème des arriérés de la dette extérieure.

    · libéraliser l'économie et l'ouvrir sur le reste du monde ;

    · mettre en place un environnement plus propice à la croissance économique et en particulier à l'activité du secteur privé ;

    · jeter les bases pour la reconstruction et la relance de l'économie.

    b) Les mesures institutionnelles et techniques du PIR

    Le PIR comprenait principalement d'une part des mesures techniques de lutte contre l'hyper-inflation et celles pour obtenir une croissance soutenue ; et d'autre part, des mesures structurelles et institutionnelles de libéralisation économique.

    1°. Quelques mesures institutionnelles et structurelles

    Nous citons quelques mesures ayant des impacts sur les variables macroéconomiques, notamment :

    · une nouvelle réglementation de change avec la libre circulation des devises étrangères et l'instauration du marché de change avec un régime de change flottant ;

    · la promulgation d'une loi sur la libéralisation des prix des biens et des services, à l'exception des tarifs d'eau, d'électricité et des transports publics soumis à autorisation ministérielle ;

    · la suppression du monopole d'achat et d'exploitation des diamants et la libéralisation du secteur ;

    2°. Quelques mesures techniques

    A ce propos, nous citons les mesures suivantes :

    · une dévaluation de la monnaie nationale de 84,1%  par rapport au dollar US ;

    · l'exécution rigoureuse des dépenses publiques en respectant les limites des recettes réellement réalisées et un plan de trésorerie ;

    · la mobilisation des recettes en l'améliorant notamment par la centralisation de toutes les recettes fiscales et parafiscales au Compte du Trésor à la Banque Centrale du Congo, la fixation des objectifs mensuels de performance à imposer aux régies financières, et enfin la suppression des paiements à l'Etat au taux de change officiel de loin inférieur au taux de change de marché pour toutes les taxations fiscales (71(*)).

    c) Autres actions menées dans le cadre du PIR

    A côté des mesures à caractère budgétaire et monétaire, des actions suivantes ont été entreprises en matière des réformes structurelles (72(*)):

    · La libéralisation des activités du secteur diamant par l'abolition du monopole qui caractérisait ce secteur ;

    · La publication d'une nouvelle réglementation pour le change confirmant la libéralisation dans ce domaine ;

    · La promulgation de nouveaux statuts de la Banque Centrale affirmant son indépendance ainsi que d'une nouvelle loi bancaire ;

    · La création de tribunaux de commerce ;

    · Le pays s'est doté des instruments ci-après améliorant l'environnement propice aux investissements tant nationaux qu'extérieurs :

    Ø D'un nouveau Code d'Investissement,

    Ø D'un Code Minier, d'un Code Forestier ainsi que d'un nouveau Code du travail.

    C'est l'exécution réussie du PIR qui a permis le montage d'un crédit relais pour apurer au mois de juin 2002 les arriérés de la RDC envers le FMI, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD).(73(*))

    Au regard de son endettement extérieur, le pays était un pays en cessation des paiements. Sa dette extérieure évaluée à 14 milliards de dollars américains avec des arriérés de paiements de l'ordre de 9,61 milliards de dollars en 2000 face à des recettes d'exportations de 823,5 millions.

    Les arriérés envers le FMI s'élevaient à 500 millions de dollars, envers la Banque Mondiale à 350 millions de dollars et envers la BAD 800 millions de dollars.

    L'existence d'arriérés envers les Institutions de Bretton Woods expliquait l'embargo financier tacite à l'égard de la République Démocratique du Congo.

    Vu la faiblesse de l'épargne interne, la relance de l'économie congolaise reste tributaire, pour de longues années, de l'appui des capitaux extérieurs.

    Aussi longtemps que le Congo n'évacuait pas les arriérés de sa dette extérieure, il lui était impossible de mobiliser des ressources extérieures d'autant plus que le pays vivait une rupture de la coopération structurelle aussi bien au niveau bilatéral que multilatéral depuis 1990.(74(*))

    Une fois ce goulot d'étranglement évacué au travers de la mise en place du PIR, le Congo a pu entrer en programme avec le FMI et par la même occasion, bénéficier auprès du Club de Paris d'une annulation de sa dette à hauteur de 4,6 milliards de dollars au cours du mois de septembre 2002 et ceci a nécessité la mise en oeuvre d'un nouveau programme tenant compte de la reprise de la coopération.

    3 LE PROGRAMME ECONOMIQUE DU GOUVERNEMENT (PEG 2002 - 2005)

    Le PEG a succédé au PIR et avait un horizon triennal car son exécution s'est étalée de juin 2002 à juin 2005.

    Contrairement à la situation du PIR qui n'avait pas bénéficié d'un concours financier extérieur, le PEG était appuyé par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FRPC) du FMI.

    Le PEG s'est exécuté d'une manière concomitante avec l'exécution du Programme Multisectoriel d'Urgence, de Réhabilitation et Reconstruction (PMURR) avec l'appui financier des partenaires extérieurs notamment la Banque Mondiale.

    a) Objectifs du PEG

    Les objectifs du PEG étaient restés les mêmes que ceux assignés au PIR aussi bien en ce qui concerne la gestion macroéconomique que pour ce qui est de la poursuite des réformes structurelles et sectorielles dans les domaines suivants : entreprises publiques, secteur financier, mines, infrastructures, secteurs sociaux, agriculture, forêt et renforcement des capacités institutionnelles.

    Pour ce qui est des critères de réalisation quantitatifs, les prévisions du PEG de 2002 à 2006 pour certains indicateurs macroéconomiques se présentent ainsi :

    · Le taux de croissance du PIB réel d'environ 5 % en moyenne de 2002 à 2005 ;

    · La baisse du taux d'inflation annuel à 5 % fin 2005.

    · La consolidation de la stabilisation, l'appui à la reconstruction et le dynamisme nouveau à la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté par la relance de l'économie nationale.

    b) Financement du PEG

    Le programme économique lancé sur trois ans (avril 2002 à juin 2005) était appuyé par les principaux bailleurs dont l'Union européenne. Le FMI avait déboursé 750 millions de dollars dans le cadre de son programme de « lutte contre la pauvreté », et la Banque mondiale, 950 millions de dollars.

    Ces fonds ont servi notamment à rembourser une partie de la dette extérieure du pays, évaluée à 14 milliards de dollars. La RDC a aussi obtenu, en septembre 2002, l'annulation de 4,6 milliards de dollars de sa dette vis-à-vis du Club de Paris (9 milliards). La perspective de l'entrée de la RDC dans l'initiative PPTE (Pays pauvres très endettés) en 2003 permettra d'annuler jusqu'à 90 % de sa dette extérieure.

    Donc, ce programme triennal 2002-2005 avait été approuvé par le FMI en juin 2002 et il comprend un appui financier de DTS 580 millions (environ US$ 780 millions), dont DTS 420 millions furent déboursés à cette date. Pour mémoire, les quatre revues précédentes furent conclues par le FMI le 24 mars 2003, le 23 juillet 2003, le 3 mars 2004 et le 12 juillet 2004 (chacune pour un montant de DTS 26,7 millions (US$36-40 millions).

    Avec la 5ème revue - et la sixième tranche de DTS 26,7 millions (environ $40 millions) qui était disponible dans les jours qui suivaient, le montant total déboursé devrait s'élever à DTS 553,3 millions.

    A l'adoption du PEG par le Conseil d'Administration du FMI le 12 juin 2002, un prêt de 750 millions de dollars avait été accordé par le FMI à la RDC dont une partie fut consacrée au remboursement du crédit relais ayant servi à l'apurement des arriérés et l'autre servant d'appui à la balance des paiements avec la possibilité de l'utiliser tous les six mois au terme des revues concluantes sur les critères du programme.

    Le cumul des tirages au titre de la FRPC à fin septembre 2004 s'était chiffré à 706,34 millions de dollars soit un taux d'utilisation de 94,2 %.

    De son côté, la Banque Mondiale était intervenue pour :

    · 50 millions de dollars de dons pour la réhabilitation des infrastructures de base ;

    · 450 millions d'un crédit de réhabilitation dont une partie a servi à apurer les arriérés auprès de la Banque Mondiale et la différence de 42 millions de dollars a constitué un crédit d'appui budgétaire ;

    · 454 millions de dollars de crédit d'appui au PMURR (Programme Multisectoriel d'Urgence, de Réhabilitation et de Reconstruction).

    Les décaissements du FMI au profit de la RDC se sont chiffrés à 472,04 millions de dollars à fin septembre 2004, dont 395,8 millions au titre de prêts et 76,3 millions de dons. L'essentiel des interventions avait concerné l'appui budgétaire (217,7 millions de dollars) et les projets de développement (80,3 millions de dollars).

    L'appui de la Banque Africaine de Développement à fin septembre 2004 avait totalisé 84,2 millions de dollars dont 7,3 millions d'aides sans contrepartie et 77 millions de prêts. Cet appui avait concerné l'aide budgétaire (74,2 %), l'assistance technique (11,3 %), l'équipement et les infrastructures (8,9 %) ainsi que le renforcement des capacités (3,7 %).

    Les interventions de l'Union Européenne en dons fin septembre 2004 s'étaient élevées à 136 millions de dollars dont 56,8 millions de dollars à l'appui à la démocratie et Etat de droit, 16,9 millions de dollars à l'aide humanitaire et 30,1 millions de USD à l'équipement et les infrastructures.

    Le PNUD était intervenu pour 40,5 millions de dollars dont 32,1 millions à l'aide humanitaire, 4,7 millions à l'assistance technique, 2,3 millions de dollars à la démocratie et 1,4 millions au renforcement des capacités.

    Donc, contrairement au PIR, le PEG était assorti d'un volet financier et d'un accord triennal de financement au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance signés le 12 juin 2002 entre le gouvernement et le FMI, en vue de soutenir le PEG. C'est dans ce cadre que les conseils d'administration de la Banque Mondiale et du FMI ont approuvé une facilité financière de l'ordre de 580 millions de DTS (Droit de tirages spéciaux), dont 420 millions DTS ont été affectés à l'apurement des arriérés vis-à-vis du FMI. Tandis que le solde de 160 millions de DTS, était destiné au soutien de la balance de paiement à raison de 27 millions de DTS à chaque conclusion satisfaisante d'une revue économique.

    c) Séquences d'exécution du PEG

    Dans son format initial, le PEG comportait trois séquences :

    · la stabilisation comme prolongement du PIR,

    · la reconstruction sur la période 2002-2004 et

    · le développement à partir de 2005.

    Au-delà, de cette répartition, à l'instar du PIR, le PEG était soumis à des indicateurs quantitatifs, suivant des revues semestrielles décidés entre le gouvernement et les partenaires extérieurs, plus particulièrement le FMI, parrain de ce programme. Il s'agissait donc, globalement, des mêmes critères que le PIR, à l'exception de la constitution des dépôts mensuels de 100.000 DTS clôturée depuis l'apurement en 2002 des arriérés de la RDC au FMI au titre d'obligations financières.

    4. Programme Multisectoriel d'Urgence de Réhabilitation et de Reconstruction (PMURR 2002 à 2005)

    Par son envergure, le Programme Multisectoriel d'Urgence de Réhabilitation et de Reconstruction (PMURR), d'un montant estimé à 1,741 milliards USD, est le premier programme post-conflit et le plus important projet socio-économique des dernières années.

    Ce programme a été financé par(75(*)) :

    · l'Association Internationale de Développement (AID), de 455 millions USD,

    · Gouvernement congolais, 221 millions USD

    · Banque Africaine de Développement (BAD), 44 millions USD

    · Donateurs identifiés, 485 millions USD

    · D'autres bailleurs de fonds, à hauteur de 536 millions USD.

