WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact des organisations non gouvernementales sur la situation socio-economique des pygmees

( Télécharger le fichier original )
par Nathan KAMBALE TSOMBE
universite officielle de ruwenzori - Graduat 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
  
Soutenons La Quadrature du Net !

 

 

                           REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

                    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

UNIVERSITE OFFICIELLE DE RUWENZORI

«U.O.R»

 

B.P.560 BUTEMBO

           

 

 

 

 

 

 

FACULTE DES SIENCES ECONOMIQUES ET GESTION

 

 

 

IMPACT DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES SUR  LA SITUATION SOCIO ECONOMIQUE DES PYGMEES CAS DU PROGRAMME D'ASSISTANCE AUX PYGMEES EN RDC

 

 

 

                                           Par KAMBALE TSOMBE Nathan

Travail de fin de cycle présenté et défendu

En vue d'obtention de Diplôme de graduat en faculté des Sciences Economiques et de Gestion. 

 

 

 

 

 

                     

 

 

 

                              ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009

 

 

 

 

                        0. INTRODUCTION

 

 

0.1           ETAT DE LA QUESTION ET ORIGINALITE

 

Les pygmées peuples, autochtone et minoritaire et premier habitant de l'Afrique, centrale ont fait l'objet de plusieurs écrits. Il en va de même aussi pour les organisations non gouvernementales. Nous ne prétendons pas être le seul qui puisse traiter le sujet qui cadre avec  l'incidence d'activité des structures de développement sur la vie de la population. Bien d'autres l'on choisi comme domaine de leur recherche suivant d'autre orientation.

Néanmoins, leurs travaux nous ont servit de base, pour l'orientation et la finition des idées dans notre démarche. Marie Claire MASIKA KATALIKO à  mener des recherches concernant l'impact des associations féminines sur le développement socio-économique de la ville de Beni de 1997 à 2000. sa préoccupation était de savoir concrètement l'impact de l'Association sur le développement socio économique de la ville Beni. Elle est partie des hypothèses selon les quelles ses association féminine ne contribuer  pas parfaitement au développement socio économique de la ville de Beni et que l'appartenance des femmes au regroupement associatifs influencent positivement de la vie de leur famille de part ses résultats, elle avait constaté que sur les plans sociale, les actions posées par les associations ont des effets favorable sur la vie de ménage. Sur le plan économique l'impact de ses associations était insignifiant faute de l'insuffisance de moyen matériel et financière,  bien qu'il y ait  vente de certaine produits par ses associations mais aussi l'épargne pour certaine.

A partir de son résultat, elle avait songé à un projet de renforcement financier des initiatives féminines locales pour donner solution aux insuffisances et difficultés que traverses ses initiatives [1]

En ce qui concerne les écrits sur les pygmées, ces écrits ont été essentiellement axés sur les aspects anthropologiques, historiques, sociologiques et culturels.   Dans « Congo Belge et Rwanda - Urundi » A Michel et N Claude ont montré que la teinte de la peau des pygmées et tantôt Noir, tantôt gaune - argile Claire.

Leurs chevés sont crépus. La taille de l'homme varie de 1m 60 ou de 1m 40. Celle des femmes tait parfois de 1m 30 [2]

KAKA GINAHATUet TSHIBALA NGALAMULUME dans l'historique du Zaïre montrent que les pygmées sont des premiers habitants de la République Démocratique du Congo (RDC). Ils sont de petite taille et nomades, autre fois ils se nourrissaient du gibier, du poisson et des fruits. Ils logeaient dans des huttes en branches d'arbres et se couvraient d'un cash-sexe. Ils ne connaissaient pas le fer. Les pygmées sont des citoyens Zaïrois à part entière et participe à la vie nationale [3]

PLINE L'Ancien, cité par chaire Unesco de l'Université de Kinshasa (UNIKIN)  dans son  histoire naturelle » fait le récit d'une rencontre avec les pygmées probablement fantastiques, haut d'environ 70 cm . [4]

Le Jésuite Français xavier de Feller (1781-1784) cité par chair UNESCO, dans « l'anatomie d'un pygmées comparée a celle d'un signe, d'un gorille et d'un homme» dit à quelques mots, les croyants de l'époque médiévale : les pygmées, peuples de la Libye , n'avaient qu'une coudée de hauteur, leur vie était de huit ans les femmes engendraient à cinq [5]

Comme déjà cité dans les premiers mots, beaucoup de récits sur les pygmées sont essentiellement accès sur les aspects anthropologique (taille, cheveux, bras pieds, tronc,.....) cela se justifie par le fait que certaines personne estiment qu les pygmées ne sont pas d'une famille lointaine à celles des primates et qu'ils peuvent avoir de la place dans les jardins Zoologiques.

L'analyse des sources écrites disponibles démontre que les aspects historiques et géographiques sont prépondérants. Mais des études consacrées à l'aspect- socio-économique et l'impact qu'ont les organisations non gouvernementales sur cet aspect demeure encore presque inexistant. un nouveau type de recherche dans ce domaine combien très important et vraiment nécessaire.

C'est ainsi que notre travail s'inscrit dans le cadre de montrer l'impact des organisations non gouvernementales (ONG) sur la situation socio-économique des pygmées.

0.    2 PROBLEMATIQUE

 

Les pygmées sont des peuples qui intéressent plus d'une organisation non gouvernementale (ONG) et à travers l'Afrique et particulièrement la République démocratique du Congo. Nous voyons les Agents d'ONG oeuvrant pour la cause des pygmées, passer avec des camions de meilleures qualités ayant l'inscription (démontrant) qu'ils sont là pour améliorer la situation sociale ou économique des pygmées.

Mais quand nous tournons les yeux ver la cible de ces ONG (c'est à dire le pygmées), nous nous rendons compte qu'ils sont encore dans une situation socio-économique déplorable par rapport à leurs voisins: les Bantu. Cela  souleve certaines questions :

1.     Les ONG oeuvrant pour la cause de pygmées ont -elles vraiment l'impacts sur l'amélioration de la situation socio -économique des pygmées ?

2.     les pygmées qui reçoivent quelque fois  des dons, savent-ils bien gérer ces dons ? où est-ce ce vraiment ceux dont ils ont réellement besoin ? 

3.     les ONG ont ils réussi à introduire l'activité agricole dans le milieu paysans et à combien se fixerait en moyenne, le revenu des paysans issu de l'agriculture ?

 

 

0.    3 HYPOTHESE

 

Comme le dit P. RONGERE, hypothèse de travail de recherche est une proposition des réponses aux questions que l'on se pose à propos de son objet d'étude, formulée à de termes telle que l'observation et l'analyse puissent fournit une réponse [6]

Les hypothèses sont des réponses provisoires qui après analyse peuvent être confirmées aux infirmiers. Face à notre nature des problèmes, nous émettons les suivantes :

1.     Il se pourrait que PSONG ont un impact mais très négligeables sur  la situation socio- économique de pygmées.

2.     La situation socio- économique, dans la quelle les pygmées se trouvent serait due à l'irresponsabilité des pygmées eux-mêmes, qui semblent réfractaires au processus de changement et, de ce fait, accentuent leur vulnérabilité.

3.     Les ONG aurait déjà réussi à introduire l'activité agricole dans les milieux paysans mais qui est encore pratiquer par un petit nombre d'entre- eu x.

 

0.4            OBJECTIF ET INTERET DE L `ETUDE

 

Nous voulons apporter notre contribution à l'amélioration de la situation socio- économique des pygmées, à triples niveaux :

A partir de ce travail ses lecteurs comprendront la vraie situation socio-économique des pygmées.

Ce travail aidera l'opinion nationale qu'internationale de comprendre les efforts des ONG sur l'évolution de la situation socio-économique des pygmées et la nécessité d'autres structures sérieuses et capables, pour faciliter une évolution rapide le plus tôt possible de la situation socio-économique des peuples autochtones pygmées.

A partir de ce travail, les personnes et organismes désireux de venir en aide aux pygmées pourront le faire après avoir sût, les réels problèmes socio-économiques des pygmées et les moyens efficaces de le venir en aide.

Ce travail apporte une pierre de plus sur la construction des sciences 2conomiques Il sera classé parmi les travails  scientifiques d'étude systématique des pygmées,

En fin, nous osons croire que ce travail sera utile aux cadres, aux enseignants dans les sciences sociales ainsi qu'aux chercheurs qui voudront comprendre et approfondir leurs connaissances sur la contribution de l'ONG sur l'amélioration des conditions de vie des peuples marginalisés.

 

0.5. METHODE ET TECHNIQUES UTILISEES

 

0.5.1 METHODES DE RECHERCHE

 

La méthode de recherche est une voie scientifique utilisée par un chercheur en vue d'accéder à un résultat escompté. Elle est un ensemble de démarches que suit l'esprit pour découvrir et démontrer la vérité scientifique [7]

La méthode inductive : qui permet d'interférer les résultats obtenus sur base de l'échantillon (150 pygmées) sur l'ensemble des pygmées.

 

0.5.2            TECHNIQUE DE RECHERCHE

 

La technique étant l'ensemble des procédées exploitées par le chercheur dans la phase de la collecte des données qui intéresse son étude. Il s'agit des outils utilisés dans la collecte des informations qui devrons plus tard être soumise à l'interprétation et à l'explication grâce aux méthodes. [8] Dans ce travail, les techniques suivantes sont en considération :

· · La technique documentaire : celle par la quelle on dispose des certaines données en consultants,

· · La technique d'enquête : importante pour récolter des données. elle a consisté à trouver des données par entretien avec les sujets de notre investigation pour avoir les informations tant de fait que d'opinion. Il a été question d'un questionnaire d'enquête pour savoir le degré d'explication dans l'impact des ONG, par leur don, à la situation socio- économique des pygmées.

· ·  

0.6. DELIMITATION DU SUJET

Tout fait étudié doit être situé dans le temps et dans l'espace. Nous traitons de l'impact des ONG sur la situation socio-économique des pygmées Notre recherche a comme principal champ d'action les campements Pygmées  en  cadre par PAP RDC et ses partenaires dans les périphéries de la ville de Beni.

Nous avons pris l'année 2003 comme le point de départ puisque c'est vers cette période que beaucoup d'ONG oeuvre pour la cause des pygmées dans les périphéries de la ville de Beni et l'année 2008 est pris comme date limite de nos investigation. Par contre, un débordement quelconque nous est indispensable par souci d'éclaircissement de certain fait.

 

0.7 SUBDIVISION DU TRAVAIL

L'analyse, interprétation et traitement des données du présent travail nous ont poussé à scinder notre travail en trois chapitre inégalement répartis comme suit :

Hormis l'introduction, le premier chapitre traite du cadre théorique où nous avons parler des généralités sur les pygmées et sur les ONG. Le deuxième chapitre présente l'ONG PAPRDC. Le troisième fait la présentation, l'analyse et l'interprétation des résultats et nous finirons par la conclusion et quelles que suggestions.

 

0.    8. DIFFICULTES RENCOTREES

 

     Au cours de nos investigations, nous nous sommes heurtés à un certains nombre d'embûches notamment :

Les pygmées prennent les ONG comme des gens qui veulent s'enrichir par leur nom, ainsi pour ne pas être considéré ainsi il nous a fallu beaucoup de courtoisie.

La distance très longues et l'insuffisance des matériels ont rendu l'enquête lourde.

Pour contourner ces difficultés, nous avons consenti des sacrifices et de la bonne volonté pour réunir les données ayant conduit à l'élaboration de ce modeste travail.

Les pygmées ont souvent du mal en savoir leur age, C°est ainsi que certain nous affirmait avoir un age inférieur à celui de leur enfants et parfois évoquaient la maladie comme étant la cause de cela. Pour trouver leurs age ; nous avons travaillé avec leur voisins depuis longtemps qui les savent.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE PREMIER :
 
 GENERALITES SUR LES CONCEPTS DE BASE

Connaissant le concept comme étant une vérité disparate, une réalité au niveau de la présentation du un recherche, il est toujours porteur de sens par leur caractère d'univocité et d'équivalence qui peuvent créer beaucoup plus des malentendus auprès des lecteurs.

Ce sens varie, suivant le contexte, le domaine dans lequel on l'utilise. Pour qu'il ne plane pas de confusion sur le sens de mots, la définition de chacun pour la précision de sa compréhension s'avère indispensable.

