WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Amélioration des performances d'un réseau informatique


par Patrice N'CHO
ITES (Institut de Technologies et Spécialités) Abidjan - Ingénieur Télécoms et Réseaux 2008
Dans la categorie: Rapports de stage
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

 
 

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la République de Côte d'Ivoire

Recherche Scientifique Union - Discipline - Travail

Institut de Technologies & Spécialités Direction Générale du Trésor et de la

Comptabilité Publique

MEMOIRE DE FIN DE CYCLE

EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLÔME

D' INGENIEUR DES TELECOMMUNICATIONS

Thème :

 

AMELIORATION DES PERFORMANCES

D'UN RESEAU INFORMATIQUE
·

CAS DU TRESOR PUBLIC

Présenté par

N'CHO Patrice

Promotion 2006-2007

Période du stage :
Juillet - Décembre 2007

Directeur de mémoire Directeur de stage

 

KOUAME Serge N'CHOBY Alexandre

Enseignant à ITES Chef du Service Réseau

Ingénieur Système Ingénieur Informaticien

 

0

SOMMAIRE

Avant-propos 2

Introduction 4

PREMIERE PARTIE : ASPECTS METHODOLOGIQUES

Chapitre I : Présentation du cadre de travail 7

Chapitre II : Explicitation des termes et contexte de travail 12

Chapitre III : Généralités sur le réseau informatique 15

DEUXIEME PARTIE : ETUDE TECHNIQUE

Chapitre IV : Identification et présentation du réseau existant 37

Chapitre V : Analyses et critiques des liaisons entre sites 43

Chapitre VI : Etude comparative des medias d'interconnexion 48

TROISIEME PARTIE : PRESENTATION DETAILLEE DES
SOLUTIONS ET MISE EN OEUVRE

Chapitre VII : Présentation détaillée des solutions proposées 55

Chapitre VIII : Mise en oeuvre 61

Chapitre IX : Recommandations et Evaluation 66

Conclusion 69

Glossaire 70

Bibliographie 71

Webographie 72

Annexes 73

Avant propos

L'institut de Technologies Et Spécialités (ITES) a été créé par arrêté N°1076/METFP/DEP du 27/06/1989 en réponse à l'appel du gouvernement ivoirien invitant les opérateurs privés à s'intéresser aux secteurs de la formation professionnelle.

Ingénieur diplômé de l'école de Télécommunication de Paris 13, M. Diéty Félix a été chef du Centre Télex et Télégraphique International (CIT-CAM). Il a également exercé à Côte d'Ivoire Télécom au DICS en qualité de chef de groupe de sécurité.

Pour l'année scolaire 1989-1990, les locaux de l'établissement construits à Abobo sont ouverts avec le BEP Electronique comme filière de formation. Viendra ensuite le BTS avec plusieurs filières industrielles.

En 1996, ITES s'installe dans ses nouveaux locaux construits aux II-plateaux sur 10000 m2.

A partir de 1999, compte tenu de l'envergure que prend ITES, le Fondateur demande et obtient sa mise en disponibilité pour mieux conduire son ambition de créer une école donnant des formations adaptées aux besoins des entreprises et digne des structures européennes et américaines.

En 2002, M. Diéty reçoit le prix du meilleur promoteur de l'enseignement supérieur privé et envisage pour ITES de devenir l'une des plus grandes écoles spécialisées dans les filières industrielles de la sous région africaine.

ITES offre aujourd'hui trois cycles de formation :

Le cycle ingénieur (Informatique, Télécommunications, Electronique)

Le cycle BTS (Informatique industrielle et maintenance, Télécommunications, Electronique, Electrotechnique, NTIC, Mécanique et automatisme industrielle, Informatique de gestion, Gestion commerciale et Finance comptabilité).

Le cycle secondaire (BEP, BAC F2 et G2)

Après deux (2) années préparatoires à ITES, nous y avons effectué pendant trois (3) ans notre cycle ingénieur en télécommunications qui doit être sanctionné d'un mémoire de fin de cycle.