    Les objectifs globaux du programme ont été définis, selon M. Nzanda-Buana, autour des deux axes importants et avec une préoccupation de conformer toutes les actions du programme aux aspirations du Nouveaux Partenariat du Développement pour l'Afrique, le NEPAD, à savoir, l'amorce du démarrage du processus de reconstruction et de réhabilitation économique par

    o La mise en place des grands travaux de reconstruction et de réhabilitation des infrastructures clés de transport, d'eau et d'électricité, de réhabilitation des services sociaux de base et de l'assurance de la sécurité alimentaire à Kinshasa et dans les grands centres urbains

    o La reconstruction des capacités humaines et institutionnelles, la redéfinition des méthodes de travail et le développement des grands axes des politiques sectorielles,

    o La mise en place d'un système de financement croissant pour des initiatives communautaires en milieux ruraux et urbains,

    o La garantie de la sécurité alimentaire par une production agricole suffisante et accessible à tous ;

    La mise en oeuvre de ce programme a été confiée à deux agences d'exécution :

    · l'une spécialisée dans le domaine des infrastructures et de la gestion des grands projets d'investissement, alors appelée la PMIF et devenue aujourd'hui le BCMI.

    · l'autre spécialisée dans le domaine de la mise en place d'investissements de petite et moyenne importance dans les secteurs sociaux, le BCECO.

    Les mesures prises dans le cadre de ce programme ont permis au Congo d'endiguer l'inflation, de stabiliser le taux de change, de renouer avec des taux de croissance positifs et d'atteindre d'une façon satisfaisante le point de décision.

    Ce sont là des acquis que le Gouvernement de Transition devait obligatoirement sauvegarder pour que les décideurs issus des élections entreprennent leurs actions dans un environnement assaini.

    C'est dans cette perspective que celui-ci a conçu, pour la période allant d'avril à décembre 2006, le Programme Relais de Consolidation, (PRC), comme cadre d'application des politiques devant maintenir la stabilité du cadre macroéconomique et la poursuite de la réalisation des réformes structurelles résiduelles du PEG.

    5. PROGRAMME RELAIS DE CONSOLIDATION (PRC)

    Le Programme Relais de Consolidation (PRC) n'est autre chose qu'un programme intérimaire dont l'exécution satisfaisante conditionne la signature d'un nouveau programme économique avec le FMI. Il est un programme d'observation dont les gouvernants congolais devraient assurer seul l'exécution et dont le terme était fixé au 31 décembre 2006. Un certain nombre des critères avaient été fixés pour justifier une conclusion heureuse de ce programme. Parmi ces critères, le taux d'inflation fin période ne devait pas dépasser 15% et le taux de change devait se situer autour de 526 Francs congolais le dollar Us

    Si la bonne exécution devait ouvrir la voie à des discussions portant sur un programme à moyen terme pouvant recevoir l'appui du nouvel accord de Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et Croissance(FRPC), après la formation du Gouvernement issu des élections, la mise en oeuvre de ce programme devait permettre au Congo de bénéficier des allègements de la dette dans le cadre de l'Initiative PPTE renforcée et de l'initiative de l'allègement de la dette multilatérale (FMI, Banque Mondiale et BAD) durant le deuxième semestre de 2007.

    L'exécution budgétaire a posé de réels problèmes quand on sait que malgré le bénéfice retiré par le Congo par son accès au point de décision dans le cadre de l'Initiative PPTE ; le poids de la dette est resté cependant lourd puisque le service de la dette extérieure représentait entre 32 et 40 % des revenus du Gouvernement entre 2003 et 2007, soit un montant d'environ 50 millions de dollars US payés mensuellement.

    A cette contrainte, il faut également ajouter l'ampleur des dépenses contraignantes dans un contexte de l'absence d'un appui financier extérieur. Les difficultés d'exécuter de façon satisfaisante le PRC laissaient entrevoir de sérieux problèmes auxquels allaient se heurter les décideurs issus des élections.

    Soutenu par les services du Fonds monétaire international (FMI), mais sans appuis budgétaires, le PRC était destiné à baliser le terrain pour des négociations plus approfondies dès janvier 2007 d'un deuxième Programme économique du gouvernement (PEG 2), il ne pouvait que flotter.

    6. LE DOCUMENT DE STRATEGIE ET DE CROISSANCE ET

    DE REDUCTION DE LA PAUVRETE (DSCRP)

    Le programme de reconstruction économique et sociale du gouvernement congolais se fonde essentiellement sur le Document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (DSCRP), qui a lui-même inspiré la rédaction du Programme du gouvernement (2007-2011) publié en février2007.

    Le DSCRP s'inscrit dans la continuation du Document Intérimaire de Stratégies de Réduction de la Pauvreté (DSRP-I), adopté en mars 2002. Le document intérimaire s'articulait en trois piliers censés permettre la réalisation d'un cycle de développement par étapes.(76(*))

    · Le premier pilier (« Paix et bonne gouvernance ») visait à restaurer et consolider la paix intérieure (réconciliation et réinsertion des enfants soldats), à prendre en charge les victimes des conflits (désarmement, destruction des armes, réinsertion des combattants démobilisés, réhabilitation des infrastructures), à garantir la stabilité aux frontières (conférence des Grands Lacs sur la paix) et à assurer la bonne gouvernance politique (élections libres, constitution), administrative (mise en place d'une administration décentralisée) et judiciaire (réforme du système judiciaire, promulgation d'une loi anticorruption, etc.).

    · Le deuxième pilier (« Stabilisation macroéconomique et croissance pro pauvre ») compilait pas moins de neuf axes dans le but de garantir une croissance durable, ce qui impliquait selon le document de stabiliser le cadre macroéconomique, de libéraliser l'économie, de réhabiliter les infrastructures et de relancer les secteurs productifs.

    · Enfin, le troisième pilier (« Dynamique communautaire ») concernait la stratégie d'appui à la dynamique communautaire, c'est-à-dire une stratégie en quatre axes prenant en compte les efforts des populations locales et privilégiant un processus de gestion participatif au détriment d'une bureaucratisation partiellement responsable des échecs antérieurs

    Le document final sorti en juillet 2007, adopte en plus de 3 piliers ci-dessus, deux autres qui sont (77(*)):

    · Combattre le VIH/Sida  ; ici la RDC s'engage à mener une bataille sans merci contre la pandémie afin de protéger sa population et les personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA. L'objectif est de contribuer au développement du pays en freinant la propagation du VIH et en réduisant son impact sur l'individu, la famille, et la communauté dans le cadre global de la réduction de la pauvreté. Signalons qu'à la rédaction du document l'épidémie avait une prévalence de 4,5%, soit 2,6 millions de personnes en 2004. Cette situation inquiétante se constate dans la tranche d'âge 14-19 ans et se situe à 3,6%, soit de 2% supérieure à la norme de l'OMS (1,6%)

    · Amélioration de l'accès aux services sociaux et réduire la vulnérabilité, avec comme objectif de rétablir d'ici l'an 2015, les performances dans le domaine de l'éducation, de la santé, la protection sociale, de l'eau et de l'assainissement par la disponibilisation des services de bonne qualité et l'accès effectif à ces services dans la limite des possibilités financières ou du pouvoir d'achat des populations bénéficiaires.

    II. ANALYSE DE L'EVOLUTION DES PRINCIPAUX

    INDICATEURS ECONOMIQUES PAR RAPPORT AUX

    OBJECTIFS DES PROGRAMMES.

    Dans cette partie, nous allons analyser le comportement des différents indicateurs économiques au regard des objectifs préalablement assignés. Nous allons pour cela observer l'évolution des différents indicateurs tels le taux de croissance, le PIB/H, le taux d'inflation, le taux de change, l'IDH, le commerce extérieur, et le déficit budgétaire.

    Nous allons ainsi à l'aide du tableau n°11 qui suit, comparer les niveaux de ces paramètres au début et à la fin de chaque programme en fonction des objectifs afin de voir si ceux ci étaient atteints ou pas.

    Tableau n° 11 : Données synoptiques des évolutions des indicateurs économiques en rapport avec des objectifs des programmes

    La lecture de ce tableau n°11 montre que les différents programmes ont eu des résultats mitigés avec des évolutions positives (P) et négatives (N) des indicateurs pris en compte pendant leurs exécutions

    a) Retombés du PIR

    Globalement ces objectifs ont été satisfaisants :

    · Le taux d'inflation est tombé de 135 % à fin 2001 à 18% fin 2002.

    · Le taux de change s'est déprécié passant de 206,6 à 346,5 pour la même période ;

    · Le budget de l'Etat resté longtemps déficitaire avec 12 milliards de francs congolais de déficit fin 2001 était devenu excédentaire de plus de 50 millions de dollars US à fin 2002.

    Par contre, malgré toutes les performances réalisées, l'Indice du Développement Humain, IDH, est demeuré le même ; ce qui revient à dire que ce programme n'a pas permis d'améliorer le niveau de vie de la population congolaise. Ceci nous permet d'affirmer notre 2ème hypothèse : les programmes économiques exécutés de 1997 à 2008 sont inappropriés aux réalités congolaises.

    b) Les retombées du PEG

    Les résultats escomptés du PEG sont restés mitigés : moins performants au niveau macro-économique et performants au niveau des reformes structurelles majeures envisagées.

    · 1. La gestion macroéconomique

    Ø Le taux d'inflation s'est situé, en fin de période (2005), à 21,3 % alors qu'il était à 18% au début du programme en 2002 ; l'idéal n'a pas été atteint, c'est-à-dire celui de réduire le taux d'inflation à 5%

    Ø Dépréciation du taux de change qui est passé de 346,5 en 2002 à 476 FC pour 1$ US en 2005 ;

    Ø Le taux de croissance du PIB a évolué de la manière suivante : 3,5 % en 2002, et 7,8% en 2005 ;

    Ø Le tendon d'Achille noté dans la gestion budgétaire reste la non maîtrise de la dépense et le non-respect globalement de la chaîne de la dépense.

    · 2. Du point de vue de réformes structurelles majeures selon les domaines :

    Gouvernance économique

    Ø Promulgation (mai 2002) d'une loi garantissant l'indépendance de la Banque Centrale ;

    Ø Mise en place d'un comité interministériel de suivi des réformes économiques ;

    Ø Contrôle et coordination des problèmes économiques et financiers ainsi que des affaires sociales et culturelles par deux Vice-présidents (depuis juin 2003).

    Transparence :

    Ø Adoption d'une stratégie anti-corruption, à la suite d'un atelier organisé par la Banque Mondiale et Transparency International (septembre 2002) ;

    Ø Mise en place d'un observatoire du code sur l'éthique professionnelle (septembre 2003) ;

    Réforme de la fonction publique :

    Ø Préparation du recensement de la fonction publique (avec l'aide du PNUD et de la Belgique) ;

    Ø Audit du système de paiement des salaires (avec l'aide de la France) ;

    Ø Préparation d'un programme de mise à la retraite (avec l'aide de la Banque Mondiale).

    Réforme du système financier :

    Ø Audits de la Banque Centrale et de neuf grandes banques commerciales ; lancement de la restructuration de trois banques viables ; liquidation de trois banques non viables ;

    Ø Adoption de nouvelles règles prudentielles pour le secteur bancaire (juillet 2003).

    Réforme des entreprises publiques :

    Ø Audit sur la gouvernance de la plupart des grandes entreprises publiques ;

    Ø Audit opérationnel et fonctionnel d'environ 20 grandes sociétés à activité commerciale ;

    Ø Mise en place (octobre 2002) du Comité de Pilotage pour la Réforme des Entreprises Publiques (COPIREP) ;

    Ø Restructuration des principales sociétés (dont GECAMINES, avec la mise en place et l'exécution d'un programme de départ volontaires pour 10.000 employés).

    Investissements privés :

    Ø Nouveau Code des investissements, préparé avec l'aide de la banque Mondiale (février 2002) ;

    Ø Création (février 2003) de l'Agence Nationale pour la Promotion des Investissements (ANAPI) ;

    Ø Lancement des réformes sur l'arbitrage, les règlements de litiges et la fiscalité.