I.  Impact

Le terme impact est souvent pris dans le monde d'ONG de façon qui semble différente de la définition considérée dans d'autre domaine. Pour ce, dans notre cas nous retenons la définition du dictionnaire universel de poche qui définit «  impact comme état l'effet produit sur l'opinion par quelque chose [9] ; le petit  carousse illustré d'ajouter que impact est aussi l'influence exercée par quelqu'un , par ses idées [10]

I 2. Situation

Situation désigne la manière dont quelque chose, un lieu est placé par rapport à d'autres choses, d'autres lieux ; position, emplacement localisation ou bien encore l'état de quelque choses, d'un groupe, d'une nation, par rapport à une Conjoncture donnée, dans un domaine détermine [11]

 

I.3 SOCIAL

Social est relatif à une société, à une collectivité humaine [12]

 

I. 4 Economie

Le dictionnaire encyclopédique économie comme étant l'ensemble d'activités d'une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation des richesses. [13] A lors l'Adjectif c'est économie. Dans le cadre des sciences sociales, ROLAND définit l'Activité économique comme actes de production, de consommation et d'échanges [14]

 

 

 

 

I.         6 Les pygmées

 

I.                   6. 1 DEFINITION

 

Un pygmée des grecs pygmées qui signifie haut d'une coudée, est d'une façon générale  un homme de petite taille, entre autres exemples un Main ou un manchot pygmée. Le mot coudée employé ici est définit dans l'étude perspicace des écritures comme une mesure de longueur correspondant, grosso modo, à la distance séparant le coudé de l'extrémité du majeur. Selon ce même ouvrage les israélites employaient habituellement une coudée pur environs 44,5 cm [15]

Pygmoïde est un terme anthropologique qui désigne certaines ethnies d'humains d'Afrique ou d'Asie de petite taille. D'ailleurs ce terme signifie pygmées métissés.

L'utilisation du terme pygmée, dans la littérature européenne remonterait à 1873. Ce terme aurait été inventé cette année là par 'explorateur allemand SCHWEINFURTH qui, au ours d'une exploitation dans la région des grands lacs, dans l'actuelle province orientale de la RDC s'est exclamé en rencontrant des populations  de taille réduite ça y est ! J'ai trouvé les pygmées d'homères. [16]

Or, dans le texte de l'Iliade, parmi les population  imaginaires des cyclopes, des hercules et autres fantasmagories, figuraient effectivement des personnages hauts d'une coudée grecque, soit 54cm, mais qui n'ont riens à r à avoir avec la population africaine rencontré par les européens et qui sont d'ailleurs dans la  mythologie grec des agriculteurs. Ce qui n'a rien a avoir avec les traditions africaines dans les quelles ils sont toujours vus comme ayans été les premiers occupant de la foret.  Bien que contoyant des population d'agriculteurs, ces peuples de la foret sont resté chasseurs et  de cueilleurs.

Parmi les populations décrites comme « pygmées» l'on doit reconnaître qu'il existe une telle diversité des langues et des cultures que l'on hésite  maintenant à maintenir l'hypothèse d'un peuple originaire unique. La distinction  la plus visible est celle d'un peuple chasseur /collecteur de la foret et d'autre qui sont agriculteurs et éleveurs. « Dans son « introduction  à l'inthnographie du Congo»  JONVANSINA note que «  les pygmées sont constituer de population présentant des signes physique particulier, petite stature, lèvre minces, etc. (. il sont assimulés à tout les chasseurs de la foret Equateurs , chasseurs nomade qui ne pratiquait pas l'agriculture [17]

I.6.2 HISTORIQUE DU PEUPLE PYGMEES

Avant l'arrivée des populations au Zaïre, le pays était habité par des populations appelées : pygmées de petite taille,  la peau d'un brun jounâtre, les pygmées vivaient en petites bandes nomades. Ils se nourrissaient de produit de la chasse, de la pêche et de la cueillete. Comme vêtement, ils portaient une sorte de pagne en écorce battue pour les femmes et un simple cash- sexe pour les hommes.

Ils logeaient dans des huttes construites de feuilles et de branches d'arbres. Ils ne connaissaient pas le fer. Ils chassaient avec des lances et des flèches qui constituaient leurs principales armes.  Ces populations ne demeurent pas isolées et des contacts existent avec les collectivités proches. Les pygmées et les autres populations du Zaïre (actuel RDC) se sont rapprochés les uns les autres au cours des siècles. Les voyages migratoires et l'occupation de leurs habitacles actuels ne sont pas déroulés sans heurt avec les populations qui les  ont envahis et ensuite assujettis. Ses sont disperés à travers la RDC , mais ils gardent des traits qui font partie de leur identité propre.

 

I.6.2.1    ORIGINE ET MIGRATION

 

Pygmées, peuple de nains, que les anciens faisaient vivre dans divers pays, notamment près des sources du Nil. Race de petite taille vivant dans la forêt, en Afrique équatoriale (appelée aussi Négrilles [18]

Dans l'état actuel des conaissances, il n'est pas possible de dire avec exactitude depuis combien de temps les pygmées vivent dans la forêt. Mais les chercheurs, comme BAHUCHET sont  inanimés à reconnaître qu'ils sont parmi les plus anciens habitant de l'Afrique [19]

Les 1ère refrences à leur sujet remontent à l'expédition partie de l'Egypte  sous la IV  dynastie (environ 2000 ans ACN) à la recherche des sources du Nil. Le rapport de cette expédition est attribué au Générale HERBOUE et a été trouvé dans le tombeau du pharaon Africaine.  Des danses telles qu'il n'en avait jamais vu auparavant. Le pharaon lui fit dire de ramener avec lui un de ces «  danseurs de Dieurs». Ainsi, les Egyptiens feront la connaissance des pygmées [20]

 

I.                   6.2.3 IMPLANTATION ACTUELLE DES PYGMEES

 

     Centre autres groupes, on trouve les YAKA», LES Babensel, Les Baka, les Binga, les Enfer et les Twa.

Les pygmées et les Bantous auraient une origine commune ancienne de 70.000 ans selon l'étude de l'ADN mitochondrial [21]

 

I.                   6. 4. ACTIVITES CULTURELES ET ARTISTIQUES

 

La forge sert à la fabrication des flèches, des lances, des couteaux, des bracelets, des anneaux à travers la préparation du fer du cuivre ou du bronze.

La VANNERIE est pratiquée est exercée pour la production et d'ustenstensiles d'usage courant ou des objects décoratifs très raffinés. Les hommes fabrique des objets d'usages masculin tels que les nasses, tandis que les femmes produisent les paniers, les nattes, les corbeilles, les hottes qui sont d'usage domestique, culinaire ou agricole.

LA POTRIE est généralement pratiquées par les femmes sur la base de l'argile extraite par les hommes. les femmes façonnent des objects d'usage domestique comme les pots, les gobelets, les cales basses, etc.

LE TISAGE du raphia sert à la production des étoffes et d'autres objects pour satisfaire certains besoins vitaux.

 

 

I.         6. 4. 1. DIVERTISSEMENT ET LOISIR

 

     Les pygmées jouent de la musique avec un instrument ressemblant à un peigne à vibrations que l'on retrouve sous des noms variés, dans diverses régions d'Afrique. La danse et le chant, chez les pygmées, constituent les écoles de vie et remplissent une fonction thérapeutique et spirituelle incontestable.  L'aspect immatériel de la vie culturelle des pygmées est à force coloration spirituelle.

 

I.6.4.2    RELIGION

 

     Les pygmées reconnaissent presque tous l'existence d'un Dieu créateur de toutes choses. Ils joignes ce Dieu créateur des génies et esprits aux quels ils font préalablement recours dans toutes leurs entreprise : pêche, chasse, danse, rites etc.

I.6.4.3    LANGUES ET PEUPLEMENT

 

        Les pygmées ou encore Négrilles sont disposés en petit îlots dans les forêts de l'Afrique équatoriale (au Cameroun, au Gabon, dans les deux Congo). On les retrouve également au Rwanda. Ils se répartissent en 3 groupes.

1.     les BAMBUTE dans le district de l'ITURI et dans le territoire de Beni sur tout dans l'axe Beni- Eringeti et Beni - Biakato

2.     Les BATWA dans le Kivu, Tshuapa, Mai-ndombe et au Rwanda

3.     Les BABINGA au Congo Brazza ville

Les pygmées parlent les langues de Bantu avec les quels ils sont en contact. Ils sont encore connus sous le nom de TVIDE [22]

 

I.6.5. ORGANISATION SOCIALE DES PYGMEES

 

 Ne constituant pas un groupe homogène à travers tout le pays, l'organisation sociale des pygmées en milieu traditionnel en RDC est structurée en relation avec leurs voisins et « Maître » Presque partout dans le pays, à cause de la relation tissée depuis des siècles, les populations pygmées sont généralement rattachées aux familles au clan et à la tribu selon le cas, une organisation propre aux pygmées n'a pas été identifié comme étant une initiative originale. Les pygmées, comme leurs voisins Bantu et autre, construisent les relation sociales au niveau du lignage classes d'âge.

En effet, le système de parenté chez les Bantuli, les Batwa, les Baka, Bashimbi et autres, sont bâti sur le clan, le sous - clan et la famille. Le clan est constué des familles d'individus se réclamant d'un ancêtre commun réel au fictif. Les pygmées entretiennent des rapports séculiers avec Bantu dont ils sont dans biens des cas «  des sujets». L'agencement de la structure de parenté des Pygmées tourne donc autour du clan mais la cohésion entre ses membres n'est pas aussi forte que chez les Bantu.  L'intérêt se concentre plutôt  sur la famille ou la parentèle, le clan chez les pygmées est constitué de :

· · l'ancêtre ;

· · les pères, fils de l'ancêtre

· · les petits -fils de l'ancêtre.

· · les arrières -arrières- petit -fils de l'ancêtre.

Les pygmées sont tous des patriorcaux. L'appartenance au clan se transmet donc par les hommes et non par les femmes, les enfants se rattachent à deux clans mais non dans la même mesure. L'enfant est membre à part entière du clan de son père. Contrairement aux Bantu, la loi de l'exogamie chez les pygmées  ne semble pas stricte et dépend des relations plus au moins suivies qu'entretiennent entre elles les familles du clan [23]

 

I.                   6.6 ORGANISATION POLITIQUE

 

Les  pygmées (d'orientale, d'équateur, des Kivu, des Kasaï ou du Bandundu) n'ont jamais constitué depuis des temps immémoriaux des entités politiques pour organiser leur vie politique, économique ou culturelle. Bien plus que les emprunts auprès des Bantu, la structure de pouvoir n'était ni structuré, ni formalisée, ni institutionnalisée.

Comme chez les populations Bantu, l'autorité à l'intérieur du clan est détenu par le chef du clan, l'aîné de la branche aînée des familles constituant le  clan.  Celui-ci peut considérer aussi comme le chef politique, le président du tribunal clanique, le port- arole (et l'intermédiaire) auprès des chefs Bantu et le chaîne qui relie les dieux à leur  descendants. Il est assisté dans l'exercice de ses foncions par les chefs des familles. Au niveau de chaque village ou campement pygmée il n'existe apparasmment pas une autre hiérarchie parce que clan pygmées est assujetti ou dépendant d'un clan  Bantu.

La vie générale du village ou du camp connait cependant une sorte de conseil consultatif qui regroupe les chefs des clans, comme une instance de concertation et de facilitation en cas des conflits entre les membres appartenant à des clans différents [24]. les confits entre les pygmées et les Bantu deviennent de plus en plus fréquents du fait de la prise de conscience progressive des pygmées sur la problématique foncière et sur tout des besoins économiques de ces derniers. En effet, pour les pygmées il n'y a pas de vie sans forêt car celle-ci est non seulement la mère nourricière mais aussi une source de vie.

Malheureusement il a été rapporté qu'en cas de persistance des conflits entre les pygmées appartenant à des clasdifférents, ce dernier état référé aux Bantu correspondants avec qui on a souvent des conflits de terre. Le pygmée a aussi peur de s'adresser aux structures politico-  administratives et judiciaires parce qu'il les considère comme des structures oppressives, réservées et adaptées au mode de vie des Bantu.