Ce document a ainsi été rédigé lors d'un stage que nous avons effectué à la Direction Informatique de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) pendant 6 mois allant du 02 juillet au 31 décembre 2007 sur le sujet : « Amélioration des performances d'un réseau informatique : cas du Trésor Public ».

INTRODUCTION

Les premiers outils de communications à distance utilisés par les hommes fûent la fumée, du feu ou la lumière. Ces moyens de communication antiques ont évolué surtout dans le domaine millitaire. Ils permettaient de communiquer plus rapidement et en se déplaçant le moins possible. Aujourd'hui, ils ont abouti à toutes les technologies informatiques et télécoms que nous connaissons dans le monde entier.

En côte d'Ivoire, l'avènement de l'informatique dans les secteurs publics et privés a permis, comme partout ailleurs, d'automatiser bons nombres de tâches. En tant que concept novateur, les technologies de l'information et de la communication représentent aujourd'hui un outil majeur de compétitivité et de développement des entreprises. C'est dans cette optique que la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP), progressivement, s'est elle aussi conçue un vaste réseau informatique. Ce système lui permet aujourd'hui d'accomplir plus efficacement sa mission ; à savoir le recouvrement des recettes, l'exécution des dépenses publiques, la gestion financière et comptable des communes et des établissements publics nationaux.

Le réseau du Trésor Public est performant ; c'est-à-dire qu'il supporte, de façon générale, le flux de données et les applications que nous voulons y véhiculer. Cependant, il faut lui reconnaître certaines failles. Un système informatique n'est jamais parfait. Il y a toujours une petite défaillance ou insuffisance quelque part, quelque chose qu'il serait bien d'ajouter ou de retrancher, même si globalement tout semble fonctionner normalement. En effet, l'échange de données entre certains sites est relativement lent ou parfois même interrompu. C'est principalement ce premier constat qui a suscité notre étude. La tâche qui nous a été confiée consiste donc à détecter l'origine de ces failles et faire des propositions afin de les réparer.

D'où l'intérêt du thème intitulé « AMELIORATION DES PERFORMANCES D'UN RESEAU INFORMATIQUE : CAS DU TRESOR PUBLIC » qui nous a été proposé lors de notre stage dans cette structure. L'objectif principal de cette étude est d'assurer une plus grande rapidité en ce qui concerne l'échange de données et un délai de réponse plus court quant aux requêtes vers les serveurs d'applications.

Afin de mieux entamer notre sujet, nous avons consulté quelques ouvrages et fait de nombreuses recherches sur Internet.

Dans notre dévelloppement, nous présenterons tout d'abord la structure qui nous a accueilli, à savoir la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique en donnant par la suite les points contextuels de notre sujet de reflexion. Nous ferons ensuite une étude technique qui nous permettra de critiquer objectivement la politique d'interconnexion des différents sites et d'apporter les solutions adéquates aux différentes insuffisances déscellées. Enfin nous présenterons de façon détaillée toutes les technologies retenues avec leur mise en oeuvre. Et pour achever notre étude, nous évaluerons financièrement notre projet.

PREMIERE PARTIE :

ASPECTS METHODOLOGIQUES

Chapitre I PRESENTATION DU CADRE

DE TRAVAIL

1.1/ Présentation générale de la DGTCP

1.1.1/ Situation Géographique et adresse

La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) est généralement connue sous le nom de « Trésor Public ». Elle est située dans la commune du plateau sur l'ancien site de la BCEAO en face de la CAISTAB.

La DGTCP a pour adresse postal BP V 98 Abidjan et pour contacts téléphoniques 20 25 38 00 / 20 22 38 64, Fax 20 21 15 30. Son site Web est www.tresor.gov.ci et son Email info@tresor.gov.ci.

1.1.2/ Cadre institutionnel

La DGTCP est une Direction Générale du Ministère de l'Economie et des Finances. Son organisation actuelle résulte du décret N°97-582 du 8 octobre 1997.

La DGTCP est une institution chargée de la centralisation des opérations financières de l'Etat ivoirien.