    Globalement, le PEG n'a pas atteints les résultats escomptés pour entre autre des raisons suivantes :

    Plusieurs évaluations dites « revues » se sont faites notamment la 5ème revue, entreprise en novembre 2004 qui avait relevé de graves dysfonctionnements dans la coordination des actions de politiques monétaires et budgétaires, en faveur de la poursuite du PEG. L'absence de coordination des actions au sein notamment de la commission économique et financière du gouvernement, a nettement prouvé l'incapacité, sinon l'impuissance de l'Exécutif à sauver ce programme. Car, l'on doit dire que la spécificité du PEG résidait dans le fait que l'essentiel de la croissance attendue au terme de son exécution devait être impulsée par des apports extérieurs. Ces dérapages dégagés depuis septembre 2004, notamment par la reprise de l'inflation et la dépréciation persistante du taux de change, ont plus que fragilisé le Programme économique du gouvernement.

    Des dérapages au niveau notamment des finances publiques ont été tels qu'il y a eu résurgence de l'inflation mettant fondamentalement en déséquilibre les prix intérieurs.

    Le PEG donnait dès lors l'image d'un édifice en plein écroulement car son fondement ; constitué des acquis du PIR, exprimés en termes de limitation du taux d'inflation dans de faibles marges de fluctuations et la stabilité du taux de change, n'était plus que de vieux souvenirs parce que depuis le dernier trimestre 2004, tous les indicateurs macro-économiques classiques se rapportant à l'évolution des prix intérieurs et du taux de change de la monnaie nationale par rapport aux grandes devises étrangères étaient au rouge.

    D'où, une attention particulière devait, tout au long de la mise en oeuvre de ce programme, être portée sur l'amélioration de la qualité des politiques budgétaire et monétaire.

    · Au plan budgétaire, le gouvernement avait l'obligation de veiller non seulement sur l'adéquation entre les recettes et les dépenses, mais surtout sur la viabilité des premières et à une allocation efficiente des moyens mobilisés au profit des secteurs-clés à impact social visible (santé, éducation et infrastructures de base).

    · Pour ce faire, le gouvernement devait s'en tenir à l'amélioration de la qualité de la dépense par la réhabilitation et l'application stricte de la chaîne de la dépense publique.

    · De son côté, la Banque Centrale devait poursuivre la mise en oeuvre d'une politique monétaire restrictive par notamment le non-recours au financement monétaire du déficit public, c'est-à-dire la planche à billets.

    Toutes ces mesures, conçues cependant comme bases de réussite du PEG, ont vite fait de voler en éclats dès la deuxième moitié de l'année 2004.

    Malgré les conseils et mises en garde du FMI et d'autres partenaires extérieurs, le gouvernement de transition a continué à pécher en entretenant le doute autour de sa volonté de corriger son comportement pour le maintien dans les normes du niveau des avoirs intérieurs nets, des avoirs extérieurs nets et du crédit net à l'Etat, trois critères pour lesquels la RDC a dû, durant toutes les revues du PEG, bénéficier d'une dérogation du FMI. C'est aussi le non-respect depuis 2002 de ces trois critères qui a conduit à l'échec du PEG qui n'est plus à démontrer. Car, rien de tout ce qui a été prévu en 2002 n'a pu être réalisé jusqu'en mars 2006, date programmée de la fin de ce PEG, après prolongation.

    En outre, la 6ème revue par les Institutions de Bretton Woods n'a pu être conclue suite aux dérapages des finances publiques causés par la boulimie de certains animateurs des institutions de la transition(78(*))

    En effet, le journal le Potentiel rapporte que la période de la transition politique de 2003-2006 s'est caractérisée sur le plan économique par l'explosion des dépenses publiques, la fragilisation du cadre macroéconomique avec comme conséquence l'échec du Programme Economique du Gouvernement et le report du point d'achèvement de l'initiative PPTE (79(*))

    La monnaie nationale a peiné à se stabiliser. Sur les marchés, les prix intérieurs n'étaient plus sous contrôle et continuaient à défier les stratégies, parfois surréalistes, élaborées par la Banque centrale. En l'espace de quelques mois, le taux d'inflation qui, depuis fin 2001 a été toujours d'un chiffre, avait dépassé la barre de 10%.

    La situation était catastrophique pour autant que l'échec du PEG a bloqué la voie qui devait mener la RDC au point d'achèvement à l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés.

    En juillet 2005, après l'échec cuisant du Programme Economique du Gouvernement (PEG), ce dernier a été prolongé au-delà de l'échéance. En mars 2006, le PEG est totalement suspendu, la FRPC y compris, suite à une gestion cavalière des opérations financières du secteur public menée de concerto par le Gouvernement et la BCC à partir du dernier trimestre de 2004 jusqu'à mars 2006. C'est alors que, pour ne pas perdre les dividendes de ces programmes (PIR et PEG), le FMI va accepter la proposition faite par les autorités congolaises de revenir au programme de « stabilisation » pour la période d'avril à décembre 2006 une « variante » du PIR que ces mêmes autorités ont qualifié à tort de « Programme Relais de Consolidation », PRC.

    L'analyse de ces différentes variables du PEG, nous permet encore une fois de plus d'affirmer que ce programme à été inefficace et inadapté par rapport aux objectifs et est inapproprié aux réalités du pays car la majorité des objectifs fixés ne sont pas atteints et n'a pas permis d'améliorer le bien être de la population, et ceci confirme ainsi nos deux premières hypothèses.

    C) Les Retombés du PMURR

    Le PMURR a permis :

    i. La production végétale par la mise à disposition des paysans des boutures saines et des semences de qualité de principales cultures vivrières ;

    ii. La production de semences améliorées (mais, riz, arachides, haricot, niebé, soya et manioc ;

    iii. La réhabilitation de 1310 Km des pistes rurales qui sont destinées à améliorer l'accès aux marchés des paysans producteurs dans 7 provinces de la RDC ;

    iv. La production animale à travers la formation des formateurs des éleveurs et psiculteurs dans les provinces de Kinshasa, Bandundu, et Bas Congo, et

    v. La réalisation des études sectorielles pour la relance de provinces filières agro-industrielles du coton, palmier à huile ; hévéa, cacao, café, thé et quinquina dont les enquêtes menées dans le Bas Congo, Bandundu,les 2 Kasaï,province orientale, Kivu et Equateur

    Cependant, malgré les performances réalisées dans l'amélioration du taux de croissance (objectif 5%, réalisation 7,8%) et du PIB, les restes des indicateurs ont été moins performants (augmentation du taux d'inflation, dépréciation du niveau de vie de la population)

    Ce programme a aussi échoué et confirme ainsi nos deux premières hypothèses.

    d) Les Retombés du PRC

    Le PRC a été qualifié à tort d'un programme de « consolidation » et cela, pour le simple fait que ce programme n'est pas venu « consolider » quoi que ce soit, mais plutôt « restaurer » les équilibres qui ont été rompus à partir des dérapages dans lesquels se sont illustrés le gouvernement et la Banque centrale du Congo dès la deuxième moitié de 2004 jusqu'au mois de mars 2006.

    Par conséquent, le mieux aurait été qu'on parla du « Programme Relais de Restauration » des équilibres pervertis, plutôt que d'un programme de « consolidation ».

    Avec le PRC, le pays était donc revenu à la case départ, étant donné que la bonne exécution du PRC devait conduire à la conclusion d'un nouveau programme triennal une autre variante du PEG.

    C'est seulement après une année de bonne exécution de ce « PEG renégocié » et du Document de Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté, DSCRP, que le pays pouvait espérer accéder au point d'achèvement de l'initiative PPTE-renforcée et voir sa dette extérieure annulée.

    Au terme du PRC, c'est-à-dire au 31 décembre 2006, au regard des statistiques disponibles, à 90% le gouvernement de l'époque avait réussi le test, car le taux de change à cette date s'est situé autour de 468 Francs congolais le dollar Us, ce qui est mieux que le taux programme de 526 Franc congolais le dollar.

    En plus, le taux d'inflation s'est amélioré d'une manière significative soit 12,8% par rapport au taux prévu à la conclusion du programme qui était de 15%.

    Mais ces indicateurs favorables ont été mis en mal par l'aggravation du déficit public qui a du reste remis en cause l'équilibre macro-économique. Et c'est à cette époque qu'une délégation du FMI est arrivée en visite au Congo et a appelé le gouvernement de transition au strict respect et au maintien des dépenses prévues au budget, en évitant éventuellement tout dépassement qui accélérerait l'inflation.

    e) Les Retombés du DSCRP

    Le DSCRP bien qu'il soit bien élaboré au niveau de sa conception est resté juste un document d'inspiration des gouvernements lors de la rédaction de leurs contrats- programmes. Aucune mesure arrêtée dans ce programme n'a connu à ce jour un début de commencement.

    Les contre-performances macro-économiques, la lenteur des réformes et la non-exécution du DSCRP (Document de la stratégie pour la croissance et la réduction de la pauvreté) ont empêché la RDC d'atteindre le point d'achèvement de l'initiative PPTE (Pays pauvres très endettés) fin 2007, comme prévu.

    f) CONLUSION DE L'ANALYSE DES PROGRAMMES

    La quasi-totalité des programmes analysés ne respectent guère le cadre logique de planification des stratégies et politiques de développement, on note de incohérences manifestes et des incompatibilités et des contradictions entre les objectifs généraux énoncés d'une part, et d'autre part les stratégies proposées pour les atteindre et les politiques imaginées pour les traduire en acte. Ils manquent des précisions sur les résultats escomptés au bout du processus et sont pour la plupart muets sur les indicateurs objectivement vérifiables si bien que leurs évaluations restent impossibles.

    Tous ces programmes sont basés sur des prévisions irréalistes, des chiffres dépassés et des ressources extérieures à acquérir du FMI et autres bailleurs extérieurs dont on sait que les exigences ne sont pas toujours compatibles avec l'objectif d'un Congo uni, puissant et prospère. Généralement les programmes du gouvernement congolais se limitent à un catalogue d'intentions qui enlève la valeur scientifique à ces documents et confirme leur caractère essentiellement de politique propagandiste.

    Les Petites et moyennes entreprises (PME) sont confrontées à un environnement politique et économique défavorable ainsi qu'à un cadre réglementaire inadapté et mal appliqué. Cette situation les a mises dans un état d'essoufflement et a conduit à une forte baisse de leur activité. La plupart des PME et PMI (petites et moyennes industries) ont été crées dans le but d'exploiter les opportunités que présente un environnement protectionniste. Au stade actuel de la mondialisation, de libéralisation de l'économie et d'intégration régionale, ces PME et PMI souffrent d'un manque de compétitivité face aux produits extérieurs à cause des difficultés d'approvisionnement et l'étroitesse du marché national/local.(80(*))

    L'analyse de ces différents programmes confirme nos 3 hypothèses car elle nous permet en définitive d'affirmer d'une part que ces programmes ont été inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs et sont inappropriés aux réalités du pays car la majorité des objectifs fixés ne sont pas atteints et n'a pas permis d'améliorer le bien être de la population et que d'autre part ils ont été conçu sans référence, sans une vision nouvelle de développement intégrée ni à l'Afrique ni à l'empire marchand mondiale.

    C'est ainsi que nous allons scruter l'impact socio-économique de tous ces programmes au sein de l'économie congolaise en démontrant comment ces différents programmes n'ont pas donné des effets escomptés au sein de la population malgré certaines performances réalisées ci et là.

    III. L'IMPACT SOCIO-ECONOMIQUE DES PROGRAMMES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DE LA RDC

    Les différents gouvernements qui se sont succédés à la tête du Congo depuis son indépendance ont élaboré une multitude des programmes, des plans et des nombreuses mesures institutionnelles, qui pour la plupart visaient la relance et/ou le maintien de la croissance économique et le bien être de la population.