I.6.7 MODE DE VIE

     La situation socio- économique des pygmées, déjà précaire depuis très long temps, atteint le seuil de l'inhumanité. La compression des modes de vie et des données socio- culturelle et économiques permet de mieux appréhender l'univers pygmées. CHAIRE UNSCO fait ressortir quelques traits donnants quant à la vie du pygmée :

· · son attachement à la forêt et à la nature d'une manière générale,

· · sa maîtrise du cycle de vie et du mouvement saisonnier,

· · son sens aigu de service et de disponibilité (à ne pas confondre avec la question de l'infériorité aux situations les plus variés.

· · Ses grandes capacités d'adaptation aux situations les plus variées.

 

Dans l'ensemble, les populations pygmées vivent presque en marge de la modernitéstie. Leur mode de vie se trouve à cheval entre la tradition et la modernité et la dynamique relationnelle avec leurs voisins immédiats (Bantu ou autres) est chargée des pesanteurs contextuelles et historiques locales [25]

 

I.                   6.8 LE TROC CHEZ LES PYGMEES

 

      De manière traditionnelle, les pygmées obtiennent par le troc ce que la nature ne peut leur fournir. Ils entretiennent avec  leurs voisins Bantous des relations d'échange et de complémentarité, troquant les produits de leur chasse ou de leur cueillette contre des biens qu'ils ne pourraient se procurer autrement ceci en fait les victimes et les proies du système économique de leurs voisins Bantous, basé sur l'appropriation des richesses.

Bien que cela ne provoque guère de réactions du plan international, il est couramment admis que les Bantu traitent les pygmées comme leurs esclaves [26]

 

I.7     ORGANISATION NON GOUVERNEMENTALE (ONG)

I.7.1.       HISTORIQUE DE L'ONG

 

Après la deuxième guerre mondiale, la théorie évolutionniste de ROSTOW a été adoptée comme théorisé principale de l'économie de développement.

     Les Etats Unis d'Amérique (USA) militant pour la décolonisation ont encouragé le développement capitaliste en prenant comme modèle l'économie américaine. Cependant le pays du Sud était  dépourvu de capitaux et des industries. Les Etat du Nord avaient suggéré comme solution l'endettement. Ils se sont établis une coopération officielle bilatérale et multilatéral à travers laquelle se réaliser les transferts des technologies et des fonds. Mais à travers cette coopération les bourgeois aux pouvoirs dans le pays du Sud se sont entendu avec les dirigeants des gouvernements donateurs pour détournés les  fonds destinés a cette coopération.

  Vers 1980 ces circonstances malheureuses mettent à vue la fragilité du système de coopération directe entre les bailleurs de fonds et les dirigeants au pouvoir dans les pays du Sud. C'est alors qu'on a établit la coopération indirecte à travers les organisations non gouvernementales (ONG) dont le but était de faire arriver directement l'aide au destinataire.

   L'origine dans son sens strict, se situe au 19è siècle  plus précisément  « en 1863 avec le Genevois Henri Dynant. Bouleverser par la vue du champ de bataille de Solferino en 1859. Constitué un comité qui deviendra  les comités international de la croix rouge (CICR) : en voulant que son association soit universelles. Garanti par le droit spécialisé, neutre, impartiale, privée indépendante des armés. D'Etats et des Eglises et formées des bénévoles Donnant ainsi les bases de ce que seront les ONG......

     L'expression «  organisation non gouvernemental » (ONG) est apparue en 1946  dans le vocabulaire Internationale, à l'article 51 de la charte des Nation Unies (UN), avant d'être progressivement précisé par la jurisprudence et la pratique des relations Internationales [27]

 

I.7.2       DEFINITION DE L'ONG

 

    Ces derniers temps, le mot « ONG »  (organisation non gouvernementale) circule à grande vitesse sur toute les lèvres et ce, à travers le monde entiers.  Entré dans la pratique des congolais autours des années 1990, le terme ONG est devenu, à ce jour, tellement populaire qu'il semble même glissée  vers une pente dangereuse tant le publique en abuse. Pour les uns, ils s'agit  d'une affaire qui peut facilement enrichir son promoteur aux des associés, au point de les amèner  en changé les trait de vie, pour signe extérieur, notamment l'acquisition de belles villas et des voitures luxieuses, les multiples voyage à travers le monde.  Il est également fréquent d'atendre de la bouche des certaines  personnes  désireuses  de changé les métiers  ou des procurer du travail à quel que sans emplois : « je veut monter mon ONG ! » de telle personnes non généralement aucune vision claire quant aux objectif précis de l'ONG et peuvent  aller  jusqu'à ignorer  les conditions de création et les règles de gestion de ce genre d'association sans but lucratif (ASBL) , il s' imagine a tort qu'une ONG est une simple Unité de production où un patron plus au moins nanti, grâce à son patrimoine propre ou à des ressources extérieur , embûches, donnent les ordres aux travailleurs de haut de son fauteuil de président directeur générale (PDG) et les tribut, par la suite.

   Pour d'autre, l'ONG serait la clé passe par tout d'un pays, d'une province, d'un quartier ou d'une contrée,  de sorte qu'une entité  Territoriale puisse désormais,humain, l'air  frais d'une vie confortable, à tous égards

Une autre opinion faite des ONG un Instrument des pressions sur le pouvoir publique en vue d'obtenir de lui une ou plusieurs décisions allant dans tel ou tel sens, soit à faveur des quelques individus, soit au bénéfice  d'une communauté tout entière. 

   Ils ont dès lors important que nous en donnions le contour exact de sorte à mieux les comprendre et à cerner toutes les responsabilités qui dégagent de toute ONG et aussi puisque ce terme fait parti de concept de base de notre sujet de recherche.

   La Définition de l'ONG comporte, aussi bien les éléments de sa réalité associative que ceux relatif au développement communautaire attachée à cette catégorie  d'association en République Démocratique du Congo (RDC).

 

I.7.2.1.         L'ONG DANS SA REALITE ASSOCIATIVE

 

Vue sous l'optique associative, l'ONG comporte, en RDC cinq éléments ci- après :

· -         l'ONG est une association

· -         l'ONG est une association sans but lucratif (ASBL)

· -         l'ONG est une ASBL spécifique

· -         l'ONG est une ASBL dotée de la personnalité juridique.

· -         L'ONG est une ASBL dotée de la personnalité juridique  dont l'objet concours  au développement social, culture et économique des communautés locales.

· -          

1.     L'ONG est une association

 

Le terme «  association » se présente sous 3 aspects :

· v     L'association est un fait social naturel : le précurseur de l'ONG, Henri Dunant, n'a pas travaillé seul mais bien avec un comité, c'est à dire en s'entourant d'autres personnes, cerveaux persant. C'est que toute personne humaine est appelée à vivre et à travailler en communauté [28] le travail en association est également au centre de la vie aussi bien sur le plan social, économique que religieux. Prise dans un sens très large, la vie associative est à la base de la société africaine. Celle-ci, en effet, s'est historiquement organisée au travers des groupes sociaux à caractère religieux, économique, géographique dont les chefs avaient pour fonction essentielle de négocier, au nom, de la communauté, avec les institutions extérieures : empires africains Razzias, nomades, administrateurs coloniaux, Etats post- coloniaux.

· v     L'association est un contrat : le code congolais des obligations et des droits précise qu'un contrat est une convention par la quelle une ou plusieurs personnes s'obligent envers une ou plusieurs autres à donner à faire ou à ne pas faire quelque chose [29] En ce qui concerne l'ONG, le contrat a pour instrument le texte des statuts signé par les membres fondateurs, notamment, pour conséquence, l'extension des obligations retenues dans ces statuts sur tous les membres qui auront adhéré à l'ONG.

· v     L'association est une personne morale, issue de la convention entre deux personnes ou plusieurs des personnes morales signifient également «  instrument ou communauté  personnes organisé,» différente de chacun des membres qui auront adhéré à l'ONG.

·  

L'ONG est une association sans but lucratif (ASBL)

Telle que définie par la loi congolais,  l'ASBL est une association qui ne se livre pas à des opérations industrielles ou commerciales si ce n'est à titre accessoire, et qui ne cherche pas assurer à ses membres un gain matériel [30]

 

L'ONG est une association sans but Lucratif

Le régime spécifique au particulier où se retrouvant rangées l'ONG et l'association confessionnelle, dans leurs aspects spécifiques, en plus de ceux qui les concernent dans le régime général.

En définition, il importe de retenir que, en RDC, toute ONG Constitue avant tout une ASBL régime général, en plus des caractéristiques qui l'attachent au régime spécifique.

Long est une ASBL dotée de la personnalité juridique,

Le terme personnalité juridique désigne la qualité qui atteste que tel regroupement de personnes est une institution, une personne morale distincte de chacun des membres qui la composent. Il faut noter également que l'ONG est apolitique, tout comme toute autre SBL. Ce qui la distingue des partis politiques dont l'objet est  la recherche de prise de pouvoir et de sa conservation.

La recherche de prise de pouvoir et de sa conservation. En quelques  mots, l'association est un groupement de personnes réunies dans un dessein commun, non lucratif [31]

Décortiquons à présent l'aspect du développement communautaire.

 

I.7.2.2    LE DEVELOPPEMENT DES COMMUNAUTES LOCALES, OBJET DE L`ONG

 

      Il est mieux de préciser d'abord ce qu'est «  développement». Le terme développement est lié aux origines de la création. N'est -ce pas dire que le germe du développement a été enfoui au couer de l'humanité par le créateur lui- même ! Développer devient, dès lors, pour chaque homme et chaque société, une impérative catégorie plus divine qu'humain.

     Soulignons à présent tout le premier commandement que le souverain de l'univers Jéhovah a donné à l'homme, avant, même de lui d'interdir de toucher aux fruits de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Ce commandement est celui de «  cultiver et de garder le jardin d'Eden» [32]

     Selon Fernand Kitapindu, le jardin n'est que l'échantillon du monde entier, tandis que les termes «  cultiver et garder» englobent toutes les actions de développement social, culturel et économique. L'invitation au travail lancée à nos premiers parents n'est donc pas la conséquence de leur chute, mais plutôt suite à la  volonté de Dieu de voir Adam et Eve parfaire le monde qu'il leur a confié, en d'autres termes, développer cette plante terre. C'est que chacun de nous doit parfaire son «  jardin d'Eden» et même aider les autres à améliorer le leur, c'est- à dire la portion de terre ou leur site de location ! [33]

     Selon Alain-Charles Martinet Ahmed Silem, le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement son produit réel global [34]

Administratives ainsi que le comportement populaire, même les coutumes et croyances [35]

Il importe de jeter aussi un regard sur les communautés locales à qui profite l'action de développement entreprise par l'ONG en RDC puis que nous venons de définir une ONG comme étant une ASBL dotée de la personnalité juridique dont l'objet concours au développement social, culturel, et économique des communautés locales.

 

 

I.         7. 2.3 COMMUNAUTES LOCALES BENEFICIAIRES DE L'ACTION DE L'ONG

 

     Parmi les mentions obligatoires devant figurer dans le statut de toute ASBL, en ce compris l'ONG, la loi N° 004/2001 du 20 juillet 2001 impose que soient, précisées  les provinces où seront exerc2 les  activités de cette association.

     La même loi dispose, par ailleurs : «  les ONG participent à la mise en oeuvre de la politique de développement à la base. A cet effet, elles tiennent compte des besoins locaux et se conforment dans leurs interventions, aux orientations du gouvernement en matière de développement »

    Dans l'esprit de cet article 41, concrètement, toute ONG est censé s'installer à la base, soit de par son siège social, soit de par une antenne d'exploitation de ses activités. Pour ce faire, l'ONG a deux possibilités :

1.     son action peut s'exercer sur un ou plusieurs groupes ciblés préalablement définis par les statuts, tels que : les personnes de 3è âge, les veuves, les orphelins, les personnes avec handicap, les personnes atteintes de VIH SIDA, les pygmées,.... Dans ce cas l'entité  territoriale sur la quelle est installé le groupe cible bénéficiaire de la générosité de l'ONG constitue la « communauté locale ». Comme ont peut s'en rendre compte, cette communauté locale peut être un village, un quartier, une ville, une province ou même tout un pays.