1.1.3/ Missions

> le recouvrement des recettes

> l'exécution des dépenses publiques

> la gestion financière et comptable des communes et des établissements publics nationaux

> la gestion de la trésorerie de l'Etat et des postes comptables à l'étranger

> la gestion de la dette publique

> la centralisation des dépôts des établissements publics nationaux

> le recouvrement de créances contentieuses

> la surveillance des marchés financiers et d'assurances.

1.1.4/ Les Services

L'annexe 1 (page 74 et 75) montre les services suivants repartis dans un organigramme.

a/ Les services rattachés à la direction Générale

V' La cellule des conseillers Techniques

V' La cellule d'études

V' Le comité technique de coordination statistique et de contrôle interne V' L'inspection générale du Trésor

V' Le centre de formation et de documentation

V' La sous direction des ressources humaines et des moyens généraux V' La sous direction de l'informatique

b/ Les Directions centrales non comptables

V' La Direction du Trésor

V' La Direction des Assurances

V' La Direction de la Dette Publique

V' La Direction de la Comptabilité Parapublique V' L'Agence judiciaire du Trésor

c/ Les postes comptables généraux

V' L'Agence Comptable Centrale du Trésor

V' La Recette Générale des Finances

V' La Paierie Générale du Trésor

V' La Trésorerie Générale pour l'Étranger

V' L'Agence Comptable de la Dette Publique

V' L'Agence Comptable des Créances Contentieuses V' L'Agence Comptable Centrale des Dépôts

d/ Les trésoreries régionales et les trésoreries départementales (Postes comptables déconcentrés)

I.2/ La Structure d'accueil : la Direction de l'Informatique

La Direction de l'Informatique (DI) comprend quatre (4) sous-directions dont les missions sont les suivantes :

a/ Sous-Direction des Applications Spécifiques et de la Formation

- Concevoir et développer les applications de la comptabilité auxiliaire et les applications non comptables en fonction des besoins des utilisateurs.

- Former les agents du Trésor à l'utilisation des logiciels développés et à la confection de guide utilisateur.

b/ Sous-Direction Production

- Définir une politique de gestion optimale et de sécurisation des données

- Gérer les serveurs d'application en mettant en place différentes politiques en matière de sauvegarde, de planification, de gestion des incidents et aussi au niveau de la gestion des données.

- Confectionner des documents informatiques, recevoir et diffuser les documents vers les services du Trésor Public.

c/ Sous-Direction des Applications de la Comptabilité Générale de l'Etat

- Concevoir et développer les applications ASTER et périphériques de la comptabilité générale de l'Etat.

- Concevoir et développer les nouvelles applications de la comptabilité générale d'Etat.

d/ Sous-Direction réseau et support utilisateur

- Définir d'une politique de la gestion globale du réseau informatique du Trésor public de Côte d'Ivoire en fonction des besoins exprimés par toutes les directions et sous-directions.

- Manager tous les équipements du réseau (routeurs, switches, serveurs) pour s'assurer de leur haute disponibilité.

Cette mission est accomplie par les quatre (4) services de la Sous-Direction.

1.3/ Cadre spécifique : Sous-Direction Réseau et Support Utilisateurs

Le service maintenance

Le service maintenance est chargé de maintenir (réparer et entretenir) les micro-ordinateurs et leurs périphériques (imprimante, scanner), de nettoyer les concentrateurs et commutateurs dans les différents coffrets informatiques. Le service maintenance effectue aussi des interventions chez les utilisateurs qui ont des difficultés dans l'utilisation de leurs matériels informatiques. Chacune des interventions est justifiée par une fiche d'intervention (annexe 3 page 77) remplie et signée par l'utilisateur et l'informaticien.

Le service High-tech

Le service High-tech est une cellule chargée de la veille technologique. Elle expérimente les nouveaux produits informatiques. Ce service est le concepteur et l'administrateur, entre autres, du site intranet (web-di) et de la messagerie interne de la DI.

Le service Support Utilisateurs

Le service Support Utilisateurs est chargé de l'installation et de la configuration des applications mises à disposition par la Sous Direction des Etudes. Sa tâche consiste aussi à aider les utilisateurs éprouvant des difficultés lors de l'utilisation des applications et le débogage de celles-ci.