    Toutes ces réformes structurelles que le gouvernement congolais est en train de mettre en oeuvre se sont révélées de première génération en ce qu'elles consistent dans le démantèlement des obstacles et en rétablissement des conditions minimales pour un fonctionnement normal de l'économie. Elles touchent plusieurs domaines : les finances publiques, la monnaie, la fiscalité, la santé, l'éducation, la protection sociale, la justice, l'environnement, l'énergie, le transport, les mines, le développement rural, l'agriculture etc. Comme le souligne Essimbo Numayeme, «la particularité des réformes de première génération est de produire des effets à très court terme et non durables. Par conséquent, leur efficacité dépend de la rapidité dans leur mise en oeuvre, qui, elle-même, est tributaire des mécanismes décisionnels très souples et simplifiés.»(81(*))

    Mais comme nous pouvons le constater notre analyse montre que certains de ces programmes économiques ont statistiquement parlant, obtenu des résultats satisfaisants avec la maîtrise de l'inflation et la stabilisation du cadre macro-économique, conditions recherchées  pour relancer la coopération notamment avec les Institutions de Bretton Woods, l'Union Européenne, la Banque Africaine de Développement et diverses agences étrangères de financement de développement, alors que sur le plan social, tous ces programmes économiques, malgré leurs performances statistiques, n'ont pas eu d'effets escomptés au niveau de la population. Cela se traduit par :

    · des multiples mouvements de grèves dans divers secteurs de la vie nationale,

    · la dégradation du système éducatif et sanitaire,

    · la détérioration et de l'environnement et des infrastructures de communication,

    · les pénuries incessantes et généralisées d'énergie électrique, 

    · l'accroissement de la dépendance alimentaire etc.

    En effet, les tensions sociales se sont accrues en 2007, des mouvements de grèves ont vu le jour dans bien des entreprises et services publics, le marché du travail est de plus en plus exigu , l'accès à l'eau potable et à l'électricité pose problème , la faim tue des milliers de personnes , la séroprévalence du VIH/Sida ne cesse de s'accroître , l'insécurité est encore présente en 2008, surtout à l'est du pays. Face à ce contexte, les progrès sociaux ne sont pas encore perceptibles.

    Selon Dominique Kabeya l'Analyse Participative de la Pauvreté (APP) réalisée en 2007 renseigne que près de 70% de la population au Congo vivent encore en dessous du seuil de pauvreté avec moins d'un dollar par jour et le Congo figure parmi les pays les plus pauvres d'Afrique malgré le retour de la croissance depuis 2002. La majeure partie de la population n'a pas encore accès aux services sociaux élémentaires , le marché du travail se caractérise par un taux d'activité relativement inférieur à la moyenne des pays de l'Afrique subsaharienne : 63% (50.8% en milieu urbain contre 68.1% en milieu rural). Depuis quelques années, la femme congolaise assure de plus en plus le rôle de chef de ménage, l'homme étant soit incapable de subvenir aux besoins de la famille, soit décédé ou assassiné, victime de conflits armés; Selon des sources nationales, la prévalence du VIH/SIDA au Congo avoisinerait 7% -9%, dont 27% parmi les prostituées de la ville de Kinshasa et 25% parmi les femmes enceintes à l'Est du pays.(82(*))

    En ce qui concerne l'éducation, le taux de scolarisation est en baisse. En 2000-2001, selon des sources nationales il se situait à 33% dans le primaire, et il ne dépassait pas 12% dans le secondaire. Seulement 29% des enfants achèvent l'école primaire, et 4.7 millions de jeunes enfants - dont 2.5 millions de filles - ne sont pas scolarisées.

    Depuis 2005, les enseignants ne cessent de réclamer l'augmentation salariale conclue en février 2004 avec le gouvernement (accord de Mbudi). Cet accord fixe le plus bas salaire à 208 USD par mois, alors qu'un enseignant ne touche, en moyenne, que 67 USD.

    Les revendications salariales des enseignants ont retardé la rentrée scolaire 2007-2008. En novembre, les enseignants des universités et instituts publics se sont mis en grève pour leur rémunération. Afin de résoudre ce problème, le parlement avait décidé de consacrer 18 milliards CDF à la rémunération des enseignants, dans le budget 2008.

    Les indicateurs de développement humain (IDH) demeurent encore très faibles : l'espérance de vie est en moyenne de 43 ans, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans dépasse 250 pour mille naissances vivantes, l'IDH n'a pas évolué (0.411 en 2007). Le taux de chômage est de plus ou moins 40%.

    Certains indicateurs connaissent un progrès notamment, le taux de couverture vaccinale des enfants, le taux d'accouchement assisté et le taux brut de scolarisation en primaire.

    Comparant les différents programmes de stabilisation initiés au Congo, Mukoko Samba note que l'économie politique de l'ajustement est demeurée inchangée (83(*)) ; les efforts sont constamment tournés vers le rééquilibrage macroéconomique à l'aide des instruments monétaires et de change. Il relève en outre qu'en cette matière «le Congo détient un impressionnant record d'échecs.

    On pourrait ainsi dire que l'échec de ces programmes a résidé, au plan social, dans le fait qu'en fixant ses objectifs le gouvernement voulait d'abord répondre aux exigences de ses bailleurs de fonds afin d'obtenir l'allégement de sa dette sans tenir compte des implications sociales que l'exécution de ces programmes allait engendrer, et ces objectifs n'ont pas cherché à établir la relation permanente entre ces indicateurs et le bien être de la population, objectif principal de tout gouvernement.

    Ce qui viole la règle élémentaire de cohérence énoncée par Jan Tinbergen en matière de politique économique, qui stipule qu'il faut autant d'instruments qu'il y a des objectifs à atteindre.(84(*))

    En réalité, comme le prouve également l'exécution des programmes, c'est avant tout un problème de manque de volonté politique pour contenir les déficits publics, d'une part, en limitant certaines dépenses et, d'autre part, en améliorant la mobilisation des recettes budgétaires.

    Au contraire, lorsque contraint de réduire le train de vie de l'Etat pour rencontrer les critères de performance des programmes de stabilisation, le gouvernement a invariablement sacrifié les dépenses de fonctionnement et d'investissement au profit du maintien des dépenses dites de «souveraineté».

    De leur côté, les institutions de Bretton Woods, supervisant l'exécution des programmes d'ajustement, s'interdisaient jusqu'à une certaine époque d'interférer dans ce genre d'arbitrage des dépenses au motif qu'il s'agissait de «choix politiques». Pour n'avoir pas prêté attention à la qualité de la dépense publique, et surtout à cause de la nature déflationniste de leurs mesures, les programmes classiques de stabilisation ont été critiqués par des analystes.

    Le CNONGD ( Conseil National des Organisations Non Gouvernementales de Développement de la RDC ) dans son Mémorandum de la Société Civile sur les interventions des bailleurs des fonds bilatéraux et multilatéraux de janvier 2004 , stipule que la gestion des variables économiques endogènes en vue de la régulation efficace des dysfonctionnements du marché intérieur ou de l'équilibrage des rapports de force avec nos partenaires extérieurs ne transpire nulle part dans la politique économique du Gouvernement ; et qu'en conséquence, la multiplicité des programmes de gestion du cadre macro-économique ( PIR, PEG, PMURR, PRC,...) en l'espace de 10 ans, nonobstant l'importance des ressources d'appui financier qu'ils ont drainé s'est plutôt accompagnée de la diminution annuelle de la consommation de 4,2 % par tête, de l'emploi de 7,5 %, de la bonne gouvernance de 3,0 %, du revenu journalier par tête d'habitants qui est tombé à moins de 0,20 dollars US alors que l'écart entre pauvres et riches s'est élargi de 18,9 % par an.(85(*))

    Ceci découle de l'inefficacité des politiques appliquées par l'Etat congolais qui ne dispose pas d'une politique économique cohérente et précise à court, moyen et long terme telle qu'on peut s'en rendre compte de par l'absence de :

    · la politique d'investissement ou même de simple réhabilitation des capacités productives dans les secteurs qui concernent le mieux les domaines prioritaires de l'économie nationale (agriculture délaissée, manufacture pillée, infrastructures délabrées,...) ;

    · la politique d'emploi ou de gestion efficace des capacités humaines comprenant aussi bien la formation que l'affectation judicieuse des ressources ou compétences humaines ;

    · la politique des revenus qui devrait prendre en compte principalement le rôle de la consommation tant publique que privée dans la promotion des investissements et de l'harmonie sociale.

    En outre poursuit le CNONGD, l'Etat ne dispose pas d'une politique responsable de gestion de la coopération financière telle que l'attestent les faits suivants(86(*)) :

    · la faiblesse de la capacité de négociation des Accords conduisant le pays dans des programmes inspirés, contrôlés, voire, gérés par l'expertise étrangère, dans des financements qui appauvrissent davantage la population sans financer le pays, dans des contrats léonins notamment basés sur des choix technologiques inadaptés et l'accroissement de l'endettement extérieur, l'absence de critères fixés par le Gouvernement en rapport avec les intérêts de la population,...

    · la faiblesse de la coordination de différents programmes telle que corroborée par les improvisations dans les interventions économiques, le recours, par la Banque mondiale, à des Bureaux d'études extérieurs pour la conception des programmes à contenu mitigé,

    · la gestion insuffisante du problème de la dette extérieure, notamment, dans le suivi de la matérialisation de notre accès au point de décision de PPTE, la mauvaise évaluation de la charge annuelle de remboursement au cas même où nous pourrions accéder au point d'achèvement PPTE, l'absence d'une attitude conséquente à l'égard des responsables de cet endettement et de tous les autres prédateurs de l'économie nationale ;

    · la répression de la demande intérieure par la compression continuelle de la masse monétaire accentuant l'extraversion nocive de l'économie nationale, l'exclusion des investisseurs et consommateurs nationaux dans l'activité économique ainsi que la corrélation directe et étroite entre plus de croissance et d'avantage de pauvreté.

    · l'absence de la monnaie nationale dans les principaux circuits de la vie économique, au profit de monnaies fictives (Franc fiscal) ou étrangères (dollar US et Euro);

    · le manque de transparence dans la gestion et la non prise en compte des intérêts de la collectivité notamment par le blocage du cadre de concertation et de dialogue national entre les acteurs non étatiques, le Gouvernement et les bailleurs des fonds, l'absence de la Société civile au niveau de la conception, de l'élaboration, de l'exécution et de l'évaluation des programmes, la faiblesse du pouvoir de contrôle parlementaire

    Dans cette logique, le Congo croupira encore longtemps sous le poids de la dette extérieure avec une charge annuelle toujours insoutenable tandis que le recours aux nouveaux emprunts rendra toujours et de plus en plus aléatoire son contrôle par le Parlement tout en renforçant la mainmise des agences des Institutions financières internationales sur les dépenses publiques.

    Actuellement, la RDC ne vit plus que de par la volonté de l'extérieur. Son avenir économique dépend aujourd'hui de ce que veut la Banque mondiale, le FMI, la BAD ou encore l'Union Européenne. Qu'elle élabore un budget national, c'est aux bailleurs de fonds d'en soutenir l'exécution. Près d'un demi siècle après son indépendance, la RDC paye le prix de graves erreurs commises depuis le boum du cuivre. Elle est aujourd'hui victime de politiques économiques inadéquates qui, pour le moment, lui sont imposées par des programmes dits de réduction de la pauvreté. »(87(*))

    L'analyse des programmes faite ci - haut fait ressortir le fait qu'il y a une habitude qui continue à coller à la peau des politiques congolaises qui selon M. Nzanda-Buana K., « prennent de bonnes mesures techniques dont les bons résultats peuvent être obtenus sans que les conditions de vie de la population ne soient améliorées ni le pouvoir d'achat réel des consommateurs pris en compte, sans même que ces bonnes mesures n'aboutissent réellement. »(88(*))

    Et aussi les politiques économiques appliquées à travers les programmes économiques du gouvernement n'abordent toujours pas les questions de fond. Elles tentent malheureusement à ne résoudre que les questions de simple gestion macro-économique, sans se préoccuper d'accroître la demande globale et l'offre globale, ni contribuer à la réduction de la pauvreté.(89(*))

    Ce qui fait dire à M. Nzanda- Buana que l'incapacité de résoudre les nombreux problèmes de fond face aux problèmes quotidiens tout aussi nombreux, a ramené l'Etat Congolais à l'apparente facilité à naviguer à vue en décidant ponctuellement pour répondre à des nécessités immédiates et obtenir des résultats immédiats sans s'occuper des mouvements de fond ni rechercher les effets durables.(90(*))

    En pratique le peuple n'a guère de prise directe sur les ambitions et les choix des gouvernants, ceux-ci lui échappent puisque basés sur des promesses contradictoires et futuristes, souvent théoriques et propagandistes et relevant des formes du pouvoir politique et de ce que les dirigeants imaginent. C'est par ce biais que les rêves des peuples pour le développement sont convertis en « mythes de développement » à travers les programmes de gouvernement, et ceci s'explique de plusieurs manières : l'incompétence des gouvernants, l'inadéquation des institutions, l'égoïsme et l'envie des dirigeants d'Etat sans oublier la pression des intérêts extérieurs contradictoires aux intérêts nationaux et à ceux de l'Etat.(91(*))

    M. Nzanda-Buana K. souligne encore que le Congo se trouve confronter à deux sortes de problèmes, structurels qui résident dans son caractère extraverti et non intégré de son économie et ceux liés à son fonctionnement et à sa gestion qui relèvent de l'incohérence et de l'inefficacité, et même de l'absence des politiques économiques.(92(*))

    IV. CONCLUSION DU CHAPITRE III.

    Nous avons au cours de ce 3ème chapitre analysé quelques programmes économiques que le gouvernement a mis en place durant la période sous étude afin d'évaluer leur incidence dans l'économie Congolaise.