2.     l'ONG peut, tout aussi bien agir de manière impersonnelle, c'est à dire sans nécessairement viser un groupe cible quelconque, mais cherches l'amélioration des conditions de vie de l'ensemble des personnes habitant telle portion du territoire national ou tout le pays. Dans cette hypothèse, le champ d'action visé par le programme de l'ONG est l'ensemble de l'entité territoriale, c'est cette dernière qui est alors désignés par le vocable

«  Communauté locales », objet de la prise en charge de l'ONG. Le travail en association est également au centre d la vie aussi bien sur le plan social, économique que religieux.

Prise dans un sens très large, la vie associative est à la base de la société africaine. Celle-ci, en effet, s'est historiquement organisée au travers de groupes sociaux à caractère religieux, économique, géographique dont les chefs avaient pour fonction essentielle de négocier, au nom, de la communauté, avec les institutions extérieures : empires africains razzias, nomades, administrateurs coloniaux, Etats post- coloniaux.

· · L'association est un contrat : le code congolais des obligations et des droits précise qu'un contrat est une convention par la quelle une ou plusieurs personnes s'obligent envers une ou plusieurs autres personnes à donner à faire ou à ne pas faire quelque chose. [36] En ce qui concerne l'ONG, le contrat a pour instrument le texte des statuts signé par les membres fondateurs, notamment, pour conséquence, l'extension des obligations retenues dans ces statuts sur tous les membres qui auront adhéré à l'ONG.

· · L'association est une personne morale, issue de la convention entre deux personnes ou plusieurs une personne morale signéfié également «  institution ou communauté de personnes organisée,  « différente de chacun des membres qui la compose.

· · L'ONG est une association sans but Lucratif (ASBL) Telle que définie par la loi congolaise, l `ASBL est «  une association qui ne se livre pas à des opérations industrielles ou commerciales si ce n'est à titre accessoire, et qui ne cherche pas a assurer à ses membres un gain matériel>>. [37]

      

I.7.3  PRESENTATION DES ONG D'ASSISTANCE AUX PYGMEES OEUVRANT EN VILLE DE BENI ET SES PERIPHERIQUES

 

I.7.3.2    ONG LOCALES

 

1.     PAP/ RDC : programme d'assistance aux pygmées en RDC

2.     CEPAC : communauté des églises de pentecôte en Afrique central

3.     PEDD : Projet d'encadrement et défense des droits des pygmées.

4.     CAMV : centre accompagnement des autochtones pygmées et minoritaire vulnérable.

 

Parmi tout ces ONG s'intéressant particulièrement aux pygmées : PAP/RDC, CEPAC, CAMV et PEDD. Et PAP/RDC est parmi les ONG nationales qui ont la cause des pygmées come domaine d'intervention principale et celle qui semble coordonnées toutes les activités en rapport avec les pygmées.

Le chapitre suivant sera consacre en cette ONG.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE DEUXIEME :
PRESENTATION DU PROGRAMME D'ASSISTANCE AUX PYGMEES (PAP) EN RDC

   Dans ce chapitre nous parlerons en générale de la situation géographique, de l'historique, de la structure et de l'organigramme de PAP-RDC.

 

II .1.   HISTORIQUE

   Le programme d'assistance aux pygmées a commence à BAMANDE, Ituri précisément dans le territoire d' Irumu depuis 1985 à l'initiative de la fondation pygmées Klein Hood une organisation hollandaise par l'hollandais Mr RUUD qui était venu dans le cadre du tourisme. Celui-ci ayant constaté la misère que traversaient les peuples pygmées premiers habitant du pays mais considérer comme des sous peuples sans valeur, songea à la création d'une organisation pouvant aider ces peuples.

En  effet la RDC a été frapé par une guerre d'environs 10 ans, éclaté en 1997 et qui a plongé la population congolaise dans l'extrême pauvreté manifesté par un état de misère insupportable rendant ainsi les conditions de vie très précaire pour les pygmées et nécessitant un cas qui, parmi tant d'autre une attention soutenue et une intervention urgente. C'est dans ce conteste qu'est né le PAP/RDC.

 

II 1. 1. Siege sociale

  Le siège social de PAP/RDC et à Beni depuis le 20 avril 2002 et ce trouve actuellement dans la commune Ruwenzori, quartier Mabakanga, avenue Bukavu N°01, Nord- kivu,RDC.

A cause de la turbulence et la violence de la guerre de l'Ituri il attend d'être transféré à Mavivi.

 

II.1.2 Rayon d'action

       Le PAP/RDC intervient dans deux provinces : Nord-Kivu (territoire de Beni et de Lubero) et Orientale (territoire d'Irumu et de Mambassa).

 

II.2    OBJECTIF ET NATURE JURIDIQUE

 

II.2.1      OBJECTIF

II.2.1.1       Objectif global

 

      Le PAP/RDC veut contribuer à la lutte contre la pauvreté et la promotion de la dignité humaine des peuples pygmées de l'Est de la RDC.

 

 

 

II.2.1.2.      Objectif specifique

 

PAP poursuit les objectifs suivant :

· · Consolider les capacités de PAP/RDC dans la mobilisation des moyens et de l'opinion publique autour de la principale préoccupation des pygmées.

· · Renforcer les capacités d'intervention de l'équipe exécutive et de gestion des dirigeants de PAP/RDC.

· · Promouvoir le travail en synergie avec les autres acteurs ;

· · Stabiliser les pygmées sur leur terroirs ;

· · Assurer un accompagnement agricole des ménages des pygmées ;

· · Améliorer l'environnement et les conditions d'hygiène dans les villages pygmées ;

· · Promouvoir l'élite intellectuel et le leadership local des pygmées ;

· · Renforcer institutionnellement et opérationnellement PAP/RDC.

 

 

II.2.2 NATURE JURIDIQUE

 

Les statuts de PAP/RDC furent notarié le 03 avril 2003 ,puis le 07 mai 2003, le PAP /RDC fut couvert par l'autorisation provisoire de fonctionnement du ministre de droits humains N°005/CAB/MDN/MBK 026/ 2003 transmis par le même ministre à son collègue, le ministre de la justice et garde de sceaux portant son avis favorable de fonctionnement N°057/CAB/MOH/KBI/MBKO 166/2003 du 07 mai 2003.

 

II.3. MSSION DU PAP/RDC

 

Le PAP s'est donne les missions suivantes :

· · Renforcer les capacités d'intervention du personnel, des dirigeant, des leaders de PAP/RDC ;

· · Promouvoir des meilleures conditions de vie des pygmées sur le plan social, économique et culturel ;

· · Promouvoir des conditions de vie des personnes ou communautés vulnérables ;

· · Assurer une mobilisation sociale, lobbying et plaidoyer en faveur de la cause des pygmées ;

· · Assurer a l'émergence du leadership pygmées au niveau local, provincial, national et international.

·  

·  

·  

·  

·  

·  

·  

·  

·  

 

II.4.        VISION DU PAP/RDC

 

Au niveau du group-cible accompagne : les pygmées

D'ici 3 ans

· · Des pygmées vivant dans les conditions sanitaires acceptables ;

· · Tirant de ce revenu stable à partir des cultures conventionnel et non conventionnel : agriculture, élevage, les métiers,...

· · Mobiliser autour de leur village pour leur auto promotion.

 

      D'ici 5 ans

· · Une organisation professionnelle dans l'appui aux pygmées ;

· · Performance dans la gestion : saine, transparente, efficace ;

· · Avec des dirigeants et leaders outillés, capable, encagé dans la promotion et la  cause des pygmées.

· · Mobilisation des toutes les forces vives locale et extérieur au profit des pygmées : et oeuvrant à la reconnaissance des droits des pygmées de vivre sur des concessions forestière stable.

 

      D'ici 10 ans

· · PAP/RDC aura oeuvré à l'émergence du leadership pygmées ( auto gère) :

Rayonnant au niveau national et international.

 

II.5.   STRATEGIE D'INTERVENTION

 

L'approche participative choisie par le PAP/RDC lui a permis une familiarisation partiale du milieu pygmée dans des aires protégées du foret de l'Ituri ainsi que dans le secteur Nord du parc national de Virunga.

Notons en pensant que PAP/RDC intervient aussi dans des milieux en dehors des aires protégées, en attendant les prospectives de sécurité effective et de paix durables pour que les villages pygmées soient atteints.

Voici les principales stratégies de PAP/RDC :

· · Promouvoir le travail en synergie ;

· · Stabiliser les pygmées sur leur terrain ;

· · Améliorer l'environnement et les conditions d'hygiènes dans les villages pygmées ;

· · Assurer un accompagnement agricole des ménages des pygmées ;

· · Consolider les capacités dans la mobilisation des pygmées en contactant les partenaires potentiels extérieurs et locaux intéresses a la problématique des pygmées.

 

 

II.6.   DIFFICULTES DU PAP/RDC

 

Les difficultés de PAP/RDC sont surtout dues aux moyens limites face aux multiples besoins prioritaires des pygmées.

Les pygmées mènent une vie socio culturelle qui les rendent plus fragile par rapport aux autres communautés dans divers domaines de la vie. Compte tenu du contexte local des populations de son rayon, PAP/RDC n'a jusque la développe que des projets d'urgences. Cela ne permet pas une prise en charge durable de l'ensemble des problèmes que vivent les pygmées.

 

II.7.   REALISATIONS DU PAP/RDC

 

II.7.1.     Plaidoyer et synergie entre acteurs.

· · PAP/RDC fait des réunions de concertation et de cohabitation entre acteurs pygmées, non pygmées et chefs coutumiers ;

· · Réalise la formation des leaders pygmées sur les notions élémentaires du droits ;

· · PAP/RDC organise l'assistance juridique gratuite aux pygmées ;

· · Délimitation des 150 concessions au bénéfice des clans pygmées ( 75 a Beni et 75 à Mambassa )

· · Une réhabilitation du village pygmée de Ngadi en collaboration avec le deuxième bataillon Indien de la MONUC.

 

II.7.2.     Formation et éducation de base

 

· · Scolarisation et appui en kits scolaires à plus de 900 élèves et écoliers pygmées ;

· · Réhabilitation des fréquences par les élèves pygmées : E.P. MAFIFI et E.P. BAMANDE.

· ·  

 

II.7.3.     Accompagnement agricole

 

· · Accompagnement agricole de 2000 ménages pygmées en intrant agricoles (semence, outil) ;

· · Accompagnement en pisciculture et apiculture de quelques campements.

 

 

II.7.4      Promotion socio-sanitaire

 

· · Distribution des kits de ménages, fourniture de médicament à 22 formations sanitaires pour la prise en charge gratuite des pygmées et IDPS.

· · Naissance d'une organisation autonome et fiable de lutte contre le VIH/SIDA : Espoir pour la vie( EPVI)

 

II.7.5      Assistance humanitaire

· · Assistance en Food et non Food items aux 2121 ménage déplacé de guerre de l'Ituri (octobre-décembre 05 : k-COD-0510-0005) et 2500 ménage mars-juin 06 :k- COD-0603-0001 :

· ·  

· v     Septembre-janvier 08 pour 5000 ménages à RUTSHURU

· v     Mi-juin 08 pour 3000 ménages à KIRUMBA.

· v     Septembre-décembre 08 pour 10000 ménages à KIRUMBA.

·  

· · Accompagnement agricole en plus de 5000 ménages IDPS de ISALE en territoire de Beni : outils aratoire et semence ( K-COD-0608-0002).

 

II.8.   PARTENAIRE DU PAP/RDC

Partenaires internationales

1.     DIAKONI Katastrophenhilfe

2.     PAX CHRISTI

3.     WCS/CARPE

4.     ICCO

5.     CORDAID

6.     LWF : luterian world federation

7.     UNOCHA

 

Partenaires locaux

8.       PPSSP : Programme de promotion de soin de sante primaire

9.       CME/ Nyakunde : centre médical évangélique de Nyankunde.

10.                       Eglise 8è CEPAC : Comm. Evang. de pentecôte au centre de l'Afrique.

11.                       CAD : Coordination d'aide aux déplaces.

12.                       Eglise CAC

13.                       CECA 20 : Communauté évangélique au centre de l'Afrique.

14.                       BCZS : Bureau central de la zone de santé

15.                       CROIX ROUGE

16.                       ENRA : Enzyme raffiner

 

PAP/RDC est aussi membre effectif du réseau CREF (réseau pour la conservation et la réhabilitation des écosystèmes forestiers)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II.9.   ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU P.A.P./RDC

II.9.   ORGANISATION

 

Pour l'organigramme de PAP / RDC, voir les annexes.

1.     Assemblée générale

L'assemblée générale est l'organe suprême de décision et d'orientation de la politique générale de l'organisation. C'est l'organe qui représente l'universalité des membres effectifs. Elle se réunie une fois par an en séances ordinaires et cela le premier jeudi du mois de décembre sur convocation du président du conseil d'administration.  Cependant, lorsque les circonstances l'exigent, on peut convoquer l'assemblée générale extraordinaire mais sous la demande de la majorité, de deux tiers des membres. Selon le statut de l'organisation des membres fondateurs et adhérents des représentants des bénéficiaires et des membres d'honneur en tant qu'observateurs.

 

 

 

 

2.    conseil d'administration

 

Cet organe a la qualité de l'organe de suivi de l'exécutif et il est chargé de :

· · faire appliquer, exécuter et assurer la suivie des décisions de l'assemblée générale ;

· · négocier et signer l'accord de partenariat conjointement avec le comité de gestion ;

· · veiller au respect à tous les échelons de l'association, des statuts et règlement d'ordre intérieur ;

· · soumettre à l'approbation de l'assemblée générale le projet de budget et le bilan annuel de l'association ;

· · recueillir les demandes d'adhésion des membres effectifs et faire des propositions à l'assemblée générale des candidats potentiels membres d'honneurs ;

· · se prononcer sur l'engagement des directeurs et chefs des départements ;

· · exercer le pouvoir disciplinaire conformément a l'article 7 des statuts et/ou au règlement d'ordre intérieur.

 

3.    Coordination

 

Les activités de la coordination sont dirigées par le coordinateur, qui est le maître de l'exécutif. Elle a des attributions en gestion administrative, gestion des ressources financières et gestion du personnel.

En gestion administrative, cet organe fait :

· · la poursuite de la politique et des objectifs contenus dans l'objectif de l'organisation ;

· · le contact interrompu avec les partenaires et bailleurs externes de l'organisation : il exploite les documents de coopération avec l'extérieur ;

· · négocie et signe avec le président de l'assemblée générale tous les documents et engagements externes du PAP/RDC ;

· · la conception des projets à soumettre aux bailleurs extérieurs en rapport avec les objectifs poursuivis par l'organisation en vue d'assurer la pérennité de PAP/RDC sur le terrain ;

· · présente le rapport d'activités et financier à l'assemblée générale aux différents partenaires et a l'Etat ;

· · relation publique ; s'assurer que les relations avec l'autorité politico-administrative est au bon fixe.

 

En gestion des ressources financières, cet organe doit :

· · s'investir dans le foundraising local et extérieur pour l'articulation de diverses stratégies simultanément ;

· · gérer les fond : gestion seine des fond sur base d'un budget d'exploitation ;

· · contrôler l'utilisation des fonds : s'assurer de la fin de chaque opération financière ;

· · ordonner toutes les dépenses de l'association.

 

En gestion du personnel, on attend de cette organe de :

· · instaurer  une politique de recrutement d'affectation de rémunération de cotation, de promotion, de rupture de contact suivant le règlement d'ordre intérieur de l'ONG.

· · Gestion du personnel du personnel de cadre et de maitrise (engagement, affectation, promotion et rupture de contrat,...) en collaboration avec le président du conseil d'administration ;

· · Signer le contrat de travail avec les chefs des départements après avis favorable de conseil d'administration ;

· · Exercer l'action disciplinaire sur tout le personnel de l'association conformément au code du travail excepte les chefs des départements dont licenciement requiert l'avis favorable du conseil d'administration et le directeur dont le licenciement et de la compétence du conseil d'administration ;

· · Disponibilité un cahier de charge par chaque agent et appuyé l'administration a l'élaboration des manuels des procédures administrative et financière de la gestion du personnel, du règlement d'ordre intérieur d'outil de suivi et évaluation terme de référence des activités qui sont sans détail pour éviter de fonctionner sans garde fou.

 

4.    Direction de programme

 

Cet organe et sédentariser sur le terrain en quatre départements et parfois le nom du directeur de programme change en directeur de projet quant il s'agit d'aide humanitaire.

· · Le département de formation et éducation de base

 

Il s'occupe particulièrement de tous les aspects de renforcement de capacité au niveau du PAP/RDC et des communautés pygmées. L'éducation de base la culture pygmées, la scolarisation sont de son ressort. L'émergence du leadership pygmées et le professionnalisme passe par ses mains pour être affirmés par les autres départements :

· · Identification des enfants pygmées scolarisable et conscientisation des parents ;

· · Détection des problèmes liés à l'éducation de pygmées et propose des solutions ;

· · Réhabilitation d'infrastructure des écoles pygmées ;

· · Assistance des élèves pygmées en fourniture scolaire ;

· · Promotion d'alphabétisation des adultes dans les villages ;

· · Faire le suivi des activités éducatives.

· · Département de promotion socio-sanitaire :

Il s'occupe des questions de Santé primaire, préventives et curative, assainissement de l'environnement, habitant, eau potable,...

Il est chargé de promouvoir la sante du peuple pygmées et de lutter contre les endémies et les épidémies qui constituent un danger pour la santé de toute la population du rayon d'action. A cet effet, il :

· · Identifie le problème de santé des pygmées ;

· · Résout ces problèmes avec la participation de la population cible ;

· · Facilite l'accessibilité aux soins de santé primaire ;

· · Aménagé les sources ;

· · Sensibilise la population du rayon d'action sur le danger que présente les IST/SIDA ;

· · Promouvoir l'hygiène et l'assainissement de l'habitat ;

· · Il effectue aussi le suivi des activités de santé.

 

 

· · Département d'accompagnement agricole

Ce département s'occupe de tous les aspects de promotion de l'agriculture et de l'élevage dans le monde pygmées en prenant en compte les cultures conventionnelles, l'élevage classique et des espèces sauvages. Il se charge d'initier les pygmées a l'agro pastorale pour l'auto suffisance alimentaire d'abord, ensuite pour leur assurer une source de revenue, étant donne que la déforestation rapide et progressive. A ce titre il s'occupe de :

· · Inventorier les problèmes agricoles et les potentialités ;

· · Mettre sur pied le plan d'action en collaboration avec le peuple pygmée ;

· · Former les pygmées sur les techniques agricoles ;

· · Accompagner les pygmées dans l'intégration  de l'agriculture de leurs activités quotidiennes ;

· · Faire le suivi des activités agricoles ;

· · Il forme aussi les pygmées dans les techniques d'agricultures et de pisciculture.

· ·  

· · Département des plaidoyers et synergie

· · Il garanti la sécurité et la dignité humaine des peuples pygmées.

Sur ce, il :

· · Assure la défense des droits des pygmées ;

· · Garanti la protection des intérêts de peuples pygmées ;

· · Organise l`assistance judiciaire gratuite aux pygmées ;

· · S'investit dans l'éducation des pygmées en matière de leurs droits et devoirs ;

· · S'emploie pour la promotion de la considération sociale des pygmées par les communautés locales ;

· · S'occupe de la stratégie plaidoyer, stabilisateur des pygmées, synergie entre acteurs, information et documentation ;

· · Favorise la cohabitation pacifique entre les pygmées et la population bantu.

· · Département de l'aide humanitaire

Ce département fait une aide humanitaire a travers l'assistance aux catastrophes naturelles par :

· · L'assistance en Food et non Food aux ménages déplacés de guerre ;

· · L'accompagnement agricole.

 

 

 

 

 

5.    DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE

 

    La direction administrative et financière et le poumon de l'administration et de la normalisation des systèmes de gestion administrative et financière. Celui-ci utilise l'informatique pour une gestion performante comptable.

      Le directeur administratif et financier est le chef direct du logisticien et du caissier. Ces personnes ont un rang hiérarchique identique à celui d'un chef de département étant donne que l'organisation a plusieurs activités.

A.    Le comptable

 

I.L' a pour rôle :

· · Tenir la comptabilité journalière et vérifier toutes les opérations comptables ;

· · Gérer toutes les correspondances du projet et le classer ;

· · Enregistrer toutes les opérations comptables ;

· · Assurer la communication verticale et horizontale entre les services ;

· · Veiller aux matériels mis à sa disposition ;

· · Initier les pièces de dépenses et payer les charges autorisées ;

· · Saisir les lettres, les documents, rapport et tout autres Courier du projet ;

· · Rendre compte de son travail au directeur administratif et financier.

 

B.    Le logisticien

Le logisticien est chargé de :

· · Gérer le charroi automobile ;

· · Tenir le registre des matériels du projet ;

· · Centraliser les réquisitions du projet et rédiger l'offre.

· · Veiller à l'entretien et la maintenance régulière des ressources matérielles ;

· · Ellaborer le rapport hebdomadaire de stock et distribution ;

· · Tenir le livre magasin et les fiches de stock ;

· · Tenir le bordereau d'expédition ;

· · Rendre compte de son travail au directeur administratif et financier.

·  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHAPITRE TROISIEME :
PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES DONNES

III.1   CONSTITUTION ET PRESENTATION DE L'ECHANTILLON

 

    Parler de la constitution de l'échantillon revient à parler en quelque sorte du cadre méthodologique, au quel on fait recours pour la réalisation de l'enquête effective.

La question du dénombrement des populations pygmées est difficile. Même si on faisait recours à l'institut national de la statistique, il restera toujours difficile d'autant plus qu'un recensement spécifique des populations pygmées n'a jamais été mené.

Le problème du dénombrement des pygmées est difficile parce que les pygmées, retranchés dans leurs campement et villages en forets, ne se présentent presque jamais dans les bureaux de l'Etat civil et du moment des opérations de recensement de la population.

C'est ainsi que nous nous limiterons, dans cette section, à expliquer la procédure par la quelle nous sommes arrivées à constituer à partir de notre population cible (pygmée), toujours sans statistique disponible, un échantillon de 150 pygmées.

 

III .1.1  la population

    Notre population d'étude est composée de tous les pygmées de l'axe BENI-MBAU repartis dans les quatre campements encadrés par les PAR-RDC notamment : NGADI, NTESEBA, KUBECHI, et NGITE.

 

III.1.2. L'échantillon

   Compte tenu des critères temps d'accessibilité aux bases de sondage, du coût et de la complexité du problème traité, nous avons procède à l'échantillonnage.

L'échantillonnage consiste au recours souvent à une participation  de la population au sein de la quelle on va récolter les informations. Cette portion réduite est appelée échantillon. Il doit être proportionnel représentatif pour que les résultats aux quels on va aboutir puissent être consideré comme étant valable par toute la population mère qu'on appelle encore univers de l'enquête [38].

Ce processus de généralisation est appelle extrapolation des résultats. Il faut ici interroger tout l'échantillon et quantifier toutes les réponses récoltées.

Nous nous sommes entretenus personnellement  et directement avec nos enquêtes. Nous nous sommes efforces pour que chaque catégorie des pygmées soit représente dans l'échantillon.

Notre échantillon de 150 pygmées est représente dans les tableaux ci-dessous.

Tableau N°1. Répartition de l'échantillon par campement

N°CampementEffectifPourcentage1

2

3

4NGADI

NTESEBA

KUBECHI

NGITE

58

29

32

3138.67

19.33

21.33

20.67

TOTAL

150100

 Source : nos enquêtes

Ce tableau montre qu'une force concentration des pygmées se trouve en NGADI car c'est un double camp : une partie de devant construit et la partie de derrière non encore construit.

 

Tableau N°2 : Echantillon selon l'âge et le sexe

SEXE, AGEMASCULIN

 FEMININTOTAL%

0 - 10

11 - 21

22 - 32

33 - 43

44 - 54

55 - 6510

27

17

2

7

120

43

13

8

2

O3O

70

30

10

9

120

46.67

20

6.67

6

0.66

 

TOTAL

6486150100

%

42.6757.331OO  Source : nos enquêtes

 

Il ressort de ce tableau que le nombre des femmes pygmées est supérieur à celui des hommes.

En effet, les hommes pygmées travail trop et souvent passent toute la nuit sans dormir au tour du feu.

La forte concentration selon l'âge se situe dans l'intervalle de 11 à 21 ans et la plus faible dans l'intervalle de 55 a 65 ans. Les raisons sont que les pygmées mangent généralement très peu et d'ailleurs en qualité qu'en quantité déplorable.