    Nous avons dans un premier temps décrit quelques programmes spécifiques de reconstruction de l'économie nationale exécutés pendant cette période (PTM, PIR, PEG, PMURR, PRC, DSCRP, etc.); ensuite nous nous sommes penché sur les résultats obtenus par chaque programme par rapport aux objectifs préalablement arrêtés ; et enfin nous nous sommes appesanti sur leur impact socio-économique.

    Concrètement , la plupart des indicateurs économiques sont restés au rouge, la croissance du produit intérieur brut ne s'est pas accompagnée d'une amélioration du niveau de vie de la population congolaise ; l'exécution des programmes s'est accompagnée d'une amplification des pillages des ressources naturelles de la République Démocratique du Congo ; le taux d'inflation qui avait baissé à un certain moment est remonté par la suite ; l'autorité monétaire du pays n'a pas recouru à la politique de taux d'intérêt et de taux de change pour stabiliser le cadre macroéconomique dont la stabilité est indispensable pour l'exécution réussie des programmes économiques .

    Cela a amené la disparition de plusieurs unités de production du secteur formel qui a donné naissance, à son tour, à l'apparition des unités de production du secteur de l'informel comme des activités de survie.

    Les résultats peu satisfaisants de ces programmes peuvent être expliqué par l'absence d'effort productif continu, absence elle-même soutenue par l'insuffisance des investissements et par l'existence d'une politique déflationniste notamment par le paiement tardif des fonctionnaires de l'Etat et par la non liquidation de la dette publique intérieure, deux pratique qui privent les concernés des revenus nécessaires à leurs activités et à leur vie.

    L'analyse de ces différents programmes confirme nos 3 hypothèses car elle nous permet en définitive d'affirmer que ces programmes ont été inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs et sont inappropriés aux réalités du pays car la majorité des objectifs fixés ne sont pas atteints et n'ont pas permis d'améliorer le bien être de la population car conçu sans référence, sans une vision de développement intégrée ni à l'Afrique ni à l'empire marchand mondiale, et ceci va nous permettre de nous pencher au chapitre suivant sur la nécessité d'avoir un type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable

    CHAPITRE IV. NECESSITE D'UN NOUVEAU TYPE DE

    PROGRAMME ECONOMIQUE POUR LE

    CONGO POUR SON DEVELOPPEMENT

    DURABLE ET CONTINU

    Après la confirmation de nos trois hypothèses au troisième chapitre, le 4ème chapitre, va, en guise de suggestions, nous aider à nous pencher sur les solutions d'avenir en dégageant la nécessité d'un type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable. Et la meilleure façon d'y parvenir c'est de lancer d'abord un bref regard sur l'évolution de la théorie de croissance et de développement avant de proposer des pistes de solutions car il n'existe pas de recettes en matière de modèles de développement.

    I. EVOLUTION DE LA THEORIE DE LA CROISSANCE ET DU

    DEVELOPPEMENT

    Les premiers éléments d'une théorie de la croissance ont été rassemblés en 1776 par Adam Smith, le père de l'Economie politique, qui s'interrogeait sur les déterminants de la richesse des nations. En 1890, Alfred Marshall confessait aussi que la quête de la croissance « donne à l'étude de l'économie son principal intérêt » (93(*)).

    Par la suite, une mince poignée d'économistes se sont ainsi penchés sur la question, tels Arthur Lewis (avec son modèle qui reposait sur le facteur travail là où le capital faisait défaut); Harrod et Domar (avec leur théories de la croissance), W.W.Rostow en 1960 (avec ses étapes de croissance) et quelques autres qu'on ne peut citer dans ce travail. En 1988, Robert Lucas, lauréat du prix Nobel d'Economie, expliquait dans un article qu' « il était ardu de s'arracher à cette interrogation  sur la croissance et le développement» une fois qu'on a commencé de s'y intéresser.(94(*))

    Mais ces études et essais étaient focalisés sur les seuls pays riches et on ne prêtait guère attention aux problèmes des pays pauvres bien que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, quelques économistes dont Arthur Lewis, ont cherché à comprendre comment les pays pauvres pourraient rejoindre le niveau de vie des pays développés d'Europe et d'Amérique du nord. Ils ont préconisé nombre de solutions, qui ont été relayées par les politiques publiques d'aide au développement, mais dont aucune n'a tenu ses promesses. L'écart entre les pays riches et les pays en voie de développement n'a cessé de se creuser. Les théories proposant la marche à suivre aux pays pauvres se mirent alors à foisonner.

    Parallèlement on a assisté à un effort sans précédent de la part des organisations internationales pour accélérer le développement des pays pauvres. Cet effort reposait sur la manière d'envisager le développement économique, sa nature, ses causes et le choix des politiques permettant de maintenir la croissance et d'amorcer sinon d'accélérer le développement.

    Et l'histoire de 50 dernières années offre quelques exemples de réussite. Mais au total, ce sont les échecs et les déceptions dans les pays en voie de développement.

    Il y a donc lieu de revoir la plupart des stratégies appliquées jusqu'à ce jour comme le souligne un ancien responsable de la Banque Mondiale ; «  plus que jamais auparavant, la principale priorité de la Banque Mondiale est de créer et d'aider à mettre en oeuvre de meilleures stratégies pour le développement économique. Ces stratégies doivent reposer, dans une plus grande mesure qu'auparavant, sur le transfert et la transformation du savoir, de manière à compenser le manque prévisible d'assistance au développement ; pour le dire crûment, dans la prochaine décennie, il n y aura pas beaucoup d'argent pour le développement, mieux vaut qu'il y ait beaucoup de bonnes idées. »(95(*))

    «  Le développement économique est vu aujourd'hui moins comme une affaire de construction, de montage, et davantage comme un problème d'éducation, au sens large, englobant les notions de savoir, d'instructions et de culture » , insiste Gerald M. Meier (96(*))

    D'où la nécessité de revenir sans cesse sur les visions et stratégies de développement.

    II. NECESSITE DE NOUVEAUX TYPES DE PROGRAMMES DE

    DEVELOPPEMENT

    « Le développement économique est un processus dynamique, non linéaire, à plusieurs facettes. Il suppose un schéma d'interactions sans cesse variables entre les divers éléments en jeu, et par conséquent des changements de politiques et d'institutions inévitables dans le temps ».(97(*))

    Parce qu'ils s'en tiennent à des théories simplistes et à des schémas mécaniques de croissance qui ne prennent pas en compte la nécessaire spécificité des processus de développement économique, plusieurs économistes du développement et les organismes internationaux prescrivent aux gouvernements des pays en développement des politiques, qui, de manière générale, s'avèrent partiellement ou totalement inadéquates.

    La Banque Mondiale et le FMI devraient davantage se rendre à l'évidence que le développement est un processus complexe et non linéaire, et que sa réalisation dépend de la situation initiale d'un pays et de son histoire économique, institutionnelle, sociale et politique. Pour être efficaces, les politiques de développement se doivent être plus différenciées, en fonction des caractéristiques propres des pays concernés, même si cela pose difficultés. Les schémas mécaniques, unilinéaires et universels n'ont plus à prouver leur inefficacité, voire leur nuisance.

    Les programmes de gouvernement devraient frayer la voie qui permet au pays de poursuivre les réformes macro-économiques, de compléter les réformes du commerce extérieur et du secteur agricole, de restructurer les finances publiques, et de créer un climat général propice à l'investissement privé tant national qu'étranger.(98(*))

    Dans plusieurs pays, les politiques appliquées sont appelées à être revues d'une manière radicale. Chaque pays est un cas unique. Et il n' y a pas de recette magique. Les programmes d'ajustement structurel, trop souvent conçus par des étrangers, n'ont pas été intériorisés (par les pays africains) et n'ont de ce fait provoqué aucun engagement en leur faveur(99(*))

    Comme l'affirme M. Nzanda-Buana, les programmes de gouvernement devraient se focaliser sur les préférences collectives et les peuples devraient avoir de prise directe sur les ambitions et les choix des gouvernants.(100(*))

    Plutôt que de ne consacrer les efforts qu'à augmenter les taux de croissance du PIB, PNB et autres agrégats, on devrait surtout tenter de réussir un développement humain ou un développement exhaustif. Ce dernier insinue la mise de l'homme au centre de toute action.

    Même si l'actuelle crise financière a propulsé au premier plan des problèmes de gestion macroéconomique, dans un contexte de volatilité des marchés nationaux de capitaux, il n'en est pas moins urgent de maintenir l'effort de construction d'une économie dynamique orientée vers l'élargissement du marché intérieur.

    Au Congo, un des problèmes qui se posent avec le plus d'acuité est celui d'amélioration des conditions sociales, en clair de réduction de la pauvreté.

    L'effort sur l'éducation, la santé, la protection sociale et le travail se veut tout aussi prioritaire que le maintien d'une certaine stabilité macroéconomique.

    La nouvelle manière d'envisager le développement congolais est d'élaborer des programmes économiques, qui s'inspirent du contexte historique et tiennent compte de l'évolution empirique de l'économie du pays, avec son façonnement colonial et ses péripéties contrastées de transformations structurelles fondamentales. Cette évolution est le produit de plusieurs modèles de gestion dont :

    · Le modèle d'inspiration coloniale dominé par une économie d'extraction-exportation deressources naturelles ; dans une logique de mise en valeur sélective du territoire congolais depuis 1900 jusqu'en 1960. La gestion économique coloniale était consciente et volontariste. Il avait de ce fait, selon M. Nzanda-Buana, une certaine cohérence de vues et d'initiatives entre les principaux acteurs de la société coloniale, une concordance d'objectifs poursuivis et une identité d'alibis éthiques et juridiques qu'ils s'étaient donnés.(101(*))

    · Le modèle post-colonial depuis le 30 juin 1960 caractérisé d'abord par le manque criant de vision entre 1960 et 1965 marqué par les tâtonnements politiques et économiques d'un jeune Etat et donc par l'absence d'une véritable gestion ; et entre 1965 et 1997, la gestion du type mobutien caractérisé par la mégalomanie, la corruption et les détournements, et dominé par les intérêts étrangers. La faillite économique, la misère sociale, l'essor d'une bourgeoisie de consommation et l'enrichissement exorbitant de quelques prédateurs étrangers ; ont sanctionné cette gestion scabreuse.

    · Le modèle post Mobutu qui court de 1997 à ce jour , est divisé lui-même en deux périodes (Kabila Laurent Désiré et Kabila Joseph), comme modèle de Mobutu de navigation à vue il est caractérisé par l'incapacité à résoudre les nombreux problèmes de fond. Une gestion des sapeurs pompiers qui s'attaquent aux urgences sans s'occuper des mouvements de fond ni rechercher les effets durables et conséquents(102(*))

    · Les Plans d'Ajustement Structurel, linéaire, mécaniques, rigides, ayant la faveur des institutions de Bretton Woods et responsables des déflations et des contractions de l'économie, ainsi que de l'aggravation de la détresse dans le pays.