 

Tableau N°4 Echantillon selon les niveaux de formation

NIVEAU D'ETUDEEFFECTIFTOTAL%MASCULINFEMININAnalphabète

Primaire

Secondaire

Diplôme

53

10

1

074

12

0

0127

22

1

084.67

14.67

0.66

0

TOTAL

6486150100

%

56.6743.331OO 

Source : Nos enquêtes

 

Il ressort de ce tableau qu'une majorité des pygmées est analphabète. Et que seulement 14.67% ont fréquenté l'école primaire puisque dans tout les cas rencontre c'est l'ONG CEPAC qui scolarise les écoliers pygmées. Malheureusement il y a que 0.66% soit 1 sujets qui est au niveau secondaire puisque l'année scolaire ne pas en harmonie avec leur programme dans la foret (exemple la récolte du miel), d'autre ont peur de traverser la route pour aller à l'école et d'autre encore se sentent mal alaise au milieu des Bantus qu'il qualifie de discriminateur et souhaite par conséquent que chaque campement ai son école.

 

Tableau N°5. L'échantillon selon la profession

PROFFESSIONEFFECTFTOTAL%MASCULNFEMIININ

Cultivateur

Chasseurs

Cueilleur

Ramasseur

Ecopeur

Eleveur

Elève

Sans profession

23

24

0

0

0

2

11

419

0

5

7

40

0

12

342

24

5

7

40

2

23

728

16

3.33

4.67

26.67

1.33

15.33

4.67

TOTAL

648615O100

%

42.6757.33100 

Source: Nos enquêtes

 

Il y a lieu de constater que les hommes comme les femmes pygmées se donnent à l'agriculture. Mais il y a lieu de constater aussi que la cueillette, le ramassage et l'écopage ne sont effectués que par les femmes tandis que la chasse est effectuée par les hommes essentiellement. Cela montre sans équivoque qu'il y a division de travail dans les campements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III.2.  ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS

 

Il est généralement posé deux types de problème en statistique inductive ou inferenciel.

L'enquête peut être exhaustive ou partielle. L'enquête exhaustive porte sur toutes les unités de la population. Elle est utile mais souvent coûteuse. C'est pourquoi, on court à des enquêtes partielles faites sur un ou plusieurs échantillons de la population. Cet échantillon doit être représentatif de manière que le résultat obtenu si l'on a étudie la population entière. C'est l'estimation.

Dans le cadre de notre travail, nous avons adopte la deuxième démarche. Nous pouvons schématiser comme suit les deux démarches.

 

Figure N°1 : Problème de distribution d'échantillonnage

  

Comme susdit, notre analyse se rapporte a la deuxième façon de faire.

 

III.2.1         IMPACT DES ONG SUR LA SITUATION SOCIO ECONOMIQUE DES PYGMEES

Sur le terrain, nous avons voulu d'abord la confirmation de notre cible sur la présence des ONG dans leurs campements.

Pour ce faire, nous avons procède à la question suivante :

 

Existe-il des ONG qui ont un programme d'assistance et d'appui aux pygmées dans votre camp ?

A cette question le 100% de nos enquêtes c'est-à-dire 150 sujets ont répondu par oui. Cela nous montre que les ONG se forcent d'arriver dans tous les campements visites.

 

 

 

 

 

III.2.1.1      DOMAINE D'INTERVENTIONS DES ONG

 

      Dans cette partie nous allons analyser et interpréter la réponse à la question :

 

Quel est le domaine d'intervention des ONG dans votre camp ?

Les réponses à cette question sont représentée dans le tableau suivant.

 

Tableau N° 6 : Domaine d'intervention des ONG

DOMAINE D'NTERVENTIONEFFECTF%Développement

Santé et hygiène

Education

Environnement

Habitant

Recherche

Eau

Autre

66

10

19

0

48

0

7

044

6.67

12.67

0

32

0

4.66

0

TOTAL

150100

 Source : nos enquêtes sur le terrain

 

A partir de ce tableau nous voyons claire que les ONG ont pour domaine d'intervention le développement et la lutte contre la pauvreté. 66 sujets soit 44% des enquêtés l'ont montré. Ce qui s'explique par le fait que les pygmées vivent encore dans une pauvreté endémique.

Le domaine comme l'environnement et la recherche sont négligés (aucun sujet ne les a reconnut comme domaine d'intervention des ONG dans son campement). Ce là a malheureusement pour conséquence la manque d'information qui pousse les pygmées à entrer même dans le parc (plus précisément le parc national de Virunga) a la recherche des gibiers.

Evoluons maintenant vers l'impact des ONG sur la situation socio-économique des pygmées en cherchant si ces domaines d'intervention touchent les besoins de la population cible.

 

III.2.1.2.     ANALYSE DES BESOINS DES PYGMEES

 

La question était : les ONG donnent-elles ceux dont vous avez le plus besoin ?

Dont les réponses sont représentée dans le tableau suivant :

 

 

 

Tableau N°.7. Besoin des pygmées

Nature de réponseEffectif%

Oui

Non

40

11026.67

73.33

TOTAL

150100

      Sources : Nos enquêtes sur le terrain

 

Il va sans dire qu'apparoir de ce tableau nous disons que les ONG ne touchent pas encore les besoins réels des pygmées ; car 110 sujets sur 150 soit 73.33% l'on affirmé mais qu'en ce la ne tienne, ils ont affirmes recevoir quelques habits, certain logent maintenant dans des maisons en tôle construit par le casque bleu de la MONUC en partenariat avec PAP /RDC.

Les pygmées ont exprimé leur besoin en ce terme : « ceux dont nous avons besoin c'est : l'accès à l'information (radio, téléphone,...), les toilettes modernes, lit (ils dorment en même le sol(voir photo en annexe), eau potable surtout de la REGIDESO ou de la SOLIDARITE (ils consomment l'eau de la pluie,comme le montre une des photos en annexes) lampe (ils utilisent encore la lampe le `KASUKU'), objet de cuisine puisque nous utilisons encore notre sel traditionnel appeler `KIBIKU', la moustiquaire, notre propre cimetière également ».

 

III.2.1.3.     ANALYSE DE LA GESTION DES BIENS RECU DES ONG

 

        La question consiste à savoir comment les pygmées gèrent tout ce qu'ils reçoivent des ONG. A cette question les pygmées ont répondu et leur réponse est représentée dans le tableau suivant :

 

Tableau N°8 : la gestion des biens reçus des ONG

NATURE DE LA REPONSEEFFECTIF%

Consommation directe

Protection pour l'intérêt commun

Consommation après bénéfice

Autre

125

4

21

083.33

2.67

14

0

TOTAL

150100

Source : nos enquêtes sur le terrain

 

Il ressort de ce tableau que les biens reçus des ONG (graine, habits,...) sont en 83.3% utilisé pour la consommation directe et que seulement 2.67% des pygmées ont affirmé protéger  les biens (d'intérêt commun) pour l'intérêt  de la communauté.

Retenons que les biens reçus sont souvent soit vendu, soit échanger, et souvent pour se divertir par la boisson. Certain échangent les houes reçues contre le verre de boisson.

Donc l'irresponsabilité des pygmées est aussi parmi les causes de leur vulnérabilité qui fait en ce que les efforts des ONG semblent nuls.

Une question se pose : tout cela est-ce la cause de l'absence du suivi des biens envoyé aux pygmées ?

 

 

 

· · COMITE DE SUIVI

 

Le tableau qui va suivre montrera la réponse des pygmées à la question de savoir s'il sont conscient des comités de suivi pour la bonne gestion des biens reçus des ONG.

 

 

Tableau N°9 : comite de suivi

NATURE DE REPONSEEFFECTIF%

Oui

Non

94

5662.67

37.33

TOTAL

150100

Source : nos enquêtes sur le terrain

 

Ce tableau ne fait que confirmer les idées susdit (selon les quelles les pygmées eux aussi sont a la base de leur vulnérabilité.

Par ce tableau, 62.67% des pygmées reconnaissent l'existence de comite de suivi, mais malgré cela, ils gèrent très mal ceux qu'ils reçoivent des ONG (cfr tableau N°8 : gestion des bien reçus).

Voyons en présent si les pygmées acceptent de subir l'influence des autres par les échanges commerciaux et culturels.

 

III.2.1.4.     EXISTANCE DES ECHANGES COMMERCIAUX ET CULTURELS ENTRE LES PYGMEES ET LEURS VOISINS

 

Les pygmées ont eu en nous répondre a la question : Existe-t-il des échanges commerciaux ou culturel entre les pygmées et leur voisin ?

Leurs réponses sont représentes dans le tableau suivant :

 

Tableau N° 10 : existence des échanges commerciaux et culturels

NATURE DE LA REPONSE

EFFECTIF%

Echanges commerciaux

Echanges culturels

Pas d'échange

87

32

3158

21.33

20.67

TOTAL

150100

Source : nos enquêtes sur le terrain

 

Il ressort de ce tableau que les pygmées font des échanges commerciaux comme culturels. 50% affirment avoir des échanges commerciaux, 21.33% affirment avoir des échanges culturels alors que 20.67% affirment ne pas avoir aucun échange avec les bantu. Les pygmées sont de plus en plus nombreux à recevoir et à désirer de l'alcool et a fumer du chanvre dans leur commerce avec leurs voisins.

 

III.2.1.5      PRATIQUE DE L'AGRICULTURE

 

     Grâce aux ONG les pygmées se donnent maintenant à l'agriculture. Ce qui est montre par le tableau ci-après qui représente les réponses a la question :

 pratiquez-vous l'agriculture ?

Tableau N°11 : pratique de l'agriculture

NATURE DE  LA REPONSEEFFECTIF%

Oui

Non

44

10629.33

70.67

TOTAL

150100

Sources : nos enquêtes sur le terrain

 

Ce tableau nous montre que maintenant 29,33% des pygmées soit 44 sujets pratiquent l'agriculture contre 70.67% soit 106 sujets qui ne pratique encore pas l'agriculture la raison est qu'il préfère les activités qui produisent dans très peu de temps ; alors que l'agriculture demande des temps.

Ceux-là qui pratiquent l'agriculture y tirent certainement un revenu. Mais avant  d'analyser ce revenu voyons d'abord les produits cultivé.

 

Tableau N°12 : Produit cultivé

PRODUIT CULTIVE

EFFECTIF%

Tubercule

Elevage

Céréale

Légumes

Agriculture industrielle

Autres

22

3

15

2

0

250

6.82

34.1

4.54

0

4.54

TOTAL

44100

Source : nos enquêtes sur le terrain

 

Ce tableau montre que la moities des agriculteurs pygmées cultivent le tubercule et 34.1% soit 15 sujets cultivent les céréales.

Il y lieu de constater aussi que aucun sujets ne fait l'agriculture industrielle ; la raison est qu'il préfère les cultures qui ne produisent pas après beaucoup des jours ce qui ne pas le cas de l'agriculture industrielle.

L'agriculture pratiquée par les pygmées et confronte au problème de terres qui constitue d'ailleurs le grand problème parmi tant d'autre qui sont a la base de leur vulnérabilité.

III.2.1.5.1        ANALYSE DU REVENU ISSUS DE L'AGRICULTURE PRATIQUE PAR LES PYGMEES

 

    Dans cette section nous déterminerons le niveau de revenu moyen d'abord issus de l'agriculture fait par le peuple pygmées.

Dans les lignes qui vont suivrent, nous allons désigné par :

X : la moyenne de la distribution

G : l'écart-type

á² : variance

n : nombre d'observation

d : étendue de variation

? : seuil de signification

k : nombre de classe

 

Dans notre analyse du revenu, nous avons observe ce qui suit :

· · Nombre de classe :

k=1+10/3logn.

Avec n=nombre des pygmées pratiquant l'agriculture et qui est de 44 (Cfr tableau N° 11 : pratique de l'agriculture)

Ainsi k=1+10/3log44

K=6.48

K~7 Classes

 

· · Etendue de variation

 

d= Xmax--Xmin

or Xmax= 90 et

Xmin= 3

d=90-3

d=87

 

· · Amplitude

a= d/k

a=87/6

a=14.5

a~15

 

 

 

· · Borne inférieur de la première classe B.i.c=Xmin.  Bie= 3

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau N°13 : Tableau intermédiaire des calculs

Classesnixi%xini²ni ni ²

3 - 17

18 - 32

33 - 47

48 - 62

63 - 77

78 - 9237

4

1

1

0

110

25

40

55

70

8584.1

9.09

2.27

2.27

0

2.27370

100

40

55

0

85-4.8

10.2

25.2

40.2

55.2

70.223.04

104.04

635.04

1616.04

3047.04

4928.04852.48

416.16

635.04

1616.04

0

4928.04

TOTAL

44  650  8447.76

Source : Nos calculs

 

Calcul

· · =1/n Óxini

=

 

=14.8

Etant donné que nous avons travaillé avec l'échantillon, il sera impérieux de déterminer l'intervalle dans la quelle se situe la moyenne

· · ?²=   .Ó ni(xi- )²

 

                           =

                    = 196.46

 

Connaissant la variance nous pouvons maintenant calculer l'écart-type a ce terme :

· · ó = ??2

=      196.46

= 14.02

 

Etant donné que n est supérieur a 30, nous allons recourir a la loi normale en retenant le seuil d'erreur ? = 5%.

Nous utiliserons l'écart-type de l'échantillon comme estimateur de l'écart-type de la population.

Niveau de confiance : 1 - ? = 1 - 0.05

= 0.95

?  = 0.05=0.025

   2     2

 

 

 

 

 

 

 

INTERVALLE DE CONFIENCE ( I.C)

 

I.C=14.8-Z 0.025.

0,025 est lu dans la table de la loi normale à une valeur de 1.96

I.C= 10.66$ ? ì ? 18.94$

Nous somme confiant à 95% que le revenu moyen des agriculteurs pygmées vari entre 10.66$ et 18.94$.

Même si certains ont déclare avoir un revenu inferieur a 10.66$ le revenu des autres est supérieur a cette somme.

C'est pourquoi nous affirmons que le revenu mensuel moyen se trouve dans l'intervalle ci-haut.

 

III.2.1.2 EVALUATIONS DES IMPACTS DE L'AGRICULTURE SUR LE BIEN ETRE DES MENAGES

 

Pour l'amélioration de son bien être, l'homme se fixe toujours des modalités susceptibles pour atteindre cet objectif. Economiquement il cherche  à accroitre son revenu et l'affecter d'une manière rationnelle.

C'est ainsi que les agriculteurs pygmées affectent leurs revenus issus de l'agriculture dans les dépenses illustrée dans le tableau ci-après.

Tableau N°14 : Bilan des indications positives de l'agriculture

INTERVENTION DE L'AGRICULTURE

EFFECTIF%

Construction

Habillement

Soin  de santé

Scolarisation

Auto consommation

autres

3

12

0

0

29

06.2

27.28

0

0

65.9

0

TOTAL

44100

Source : nos enquêtes

 

La lecture de ce tableau nous montre que les pygmées qui se donnent à l'agriculture y tire quelque chose. 65.9% soit 29 sujets sur 44 agriculteurs pygmées soutiennent l'autoconsommation. Ce qui montre que les pygmées ne pensent encore pas a l'investissement.

Le soin de santé et la scolarisation n'ont pas été soutenu et le constat et que le soin de sante est prise en charge par ONG CEPAC mais aussi les pygmées se donnent beaucoup à la médecine traditionnel qui ne leur coûte que du temps et de l'énergie.

 

 

 

III.2.1.6.     PRATIQUE DES ACTIVITES ECONOMIQUE D'INITIATIVE PROPRE DES PYGMEES

 

Il sied de préciser d'abord que les pygmées font une division de travail. Comme déjà démontrer seul les hommes font la chasse pendant que les femmes pratique la cueillette et l'ecopage (cfr tableau n°5 : l'échantillon selon la profession)

Le tableau qui va suivre montrera les réponses à la question : Pratiquez-vous la chasse, le ramassage, l'ecopage ou la cueillette ?

Tableau N°15 Activités économique a l'initiative des pygmées

NATURE DE LA REPONSE

EFFECTIF%

Oui

Non

76

7450.67

49.33

TOTAL

150100

Source : nos enquêtes sur le terrain

 

Par ce tableau, nous voyons que les pygmées s'en donnent aux activités économiques qui ne connaissent pas la participation des ONG en grand nombre. 50,67%des pygmées enquêtés affirment faire l'une de ces activités soit deux d'entre elles contre 49.33% qui se donnent à d'autres activités.

Analysons en présent l'impacte de ces activités  sur la vie économiques des pygmées.

 

III.2.1.6.1   EVALUATION DES IMPACT DES ACTIVITES ECONOMIQUE A L'INITIATIVE PROPRE DES PYGMEES

 

Etant donné que les pygmées consacrent plus des temps aux activités comme la chasse, la cueillette, l'ecopage, la pèche et les ramassages, certainement, ces activités doivent avoir un impact sur le bien être de leur ménage.

Les pygmées pratiquant ce genre d'activités affectent leur revenu dans les dépenses illustrées dans le tableau ci-après.

 

 

 

 

 

 

Tableau N°16 Bilan des indications positives des activites economique à l'initiatves des pygmees eux-memes.

NTERVENTIONS DES ACTIVITES A L'INITIATIVE DES PYGMEESEFFECTIF%

Construction

Habilement

Soin médicaux

Scolarisation

Autoconsommation

Autres

4

1

0

0

68

35.27

1.31

0

0

9.47

3.95

TOTAL

76100

Source : nos enquête sur le terrain

 

Nous voyons dans ce tableau que les activités à l'initiatives des pygmées eux-mêmes sont faites surtout pour satisfaire la consommation locale. Cela a été confirmé par 68 sujets sur le 76 pratiquant ce genre d'activités soit 89.47 d'entre eux. Cela s'explique par le fait que les pygmées vivent sans beaucoup de souci pour le lendemain. Seulement 1 sujet a soutenu l'habillement.

En effet, en général, les pygmées ne sont pas bien habillés. Si aujourd'hui ils ne mettent plus les peaux des bettes, l'écorce et les feuilles d'arbres pour mettre leur partie intimes à l'abri de l'égard, leur accoutrement reste encore bizarre. Jusqu'à l'âge scolaire et parfois même en plus de 6 ans, les enfants marchent encore nus. Les adultes sont souvent sans soulier et certain meurent sans avoir porter le soulier même un jour de leur vivant.

Il est vrai que les ONG s'efforcent pour leur amener les habits mais fautes du mal propretés et de la quantité insuffisante, ces habits deviennent alembeaux  après quelques semaines. La pauvreté extrême dans la quelle se trouvent les pygmées est telle qu'ils sont même incapable de se procurer le savon pour laver les habits.

Encore une fois, aucun sujets n'a soutenu la scolarisation puissent qu'ils attendent que les ONG fassent étudier leurs enfants. Il en est de même pour les soins médicaux, aucun sujet aussi n'a soutenu avoir dépensé pour se payer les frais liés aux soins médicaux. Il est vrais qu'il y a des centre de sante qui sont ravitaillés par les ONG (PAP/RDC et CEPAC) pour ce fait. Mais la raison est expliquée en trois niveaux. Premièrement, du point de vue économiques, les pygmées sont dépourvu des ressource financière face au coût élevé de soin, ce qui poussent ce dernier a recourir a la médecine traditionnelle car ils maitrisent certain principes actifs contenus dans certaines espèces végétaux et certaines techniques de soin.

Deuxièmement du point de vue social, la société répugne les pygmées et troisièmement du point de vue psychologique, il traine en eux un complexe d'infériorité.

 

Vue ces trois raisons, alors que certaines maladie comme la maladie d'origine hydrique, la parasitose,... sont très fréquente chez les pygmées suite a leur vie précaire en zone forestière, certain assistent impuissant a la détérioration de leur état physique.

Le même tableau a montre que 5.27% ont soutenu la construction car maintenant deux campements pygmées sont construits en tôle. C'est le cas du campement de NGADI construit par le casque bleu de la MONUC et celui de KUBECHI construit par l'ONG PAP/RDC.

Mais malgré cela, une bonne partie des pygmées logent encore dans les huttes construites en piquets.

Le 4% qui ont soutenu la construction, sont ceux la qui construisent  des cages a une pièce avec une porte achète ou les clous, dans ces logement  le membre d'une famille vivent serres.

3.95% ont soutenu pour d'autres dépenses.

 

 

RECOMANDATION ET SUGESTION

III 4.1 RECOMMENDATIONS ET SUGESTIONS AU PAUVOIR PUBLIC

Vu les difficultés que rencontrent les organismes qui  veulent porter des actions en faveur des pygmées qui sont souvent dues à la non présence des statistiques pouvant aider a bien  mener ces actions nous recommandons au pouvoir public de mener une statistique conséquente des pygmées.

Si l'Etat favorise les activités rémunératrices de recettes au sein des campements pygmées ; nous pensons que cela sera aussi bénéfique à l'Etat car ces pygmées qui ne sont ni travailleur dans les sociétés de la place ni commerçant patenté il est difficile de les imposer alors que c'est un peuple comme tout autre et des citoyen du pays qui doivent avoir des droit et des obligations et cela constitue un manque en gagner pour l'Etat.

 

III 4.RECOMMENDATION ET SUGESTION AUX PYGMEES

Les pygmées doivent savoir qu'ils sont des êtres humains comme les bantous, les nilotiques et même les blancs. Cela étant ils n'ont pas raisons de se sous estimer alors qu'ils ont la force et l'intelligence comme les blanc et d'autres noire comme eux.

Les pygmées doivent savoir aussi que leur vulnérabilité est souvent due au fait d'entendre les nécessaire entre les mais des ONG et s'il prenait conscience de leur état  et par conséquent de travailler dur, ils serons sûrement capable de construire des maison et de manger en quantité comme en qualité ; c'est ne pas le fait d'être pygmée qui fait de quelqu'un un vulnérable mais plutôt la négligence, la nonchalance et surtout la paresse.

Nous pensons que si les pygmées quitte la foret et se conforme à la vie quotidienne des bantu ils peuvent quitter leur vulnérabilité car il y a beaucoup des opportunités au quel les pygmées doivent saisir l'occasion.

 

 

III 4.3RECOMMANDATIONS ET SUGESTIONS AUX ONG

Il est vrai que les ONG veulent améliorer la situation dans la quelle les pygmées se retrouvent. Mais malhereusement les pygmées semplent rester dans la même situation. Nous pensons que si les ONG formeraient quelques pygmées pour qu'ils soient capables de travailler dans une ONG d'aide aux pygmées, ces pygmées comprendraient mieux les besoins des pygmées et la manière la plus efficace de mener les  actions en faveur des pygmées.

Nous pensons aussi que les ONG ne doivent pas se comporter en des maitres aux quel les pygmées doivent obéir car c'est à  eux qu'ils reçoivent les nécessaire selon eux car cela pousse les pygmées de considérer les ONG comme des oppresseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION

 

Le gros du présent travail à porter sur l'impact des organisations non gouvernementales sur la situation socio-économique des pygmées des campements pygmées encadrés par PAP-RDC et ses partenaires de 2003 à 2008.

Notre préoccupation était d'examiner les actions des ONG et leur impact sur la situation socio-économique des pygmées.

Nous avons voulu répondre aux préoccupations qui se formulent en ce terme :

 

· · Les ONG oeuvrant pour la cause des pygmées ont elle vraiment d'impact sur l'amélioration de la situation socio-économique des pygmées ?

· · Les pygmées qui reçoivent quelque fois des dons ; savent ils bien le gérer ? est ce vraiment ceux dont ils ont réellement besoin ?

· · Grâce aux ONG les pygmées pratique t-ils maintenant l'agriculture ?

·  

C'est ainsi que pour élucider les point d'ombre ci haut évoquer , nous somme parti des hypothèse selon les quelles les ONG ont d'impact mais négligeable sur la situation socio-économique des pygmées que la situation socio-économique dans la quelle les pygmées se retrouvent est due à l'irresponsabilité des pygmées eux même qui semblent réfractaire au processus de changement et de ce fait accentue leur vulnérabilité ; qu'il serait aussi probable que les ONG ne touchent pas les besoins réel des pygmées et en fin qu'il semblerait aussi que les pygmées pratique l'agriculture mais en faible effectif.

Nous avons procédé a la compulsation de la revue sémantique qui décrit les généralités sur le mot clés de notre sujet entre autre : l'impact, la situation, social, économie, pygmées et ONG.