    · Le modèle universel d'échange marchand avec sa mutation actuelle en mondialisation/ globalisation en rapport avec les exigences du commerce mondial, prix, quantité et qualité des produits, ....

    · Les modèles des pays émergeants du Sud-est asiatique et du Japon dont les exemples sont éloquents pour lutter contre les obstacles au développement et contre les difficultés d'émergence anciennes et contemporaines grâce à la combinaison judicieuse de trois facteurs principaux, à savoir, le capital, le travail et le progrès technique

    On devra aussi tirer des leçons des différentes crises financières internationales et économiques, surtout celle de 2008

    Concrètement le développement congolais devra consister en la prise en compte des réalités et conditions stratégiques ci-après :

    · Se focaliser sur l'agriculture qui joue un rôle central dans la sécurité alimentaire et dans le développement économique parce que la majorité des habitants des pays pauvres tirent leur substance du sol. La seule voie, pour améliorer la situation du plus grand nombre, est d'abord d'accroître la productivité de leurs cultures alimentaires et commerciales et, ensuite, d'élever les prix auxquels elles sont payées aux agriculteurs. (103(*))

    · Doter le Congo des infrastructures de base viables et se préoccuper de l'industrialisation du pays qui est la source principale de la hausse des revenus individuels. Le développement implique en effet, l'industrialisation et la modernisation qu'elle apporte en privilégiant la substitution des productions locales aux importations et l'ouverture sur davantage d'opportunités offertes par l'emprise des multinationales au sein de la société mondiale,( par leurs stratégies et par le nombre des capitaux qu'elles détiennent) constituent une riche composante de la coopération internationale,

    · Faire participer davantage la société civile à la prise de décision. Le salut du Congo passe assez largement par le développement de la classe moyenne, constituée de la bourgeoisie nationale, qui, en investissant dans la promotion de ses propres affaires, contribue à améliorer l'emploi et le revenu du citoyen en participant à la création du capital à l'intérieur du pays.

    · Privilégier la recherche sur le développement et créer les institutions de développement

    · Faire la tentative de mise en oeuvre d'un modèle de développement africain par l'intégration de leurs systèmes économiques dans l'économie mondiale en suscitant de l'intérêt auprès des pays du nord afin que ces derniers soient disposés à donner le concours à l'instar du modèle de «  parrainage sud-est asiatique »(104(*)) où l'occident a joué dans le sens de les retenir de son coté en les favorisant aux plans économique, social et commercial pour en faire des oasis de paix et de développement anti-communistes aux frontières de la Chine continentale , de la Corée du Nord et du Vietnam du Nord.

    · Encourager et appliquer l'intégration commerciale et la coopération régionales fondées sur une base productive régionale, en mettant l'accent sur la coopération en matière de transports, de communication, d'éducation, de formation, de recherche et de gestion des ressources naturelles et des services régionaux

    Outre la prise en compte des conditions et stratégies citées ci-haut, le programme économique de développement du Congo ne devra pas avoir pour source l'imagination des dirigeants ou d'autres congolais (quelque soit la noblesse de leur intention pour le pays), ou avoir l'extérieur comme origine. Les stratégies et les politiques de développement devront avoir pour source un examen objectif du contexte réel, historique, politique, sociologique, économique, culturel, environnemental, etc.

    Les programmes devront donc être conçus sur base des objectifs clairs et atteignables, appuyés par des stratégies et des politiques réalistes et cohérentes. Cela se fait dans un cadre logique qui est un tableau indispensable pour la planification (105(*)). Bien entendu, il faudra disponibiliser des moyens conséquents et des acteurs socio-économiques du développement avec des méthodes nouvelles et une nouvelle vision.

    Ce cadre logique doit comporter une douzaine d'éléments essentiels que sont : les objectifs généraux, les stratégies, les objectifs spécifiques, les politiques à appliquer, le niveau de responsabilité institutionnelle, les actions à entreprendre, les indicateurs de réalisation objectivement vérifiables, l'échéance, les ressources matérielles, les ressources humaines, les risques et les observations.

    III. CONCLUSION DU CHAPITRE IV

    Nous avons au cours de ce chapitre recherché les solutions d'avenir en dégageant la nécessité d'un type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable. Et la meilleure façon d'y parvenir c'est de lancer d'abord un regard critique sur l'évolution de la théorie de croissance et de développement avant de proposer des pistes de solutions. En effet, il n'existe pas de sentiers battus pour le développement.

    Nous avons fait remarquer que le développement n'était pas linéaire et que les voies du développement sont multiples, que ses caractéristiques dépendent de la situation initiale de chaque pays.

    Nous avons ainsi proposé une nouvelle manière d'envisager le développement congolais qui est d'élaborer des bons programmes économiques, qui devraient se ressourcer dans le contexte historique en prenant en compte l'évolution empirique de l'économie du pays depuis sa création avec le cheminement constaté de ses transformations structurelles.

    Cette évolution devait donc tenir compte de plusieurs modèles de gestion par lesquels le pays est passé depuis sa création. On devra aussi tenir compte de la nouvelle vision de développement intégré à l'Afrique et à l'empire marchand mondial.

    Nous avons souligné le rôle crucial que l'Etat devait jouer dans le soutien des fonctions clés dans lesquelles le secteur privé, en général, n'investit pas assez : à savoir l'éducation de base, la lutte contre la pauvreté, la protection de l'environnement, la mise en place du cadre légal et le renforcement du système financier.

    Le développement devrait donc être lié au bien-être des populations, à la qualité de la vie et à l'environnement naturel, les politiques et stratégies de développement devraient impliquer les populations et se préoccuper à relever la classe moyenne, constituée de la bourgeoisie nationale, qui doit constituer un levier de l'économie à moyen terme du rôle qu'elle doit jouer dans l'intérêt général du pays, celui d'améliorer le revenu du citoyen en participant à la création du capital à l'intérieur du pays. En cherchant à accomplir leurs intérêts ils satisferont l'intérêt général de la population par les effets d'entraînement par le développement de l'emploi, de la technologie.

    CONCLUSION GENERALE

    Au terme de notre travail, nous voudrions présenter aussi succinctement que possible le résumé de nos recherches.

    Nous avons choisi d'évaluer l'impact socio-économique des programmes économiques exécutés par le gouvernement de la République Démocratique du Congo, de 1997 à 2008.

    L'intérêt était, d'abord de passer en revue les différentes théories de développement; et ensuite de démontrer l'efficacité ou l'inefficacité des programmes économiques par l'analyse critique des différents programmes de relance de croissance économique du pays de 1997 à 2008 en les comparant aux résultats obtenus par rapport aux objectifs préalablement arrêtés et par rapport aux conditions de vie enregistrées par la population.

    Nous sommes partis du constat des conditions de précarité dans lesquelles la majorité des Congolais vivent alors que le pays regorge d'immenses ressources humaines et naturelles (agricoles, minières, énergétiques, halieutiques, touristiques...).

    Quarante neuf ans après son indépendance, les observateurs et analystes avisés s'accordent pour constater le caractère catastrophique de l'économie du Congo dont l'activité est en chute constante offrant ainsi le paradoxe du pays potentiellement riche avec une économie moins performante.

    Nous nous sommes posé la question de savoir le pourquoi de cet état de chose alors que les différents gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays ont élaboré plusieurs programmes économiques et tous avaient pour but l'amélioration du bien être du congolais en réduisant sa pauvreté, et à développer le pays.

    Notre problème consistait dès lors dans le constat d'inefficacité apparente des programmes économiques appliqués dans notre pays.

    C'est ainsi que nous nous sommes fixé d'une part, l'objectif principal de faire ressortir à partir d'une analyse critique, l'efficacité et/ou l'adaptabilité des différents programmes que le gouvernement de la République Démocratique du Congo a mis en place de 1997 à 2008 et de proposer des nouvelles approches et visions qui tiendraient compte des choix rationnels des moyens et des hommes engagés dans le processus de croissance et de développement de notre pays ; et d'autre part, l'objectif spécifique d'éclairer la lanterne des chercheurs et décideurs afin qu'ils se penchent sur la nécessité d'élaborer un type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable.

    Pour cela nous avons avancé les trois hypothèses suivantes :

    1. Les programmes économiques exécutés de 1997 à 2008 sont inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs arrêtés.

    2. En outre ils sont inappropriés par rapport aux structures économiques, culturelles, sociales voire institutionnelles du pays.

    3. La quasi totalité des programmes du gouvernement de la République Démocratique du Congo ont été conçus sans référence, sans une vision nouvelle de développement intégrée ni à l'Afrique ni à l'empire marchand mondiale.

    Et pour justifier ces hypothèses, nous avons utilisé principalement les méthodes compréhensives  dont:

    § la méthode structurelle doublée d'une approche systémique afin de bien appréhender l'essentiel de la théorie de développement avant de nous pencher sur le cas des programmes économiques appliqués au Congo et leur impact socio-économique,

    § les méthodes descriptive et dialectique pour chercher à comprendre la façon dont les programmes économiques ont été élaborés, exécutés, suivis et évalués.

    Le souci d'étendre l'espace temporel d'au moins 10 ans afin d'avoir des tendances fiables pouvant nous permettre de faire une bonne analyse nous a poussé à considérer la période qui va de 1997 à 2008

    Nous avons ainsi subdivisé notre travail en quatre chapitres comme suit :

    Le premier chapitre nous a permis de nous pencher sur les explications des quelques concepts macroéconomiques afin de nous faire une idée plus ou moins précise sur les notions telles que structure et système, macroéconomie, politique économique, la croissance, le développement et tant d'autres concept que nous avons utilisé au cours de notre travail.

    Le deuxième chapitre fait un Diagnostic sur la situation socio-économique du Congo ; nous avons ainsi révisé l'économie congolaise pour pouvoir déterminer ses grandes évolutions, au travers l'état de lieux de l'économie congolaise.

    Nous avons ainsi observé les différentes tendances, en générale décroissantes, que les indicateurs macroéconomiques ont affichées pendant la période sous étude sous l'impulsion des programmes économiques.

    Nous avons donc amorcé la vérification de l'hypothèse une en observant les évolutions des dimensions économiques pendant la période visée par notre analyse.

    C'est ainsi que le chapitre trois porte sur l'analyse critique des programmes économiques de la RD Congo  et leur impact socio-économique de 1997 à 2008 aux fins d'évaluer de leur incidence sur l'économie Congolaise et leur impact sur le bien être de la population.

    Nous avons noté que la quasi-totalité des programmes analysés ne respectent guère le cadre logique de planification des stratégies et politiques de développement, on note de incohérences manifestes et des incompatibilités et des contradictions entre les objectifs généraux énoncés d'une part, et d'autre part les stratégies proposées pour les atteindre et les politiques imaginées pour les traduire en acte. Ils manquent des précisions sur les résultats escomptés au bout du processus et les programmes sont pour la plupart muets sur les indicateurs objectivement vérifiables si bien que leurs évaluations restent impossibles.

    Cette analyse de ces différents programmes a confirmé nos trois hypothèses car elle nous permet en définitive d'affirmer que ces programmes ont été inefficaces et inadaptés par rapport aux objectifs et sont inappropriés aux réalités du pays car la majorité des objectifs fixés ne sont pas atteints et n'a pas permis d'améliorer le bien être de la population et ont été conçu sans référence, sans une vision nouvelle de développement intégrée ni à l'Afrique ni à l'empire marchand mondiale.

    Enfin le quatrième chapitre se penche sur les stratégies d'avenir en dégageant la nécessité d'un type nouveau de programme économique pour le Congo en vue de son développement durable. Nous avons noté que la meilleure façon d'y parvenir c'est de lancer d'abord un bref regard sur l'évolution de la théorie de croissance et de développement avant de proposer des pistes de solutions car il n'existe pas des sentiers battus pour un modèle de développement et que le développement n'est pas nécessairement linéaire et les voies du développement sont multiples, ses caractéristiques dépendent de la situation initiale de chaque pays.

    Nous avons ainsi proposé une nouvelle manière d'envisager le développement congolais qui est d'élaborer des bons programmes économiques, qui devraient se ressourcer dans le contexte historique en prenant en compte l'évolution empirique de l'économie du pays depuis sa création avec ses péripéties contrastées de transformations structurelles fondamentales, de montées vertigineuses, des chutes fréquentes et des blocages répétés. Cette évolution devait donc tenir compte de plusieurs modèles de gestion par lesquels le pays est passé depuis sa création. On devra aussi tenir compte de la nouvelle vision de développement intégré à l'Afrique et à l'empire marchand mondiale.

    Nous avons souligné le rôle crucial que l'Etat devait jouer dans le soutien des fonctions clés dans lesquelles le secteur privé, en général, n'investit pas assez, à savoir l'éducation de base, la lutte contre la pauvreté, la protection de l'environnement, la mise en place du cadre légal et le renforcement du système financier.

    Pour terminer nous voudrions faire remarquer que le problème de développement est un sujet très vaste il nous était donc impossible d'aborder tous les aspects dans un mémoire de licence, les pistes de solution que nous avons proposées peuvent être complétées et enrichies, nous laissons l'opportunité aux futurs chercheurs et autres hommes de sciences de se pencher sur la question afin d'apporter une pierre de plus dans ce domaine.

    Comme tout travail humain, le notre ne manque pas d'erreurs ou omissions qui auraient échappé à notre vigilance, c'est pourquoi nous implorons l'indulgence de ceux qui nous liront.

    88888888

    9. BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

    I. OUVRAGES

    1. Alexandre Nshue Mbo Mokimbe, Macroéconomie théories et exercices résolus, EDUPC, Kinshasa 2007

    2. Armand Betu Kabamba Maweja, Economie des pays en voie de développement, Mediaspaul, Kinshasa

    3. David Ricardo, Principes de l'économie politique et de l'impôt, CALMANN-LEVY, France 1970

    4. Gerald M. Meir et Joseph E. Stiglitz, Aux Frontières de l'économie du développement, Edition ESKA, Paris 2002

    5. GRAWITZ Madeleine,Méthode des sciences sociales, éd. Dalloz, Paris, 1993

    6. Henry Guiton et Daniel Vitay, Economie Politique, Dalloz, Paris 1978

    7. Jules Fontaine Sambwa, Programmes d'ajustement structurel, SNEL S.A, Liège 2001

    8. Jacqueline Guéguen ; Cristi Horine-Cohen ; Yves le Rolland ; Daniel Rallet; Frédéric Teulon, Sciences Economiques et sociales, Bordas, Paris 1997

    9. Malcolm Guillis ; Dwinght H. Perkins ; Michael Roemer ; Donald R. Snodgnan, Economie du développement, nouveaux Horizons, Bruxelles 1998

    10. Nzanda-Buana Kalemba, Economie zairoise de demain : Pas de navigation à vue. Essai. Nécessité d'un modèle économique intégré. PROsDé, Kinshasa, 1995

    11. Paul R. Krugman ; Maurice Obstefeld, Economie Internationale, Nouveaux Horizons, Paris 1995

    12. Raymond Barre, Economie Politique, Presse Universitaire de France, Paris 1963

    13. Robert Debourse, Economie du développement et information d'économie politique, CRP, Kinshasa 2006

    14. William Easterley, les pays pauvres sont-ils condamnés à le rester ? Nouveaux Horizons, Paris 2006

    II. BULLETINS, PUBLICATIONS ET PERIODIQUES

    1. Nzanda-Buana Kalemba M.

    1) L'Economie politique de l'Afrique subsaharienne. Approche historique et théorique. Thèse de doctorat en sciences économiques. Faculté des sciences Economiques et de Gestion. Université de Kinshasa. Août 2007.

    2) Principaux Problèmes de gestion du développement au Congo. Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire. IRES, N° 2-3, Kinshasa, 2001

    2. BANQUE CENTRAL DU CONGO

    1) Bulletin mensuel d'informations et statistiques, Mars 2008

    2) Condensé d'informations statistiques, numéro 52/2007, Kinshasa, le 31/12/2007

    3) Condensé d'informations statistiques, numéro 30/2008, Kinshasa, le 31/07/2008

    4) Développements économiques récents, Juin 2008

    5) Evolution économique de la RDC en 2007 et perspectives pour 2008

    6) Evolution économique récente, Kinshasa, décembre 2008

    7) Note de conjoncture au 31/01/2009, Kinshasa le 31/01/2009

    8) Revue analyses et prospectives, Publication trimestrielle, volume 1, n° 1, mars 2006.

    3. F.KABUYA KALALA et TSHIUNZA MBIYE, Politique Economique Revisitée en

    RDC, pesanteurs d'hier et perspectives, in Politique Economique de la RDC, in Google

    4. MABI MULUMBA, «Perspectives de la relance économique et exécution du Programme

    Economique du Gouvernement», in Digital Congo, Kinshasa, 2007

    5. Ministère du Plan,

    1) Programme National de Relance du secteur agricole, Kinshasa le 27 février 1997

    2) Programme Multisectoriel d'Urgence de Reconstruction et de Réhabilitation, Kinshasa, Septembre 2002

    3) Programme Triennal Minimum, juillet 1999

    4) Document de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, RDC, juillet 2006 

    III. NOTES DE COURS

    1. J. BALA GIODI, Cours de Fluctuations et Croissance économique, ULK, L1 Economie de dvpt, 2007-2008

    2. KABEYA TSHIKUKU,

    1) Cours de Stratégies et Politiques de développement, ULK, L2 Ecodev, 2008-2009

    2) Cours de Typologies des économies sous développées, ULK, L2 Ecodev, 2008-2009

    3. KAWATA Bwalun, Cours de Macroéconomie, UNIKIN, 1999-2000

    4. LUNGWANGU, Cours d'Economie du développement, L1 Eco dvt ULK, 2007-2008,

    5. MUWALA , Cours de Politique économique, ULK, L2 Ecodev, 2008-2009

    6. NZANDA-Buana K,

    1) Cours de Théories de développement et la sociologie de développement, L1, ULK, 2007-2008 

    2) Cours de Questions Spéciales d'Economie Internationale, L2 ULK, 2008-2009

    3) Cours de Questions Spéciales de Coopération au Développement, L2 ULK, 2008-2009

    7. TSHIMPE, Cours de Théories de croissance, L1, ULK, 2007-2008

    IV. SITE INTERNET

    1. Google

    2. Microsoft ® Encarta ® 2008.

    3. Wikipédia

    TABLE DES MATIERES

    AVANT-PROPOS............................................................................3

    INTRODUCTION GENERALE.........................................................4

    Chapitre I. CONSIDERATIONS GENERALES : Définitions des concepts

    Et Débats. ..................................................................10

    I. MACROECONOMIE................................................. 10

    II. STRUCTURES ET SYSTEMES.....................................11

    III. LA POLITIQUE ECONOMIQUE....................................11

    1. La Croissance économique......................................13

    2. Le plein Emploi ...................................................14

    3. La Stabilité des prix .............................................14

    4. Equilibre de la Balance de Paiement ..........................15

    IV. PROGRAMME, PLAN ET STRATEGIE .........................15

    V. PRGRAMME D'AJUSTEMENT STRUCTUREL ...............16

    VI. LA MESURE DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ...............16

    1. Le PIB, le PNB et le taux de Croissance ................17

    2. Le Revenu National ........................................17

    VII. LES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE...18

    VIII. LE DEVELOPPEMENT ..............................................18

    1. Origine du concept Développement .......................19

    2. Développement durable .....................................20

    3. Quelques théories de la croissance et du développement ...20

    4. L'Indice de Développement Humain (IDH) .............22

    5. Aspects socio-économiques du développement .........23

    IX. CONCLUSION DU PREMIER CHAPITRE .......................24

    Chapitre II. DIAGNOSTIC SUR LA SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE EN

    REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ......................25

    I. APERCU GENERAL DE L'ECONOMIE CONGOLAISE ............25

    1. Secteur Minier ..........................................................26

    2. Secteur Agricole ........................................................27

    3. Secteur de Transport et de Communication .........................38

    II. EVOLUTION ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LA RDC DE 1997A 2008 ......39

    1. Evolution du PIB et du Taux de croissance .......................31

    2. Evolution du taux d'Inflation .......................................33

    3. Evolution du taux de Change .......................................34

    4. Evolution de la population et de l'IDH ...........................36

    5. Evolution du Commerce extérieur de la RDC ....................38

    6. Evolution de la dette extérieure de la RDC ......................40

    7. Evolution du Budget .................................................43

    III. CONCLUSION DU CHAPITRE II. ..............................................44

    Chapitre III. ANALYSE CRITIQUE DES PROGRAMMES ECONOMIQUES

    DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET

    LEUR IMPACT SOCIO-ECONOMIQUE DE 1997 A 2008 ... 46

    I. DESCRIPTION DES PROGRAMMES ....................................46

    1. Le Programme Triennal Economique et Social ....................46

    2. Le Programme Intérimaire Renforcé (PIR) ........................50

    a) Objectifs du PIR .............................................51

    b) Les mesures institutionnelles et structurelles ............51

    c) Autre actions menées dans le cadre du PIR ..............52

    3. Le Programme Economique du Gouvernement (PEG) ............53

    a) Objectifs du PEG .............................................54

    b) Financement du PEG ........................................54

    c) Séquences d'exécution du PEG ............................56

    4. Le Programme Multisectoriel d'Urgence pour la Réhabilitation et la Reconstruction (PMURR) ..........................................56

    5. Le Programme Relais de Consolidation (PRC) ....................58

    6. Le Document des Stratégies de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) .....................................................58

    II. ANALYSE DE L'EVOLUTION DES PRINCIPAUX INDICATEURS ECONOMIQUES PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS DES PROGRAMMES. ..........................................................60

    a) Retombés du PIR ............................................62

    b) Retombés du PEG ...........................................62

    c) Retombés du PMURR .......................................66

    d) Retombés du PRC ...........................................66

    e) Retombés du DSCRP .......................................67

    f) Conclusion de l'analyse des programmes ................67

    III. L'IMPACT SOCIO-ECONOMIQUE DES PROGRAMMES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DE LA RDC ...........68

    IV. CONCLUSION DU CHAPITRE III........................................74

    Chapitre IV. NECESSITE D'UN NOUVEAU TYPE DE PROGRAMME

    ECONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET

    CONTINU DU CONGO ....................................................76

    I. EVOLUTION HISTORIQUE DE LA THEORIES DE LA CROISSANCE ET DU DEVELOPPEMENT ........................76

    II. NECESSITE DE NOUVEAUX TYPES DE PROGRAMMES DE DEVELOPPEMENT ......................................................77

    III. CONCLUSION DU CHAPITRE IV. .......................................81

    CONCLUSION GENERALE ................................................................83

    BIBLIGRAPHIE SELECTIVE ...............................................................87

    TABLE DE MATIERES ......................................................................90

    88888888888

    * (1) M. NZANDA-BUANA Kalemba, « Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC), Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire »; Lettre de l'I.R.E.S. N S 2-3/ Kinshasa, p.8

    * (2) J. LUNGWANGU, « cours d'Economie du développement », L1 Eco dvt, ULK, Kinshasa, 2007-2008

    * 1 MABI MULUMBA, «Perspectives de la relance économique et exécution du Programme Economique du Gouvernement», in Digital Congo, Kinshasa, 2007

    * (4) TSHIUNZA MBIYE, article in Le Potentiel, Congo-Kinshasa: «  RDC entre la Banque Mondiale-FMI et le financement chinois »,Kinshasa, 15 Juillet 2008

    * 2 Grawitz Madeleine, Méthode des sciences sociales, éd. Dalloz, Paris, 1993, P .345.