Le deuxième chapitre a été axé sur la présentation de l'ONG PAP-RDC qui est le pionnier des ONG qui mènent des actions au bien être des pygmées.

Dans le troisième  qui est le dernier chapitre nous avons analysé et interpréter le résultat.

De toute la façon pour la récolte des données, qui, leur présentation, traitement et interprétation, les méthodes statistique et inductive et les techniques documentaires, d'enquêtes, d'interview, de calcul statistique ont été d'application.

Nous avons utilisé les outils d'analyse comme la moyenne, la variance, l'écart-type qui nous a permis d'estimer le revenu moyen issu des activités organisé par les ONG et pour être bien précis nous avons estimé le revenu moyen de l'agriculture.

Apres analyse nous somme abouti aux résultats ci-après :

· · Les ONG ont un impact sur la situation socio-économique des pygmées ; mais un impact encore moins efficace.

· · Les pygmées ont affirmés en 73.33% que les ONG qui interviennent dans leur campement ne touchent pas leur besoin réel.

· · En 83.33% les pygmées consacrent tout ce qu'ils reçoivent des ONG à l'autoconsommation en attendant ce que les ONG amèneront demain.

· · Les pygmées pratiquent l'agriculture (44 Sujets) et y tirent un revenu    qui se situe dans intervalle de 10.66$   à 18.94$.

 

Le domaine des organisations non gouvernementales comme celui de pygmées étant vaste, les éléments que nous avons listés ne bouchent pas l'optimalité de l'étude car un travail scientifique présente parmi ses caractéristiques, l'inachèvement.

Cependant nous nous réjouissons d'avoir doté aux ONG et aux pygmées d'un outil d'analyse de pistes pour améliorer la situation socio-économique des pygmées..

Ce travail ouvre des pistes à d'outres chercheurs qui pourront exploiter par exemple le rôle des ONG dans le développement du peuple pygmées.

Nous serons reconnaissants envers les lecteurs de nous faire part des omissions et leur laissons la latitude d'émettre d'avis et considération pouvant nous aider dans nos prochains travaux et souhaitons voir d'autres études compléter ou améliorer celle-ci.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHE

 

I.  Les ouvrages

 

1  A. Michel et N. Laude ; Congo belge et Ruanda - Urundi géographe et notice historique ; édition universelle S.A. kinshasa. 1987.

2. Anderson et alli ; Statistique pour l'économie et la gestion ; Boef ; Bruxelles 2003

4. ALLING Noël ; les pygmées de la grand foret, Paris, Harmattan, 1992.

5. Bible, Genèse 2: 15.

6. CHAIRE UNESCO de l'Unkin ; situation des autochtones pygmées (batwa) en  RDC : enjeux des droit humains, Kinshasa, novembre 2005.

7. Fernand KITAPINDU MIGENI ; Guide pratique de l'ONG, ce qu'il faut savoir de l'ONG ; édition CNONGD, Kinshasa, 2001.

8. KAKA GINAHATU et TSHIBALA NGALA MULUME, Histoire du Zaïre ; C.E.E.C ; Kinshasa, 1990.

 

II. Dictionnaires

 

1.     Alain Charles MARTINET AHMED SILEM ; Lexique  de gestion ; Dalloz, Paris 2003.

2.     Dictionnaire universel de poche, Hachette, 1999

3.     Dictionnaire encyclopédique pour tous, nouveau petit Larousse ; 

Librairie la rousse ;1969

4.     Etude perspicace des écritures vol1 publie par le témoin de Jéhovah, pensylvania.

5.     Le petit Larousse illustre 2008.

 

III.     Cours et T.F.C

 

1.     JOEL KAMBALE SIHALIKIOLO ; impact des NTIC sur la vie socio-économique cas de la ville des Beni, TFC inédit, U.O.R 2007-2008.

2.     KAMBALE SIKULISIMWA ; Cours d'initiation aux méthodes de recherche, G1, ISDR/Beni 2005-2006.

3.     KAMBALE MUNZOMBO, Histoire du Congo et de l'Afrique, cours inédit, U.O.R, G2 2007-2008

4.     KAMBALE SIKWAYA, Animation et gestion coopérative, cours inédit G3 ISDR/Beni 2002-2003.

5.     KAMATE MULUME François ;  statistique I, cours inédit  UNGOM, G1, 2006-2007

6.     Marie-claire MASIKA KATHALIKO ; Impact des associations femmes  sur le développement de la ville de Beni ; TFC inédit 1997- 2000

7.     MUYAYALO ; Méthode de recherche  scientifique, cours inédit, G2 U.O.R 2007-2008 

 

 

 

 

II.       RAPPORT

 

Rapport de l'atelier de renforcement de capacité de l'animateur autochtone local et agents forestier dans la vulgarisation du code forestier. Le 26 mai 2008.

 

 

IV.     SITES INTERNET

FERNAND [2009] les pygmées in caractères économique des pygmées [16 janvier] disponible sur www.google.com

 

VI.     TEXTES ET LOI  CONGOLAISE CITEES

Code congolais des obligations et des droits. Article premiere.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ANNEXES

 

                                               

 

 

 

 

 

 

                                ORGANIGRAMME DE PAP/ RDC 

 

P.A.P/ RDC  a une structure organisationnel qui se shematise ainsi :

 

ASSEMBLEE GENERALE

DIRECTION DES PROGRAMME

COMPTABILITE

EDUCATION

CHAROIX AUTOMOBILE

GARDIENAGE

CONSEL D'ADMINISTRATION

COODINATION

DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIER

LOGISTIQUE

SANTE

AGRICULTURE

PLAIDOYER

AIDE HUMANITAIRE

Source ; PAP-RDC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUESTIONNAIRE D'ENQUETE

Information générale

· · Date de l'enquête  :...........................................................................

· · Lieu de l'enquête  :...........................................................................

· · Nom de l'enquête  :...........................................................................

· · Age de l'enquête    :..........................................................................

· · Sexe de l'enquête  :..........................................................................

· · Situation familiale :..........................................................................

· · Niveau d'étude      :...........................................................................

· · Langue de l'enquête :.......................................................................

 

1.     existe-t-il des ONG qui ont un programme d'assistance et d'appui aux pygmées dans votre camp.

· · Oui

· · Non

 

 

2.     Quel est leur domaine d'intervention dans votre camp ?

· · Développement et lutte contre la pauvreté

· · Sante et hygiène

· · Education

· · Environnement

· · Habitat

· · Recherche

· · Autres

 

3.     ce qu'on vous donne, est-ce vraiment ceux dont vous avez besoin ?

 

· · oui

· · non

 

Si non, vous aimeriez qu'ils interviennent dans quel domaine ?............................

........................................................................................................................

........................................................................................................................

 

 

4.     Comment gérez-vous ce qu'elles vous donnent ?

 

· · Consommation directe

· · Consommation après bénéfice

· · Protection pour l'intérêt commun

· · Autres

 

 

5.     Existe-t-il des comites pour la bonne gestion de ce qu'on vous donne ?

 

· · Oui

· · Non

 

6.     Existe-t-il des échanges commerciaux ou culturels entre vous et votre voisin ?

 

· · Echanges commerciaux

· · Echanges culturels

· · Pas d'échanges

 

Si pas d'échanges, quelles sont les raisons, .........................................................

..........................................................................................................................

 

7.     Pratiquez-vous l'agriculture ?

 

· · Oui

· · Non

 

8.     Si oui, de quel produit ?

 

· · Tubercule

· · Elevage

· · Céréale

· · Légumes

· · Agriculture industrielle

· · Autre

 

9.     Si oui, l'agriculture vous rapporte quel revenu ?

 

 

10.           comment dépensez-vous ce qui revient de l'agriculture ?

 

· · construction

· · habillement

· · soins médicaux

· · scolarisation

· · autoconsommation

· · autres

 

11.           Pratiquez-vous la chasse ?

 

· · Oui

· · Non

 

12.           Si oui comment dépensez-vous ce qui revient de la chasse ?

 

· · Construction

· · Habillement

· · Soins médicaux

· · Scolarisation

· · Autoconsommation

· · Autre

 

13.           Pratiquez-vous la cueillette ?

 

· · Oui

· · Non

14.           Si oui comment dépensez-vous ce qui revient de l'agriculture ?

 

· · Construction

· · Habillement

· · Soins médicaux

· · Scolarisation

· · Autoconsommation

· · Autres

 

15.           Quelles sont vos activités autres ?..................................................................

.........................................................................................................................

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTOS DEMONTRANT LA SITUATION SOCIO ECONO MIQUE DES PYGMEES

 

  

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Une pygmee puisant l'eau de la pluie à côté de son mari.Une femme pygmée dormant en même le sol avec son enfant dans sa hutte Un chef pygmée éleveur Maison construit par la MONUC Produit de l'agriculture :manioc

L'agriculture chez les Pygmées

ssssssssss


[1] Maie -Claire Masika kataliko, impact des association féminines sur le développement socio économique de la ville de Beni, TFC inedit 1997- 2000

[2] A Michels et N claude ; Congo- Belge et Rwanda Urundi, Géographie et Notice historique, 18è édition revue et augmenter de « notre colonie»édition universelle sap 79-80.

[3] Kaka ginahatu et tsibala ngalamulume, histoire du zaïre, ed. c.e.e.c kinshasa, 1990,p19.

[4] Chaire unesco de l'unikin « situation des « autochtones » Pygmées (Batwa) en RDC : ejeux de droits humains. Kinhasa, Novembre 2005.

[5] idem

http://fr.mc281.mail.yahoo.com/mc/welcome?.gx=0&.tm=1253539593&.rand=95fo7fo8tvuc6 - _ftnref61.RONGERE, cité par Kambale Sikulisimwa,cours d'initiation aux méthodes de recherche, G1, ISDR/ BENI 2005 à 2006 p. 9

[7] Joel Kambale Sihalikyolo ; impact de NTIC sur la vie socio- économique cas de la ville de Beni . TFC inedit , UOR ; 2007-2008

[8] Joel Kambale Sihakyolo, opcit

[9] Dictionnaire Universel poche , hachette , 1999

[10] Le petit carousse illustré 2008 pge 522

[11] Dictionnaire Universel de poche Opcit

[12] Idem  946

[13] Ibidem ; page 348

[14] Dictionnaire encyclopedique pour tous, nouveau petit carousse 1969, Librairie carousse.

[15] Etude perspicace des écritue Vol 1 page 452 publicité par le Temoin de Jehovah.

[16] Chaire Unesco , opcit

[17] Etude perspicace des écriture vol1 page 452 publié par le Témoin de Jehoval

[18] Dictionaire en cyclo petique pour tous opcit

[19] BAHUCHET, s «  les pygmées d'aujourd'hui en Afrique centrale» cité par chaire unesco opcit.

[20] BACLING Noel ? les pygmées de la grande forêt, Paris, l'harmattan, 1992

[21] SA (2009) les pygmées, In vie de pymées, le 16 janvier, disponible sur http // ww w.wikipedia. org.

[22] Kambale Munzombo «  histoire du Congo et de l'Afrique » cours inedit, UOR/Beni 2007-2008

[23] Chaire Unesco. opcit

[24] Chaire Unesco de l'UNIKIN, opcit

http://fr.mc281.mail.yahoo.com/mc/welcome?.gx=0&.tm=1253539593&.rand=95fo7fo8tvuc6 - _ftnref252 Idem

[26] S.A( 2009) Activités éconmiques des pygmées , in les pygmées, (4 mars) : disponible sur http : // www. google, com.

[27] KAMBALE KIKWAYA ; Animation et gestion coopérative, cours inédit G3 ISDR/BENI 2002-2003

[28] Fernand KITAPINDU MIGENI. opcit

[29] Code congolais des obligations et des droits, Article 1èr

[30] Loi n° 004/ 2001 de juillet 2001 cité par Fernand ; opcit.

[31] Le petit Larousse illustré 2008 opcit

[32] Bible Gen2 :15

[33] Fernand KITANDU opcit

[34] Alain - Charles Martinet AHMED SILEM Lexique  de gestion  6è édition Dalloz, Paris 2003

[35] TODARO,MP  économie développement in the third word ,cité par Fernand opcit

[36] Code congolais des obligations et droits .Article 1er

[37] Loi N° 004/ 2001 de juillet 2001 cité par Fernand opcit.

[38] KAMATE François ; statistique I, cours inédit, UNIGOM G1, 2006-2007