    * (3) M. Nzanda-Buana K «  Séminaire de développement II », L2 Eco développement, ULK, Kinshasa, 2008-2009

    * 4 KAWATA Bwalun, « Cours de Macroéconomie », UNIKIN, 1999-2000

    * 5 A. NSHUE Mbo Mokime, Macroéconomie,Théories et exercices résolus, EDUC, Kinshasa, 2007, p 13

    * 6 KOFKA cité par NZANDA-BUANA, « cours de Théories de développement et la sociologie de développement », L1, ULK, 2007-2008 , p 5

    * 7 A. NSHUE Mbo Mokime, , op cit, p 13.

    * 8 J. BALA GIODI, « Cours de Fluctuations et Croissance économique », ULK, L1 Economie de dvpt, 2007-2008

    * 9 F.KABUYA Kalala et TSHIUNZA Mbiye, Politique Economique Revisitée en RDC, pesanteurs d'hier et perspectives, p 307 google, Politique Economique de la RDC.

    * 10 MUSGRAVE, R. et MUSGRAVE, P., Public Finance in Theory and Practice, New York, McGraw Hill, 1989.cités par F.Kabuya Kalala et Tshiunza Mbiye, op cit, p 308.

    * 11 Muwala, « Notes de Cours de Politique économique », L2 , ULK, Kinshasa, 2008-2009

    * 12 TSHIMPE, « Cours de Théories de croissance », L1, ULK, Kinshasa 2007-2008, notes de cours

    * 13 Francois PERROUX cité par Tshimpe, « Cours de Théories de croissance », L1, ULK, Kinshasa 2007-2008

    * 14 KUZNETS Simon, Croissance et Structure économique, cité par TSHIMPE, « Cours de Théories de croissance »,

    * 15 J. BALA GIODI, « Cours de Fluctuations et Croissance économique », ULK, L1 Economie de dvpt, Kinshasa 2007-2008

    * 16 Microsoft ® Encarta ® 2008. (c) 1993-2007 Microsoft Corporation.

    * 17 Ibidem.

    * 18 Kabeya Tshikuku, « Cours de Stratégies et Politiques de développement », ULK , L2 Ecodev, Kinshasa, 2008-2009

    * 19 Robert DEBOURSE, Economie du développement et informations d'économie politique, Centre de Recherches Pédagogiques, Kinshasa 2006, p 65.

    * 20 A. NSHUE Mbo Mokime, op cit, p 16

    * 21 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, « L'économie politique de l'Afrique subsaharienne », UNIKIN, Kinshasa 2007, p. 121-122

    * 22 Microsoft ® Encarta ® 2008. (c) 1993-2007 Microsoft Corporation.

    * 23 Kabeya Tshikuku, « cours de Stratégies et Politiques de développement », ULK , L2 Ecodev, Kinshasa, 2008-2009

    * 24 M. NZANDA-BUANA Kalemba, `'Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC), Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire ''; Lettre de l'I.R.E.S. N S 2-3/ p.6

    * 25 NZANDA -BUANA Kalemba, «  cours de Théories de développement et Sociologie de développement », L1/ECO/ULK, Kinshasa, 2007-2008, p 15

    * 26 MUSUA, M., cité par Armand Betu KABAMBA , in Economie des pays en voie de développement ; Mediaspaul, Kinshasa 2007, p60

    * 27 Microsoft ® Encarta ® 2008. (c) 1993-2007 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

    * 28 NZANDA BUANA Kalemba, « Cours de Théories de développement et Sociologie de développement », L1/ECO/ULK, Kinshasa 2007-2008

    * 29 Albert O. HIRSCHMAN, Stratégie du développement économique, ed. Ouvrières, New York, 1961, p 21-22

    * 30 TSHIMPE, « Cours de Théories de croissance », L1, ULK, Kinshasa 2007-2008, p. 65

    * 31 Ibidem, p. 67

    * 32 Ibidem, p. 66

    * 33 J. Lungwangu, « Cours d'économie du développement et planification du développement socio-économique, L1, ULK, Kinshasa 2007-2008, p. 4

    * 34 Ibidem, p.5

    * 35 A. BETU KABAMBA , Economie des pays en voie de développement ; Mediaspaul, Kinshasa 2007, p73

    * 36 Ibidem, p. 79

    * 37 TSHIMPE, op. cit., p. 64

    * 38 Ibidem, p. 64

    * 39 PNUD, Rapport mondial sur le développement humain 2005 p 23, 

    * 40 Ibidem, p 353

    * 41 Banyaku Luape Epotu, Apercu sur les Etudes Sociales de développement, presses universitaires du Zaire, Kinhasa, 1990 , p 5-14

    * 42 M. NZANDA-BUANA Kalemba, `'Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC), Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire ''; Lettre de l'I.R.E.S. N S 2-3/ p.8-9

    * 43 Selon le Forum économique mondial sur l' Afrique qui s'est tenu du 13 au 15 juin 2007 : Rankings 2007 in Economie de la RDC, Wikipédia.

    * 44 Ben Clet, « Climat d'affaires » in Journal Le Potentiel, n°4289 du 7 avril 2008. Rapport 2008 de la Banque mondiale sur le Climat d'affaires.

    * 45Economie de la République du Congo, encyclopédie Wikipédia 2008

    * 46 Ibidem

    * 47 Ibidem

    * 48 Economie de la République du Congo, encyclopédie Wikipédia 2008

    * 49 Banque Centrale du Congo, Condensé d'informations statistiques, n° 30/2008

    * 50 FAO, cité dans un article Wikipedia décembre 2008, Economie de la République Démocratique du Congo

    * 51 Ministère du Plan, Programme National de Relance du secteur agricole, Kinshasa le 27 février 1997, p.87

    * 52 Kabuya Kalala, F. et Tshiunza Mbiye, «L'économie congolaise en 2000-2001: contraction, fractionnement et enlisement», cités par Wikipédia in Economie de la RDC.

    * 53Économie de la République démocratique du Congo, un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

    * 54 F.Kabuya Kalala et Tshiunza Mbiye, Politique Economique Revisitée en RDC, pesanteurs d'hier et perspectives, p 308 google, Politique Economique de la RDC.

    * 55 Le rapport OBSAM cité par M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, «  L'économie politique de l'Afrique subsaharienne », UNIKIN, Kinshasa 2007, p. 358.

    * 56 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, L'économie politique de l'Afrique subsaharienne, op.cit. 2007, p. 360

    * 57 Vincent NGONGA et Benoît KUDINGA, « Analyse des effets de la croissance sur le bien être en RDC », in Revue Analyses et Prospectives, Banque Centrale du Congo, volume 1, n° 1, mars 2006 , p 51-65

    * 58 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, « L'économie politique de l'Afrique subsaharienne », op.cit. 2007, p. 361.

    * 59 OCDE, « Perspectives économiques en Afrique », 2005

    * 60 Ibidem

    * 61 M. NZANDA-BUANA Kalemba, `'Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC), Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire ; Lettre de l'I.R.E.S. N S 2-3/ p.56

    * 62 OCDE, Ibidem

    * 63 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, L'économie politique de l'Afrique subsaharienne, UNIKIN, Kinshasa 2007, p. 368

    * 64 Economie de la République Démocratique du congo, article in Wikipédia, 2008.

    * 65 OCDE, Perspectives économiques en Afrique, 2005

    * 66 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, «  L'économie politique de l'Afrique subsaharienne », op.cit. 2007, p. 366

    * 67 Ministère du Plan et Commerce, Synthèse du PTM 1999-2001, Vol. 3, juillet 1999, pp. 10 et 11.

    * 68 F.Kabuya Kalala et Tshiunza Mbiye, op. cit, p 318 in google

    * 69 Ibidem

    * 70 M. NZANDA BUANA Kalemba, in Thèse de doctorat, « L'économie politique de l'Afrique subsaharienne », op.cit. 2007, p. 370

    * 71 M. NZANDA- BUANA K. , op. cit. pp. 371-372.

    * 72 MABI MULUMBA, «Perspectives de la relance économique et exécution du Programme Economique du Gouvernement», in Digital Congo, Kinshasa, 2007

    * 73 Ibidem

    * 74 Ibidem

    * 75 Ministère du Plan et de la Reconstruction, PMURR (2002-2005). Volume 1, Kinshasa, avril 2003, cité par M. Nzanda-Buana

    * 76 Document de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté(version intérimaire), RDC, Kinshasa février 2002

    * 77 Document de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté, RDC, Kinshasa, juillet 2006

    * 78 Fin tragique du Programme économique du gouvernement (Le Potentiel)

    * 79 30 juin 2003-30 juin 2006 : l'économie congolaise sous l'emprise de la politique (Le Potentiel)

    * 80 République Démocratique du Congo, Document de la strategie de croissance et de la réduction de pauvreté, juillet 2006

    * 81 ESSIMBO, N., «Le Programme Economique du Gouvernement : les défis à relever», in Notes de Conjoncture, nouvelle série, volume 1, numéro 2.

    * 82 Dominique Kabeya, Profil de la République Démocratique du Congo, Rapport PNUD RD Congo, Août 2008, in Google.

    * 83 Mukoko Samba, «Politique économique en RDC : leçons des trois dernières décennies», in Notes de Conjoncture, nouvelle série, vol. 1, n°1, octobre 2003.

    * 84 Jan Tinbergen cité par F.Kabuya Kalala et Tshiunza Mbiye, op. cit.p 316 google.

    * 85 CNONGD (Conseil National des Organisations Non Gouvernementales de Développement de la RDC ), Mémorandum de la Société Civile sur les interventions des bailleurs des fonds bilatéraux et multilatéraux de janvier 2004

    * 86 Ibidem

    * 87 Faustin Kuediasala , Le Potentiel du 29.06.2006

    * 88 M. Nzanda- Buana K. L'Economie Politique de l'Afrique Subsaharienne, op. cit. pp. 373

    * 89 Ibidem, p 374

    * 90 M. Nzanda-Buana K., Economie Zairoise de demain : Pas de navigation à vue, Essai, Editions Prosdé, Kinshasa 1995, p 117

    * 91 M. Nzanda-Buana K., Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC). Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire, IRES , Kinshasa-RDC , p 6.

    * 92 M. Nzanda-Buana K., Economie Zairoise de demain : Pas de navigation à vue, Essai, Editions Prosdé, Kinshasa 1995, p 123

    * 93 A. Marchall, cité par William Easterly in Les pays pauvres sont-ils condamnés à le rester ?, Nouveaux Horizons, Groupe Eyrolles, Paris, 2006, p 43

    * 94 R. Lucas, cité par William Easterly in Les pays pauvres sont-ils condamnés à le rester ?, Nouveaux Horizons, Groupe Eyrolles, Paris, 2006, p 43

    * 95 Gerald M. Meier, dans l'article : Des idées pour le développement, in Aux frontières de l'économie du développement : Le futur en perspective, p1

    * 96Joseph Stiglitz cité par Gerald M. Meier, op.cit. p

    * 97 Irma Adelman, dans l'article : Les idées fausses de la théorie du développement, in Aux frontières de l'économie du développement : Le futur en perspective, p111-112

    * 98 Jules-Fontaine Sambwa, Programmes d'ajustement structurel ou un nouvelle stratégie de développement économique pour l'Afrique, SNEL S.A. , Liège 2001, p 312

    * 99 Rapport de la Banque Mondiale,1990 , cité par Nzanda-Buana in « Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC) »,art cité 51.

    * 100 M. Nzanda-Buana K., « Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC). Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire », IRES , Kinshasa-RDC , p 6.

    * 101 M. Nzanda-Buana K., Principaux problèmes de gestion du développement au Congo (RDC). Sur fond de l'expérience empirique au Congo-Zaire, IRES , Kinshasa-RDC , p 2.

    * 102 Ibidem

    * 103 Malcom Gillis, Dwight H. Perkins, Michael Roemer et Donald R. Snodgrass, Economie du développement, traduction de la 4e édition américaine par Bruno Baron-Renault, De Boeck & Larcier, 1998, p 551

    * 104 M. Nzanda-Buana K, « Cours de Questions Spéciales d'Economie Internationale », L2 ULK, Kinshasa, 2008-2009, p53-86

    * 105 Kabeya Tshikuku, « Cours de Stratégies et Politiques de développement », ULK , L2 Ecodev, Kinshasa, 2008-2009