Le service Réseau

Le service Réseau est chargé d'administrer et de configurer les serveurs de
communication, les routeurs et les switches. Elle assure aussi le suivi des
médias de transmission et la gestion rigoureuse des comptes utilisateurs. Ce

service assiste aussi les utilisateurs et est assisté à son tour par des entreprises informatiques sous-traitantes.

Le service réseau est assuré par cinq (5) stagiaires, un (1) contractuel et deux (2) fonctionnaires. Ils sont issus de formation en télécommunications, informatique ou électronique. C'est précisément ce service qui nous a accueilli dans le cadre de notre stage.

Chapitre II EXPLICITATION DES TERMES ET

CONTEXTE DE TRAVAIL

II.1/ Explicitation des termes

Améliorer, selon le dictionnaire Larousse, consiste à rendre meilleur, à changer en mieux.

Un réseau informatique est un ensemble de moyens matériels et logiciels mis en oeuvre pour assurer les communications entre terminaux informatiques.

Les performances d'un réseau dépendent de nombreux facteurs ; par exemple :

· le débit pratique maximal du câblage ; c'est à dire la quantité d'octets transmissible sur le câble par seconde. Plus le nombre d'octets par seconde est élevé et plus le réseau est performant. On dit que le réseau « s'effondre » quand plus aucune machine ne peut transmettre de message.

· la quantité (petite ou élevée) de machines connectées au même segment

· le tuning

· les cartes réseaux

Améliorer les performances d'un réseau informatique consiste donc à accélérer la transmission des données (le débit) ou à augmenter la capacité des supports de transmission tout en assurant l'intégrité des informations transmises.

11.2/ Contexte de travail 11.2.1/ Cahier des charges

L'étude de ce thème consistera à :

n Connaître les supports de transmission télécoms du Trésor et leur fonctionnement.

n Découvrir les technologies de transmission télécoms disponibles en Côte d'Ivoire et utilisables par le Trésor.

n Apporter des modifications en vue d'une transmission de données plus rapide avec un coût relativement faible.

n Veiller à ne pas baisser le niveau de sécurité

Une copie de ce cahier signée par le directeur du stage se trouve en annexe 9 (page 83)

11.2.2/ Positionnement du sujet

Afin d'améliorer les performances d'un réseau informatique il est nécessaire de passer en revue tous les aspects intervenant dans ce système. Il s'agit par exemple :

- de la sécurité

- du câblage interne

- du plan d'adressage

- des systèmes d'exploitation

- de la qualité du matériel (serveurs, routeurs hôtes)

- de l'impact des trafics générés par les serveurs d'authentification - des médias d'interconnexion

Afin d'obtenir des résultats précis, chaque aspect doit être étudié minutieusement. C'est ainsi, qu'en tant qu'élève ingénieur télécoms, il nous a été confié la réflexion sur le dernier point à savoir les médias d'interconnexion des différents sites du Trésor Public.

11.2.3/ Stratégie de recherche

Nous nous sommes attelés à trouver des documents qui traitent des aspects se rapportant à notre thème. C'est ainsi que nous avons eu recours à plusieurs ouvrages expliquant le fonctionnement des moyens de transmission.

Des recherches sur Internet nous ont permis d'argumenter nos différentes propositions.

Soulignons aussi que les cours magistraux reçus durant notre formation ont constitué une base solide nous permettant d'orienter nos recherches.

Nous avons aussi consulté différents mémoires déjà soutenus qui nous ont aidé à comprendre la méthodologie d'un tel travail.

Chapitre 111 GENERAL1TES SUR LE RESEAU

111.1/ Les équipements d'un réseau informatique

Dans cette séquence, nous étudierons tous les équipements qu'on rencontre le plus souvent dans réseau informatique. Cette étude permettra d'avoir une notion claire de chacun d'eux quant à leur fonctionnalité et rôle généraux dans un quelconque réseau. Nous pourrons ainsi les entamer plus aisément dans le cadre spécifique du réseau du Trésor.

111.1.1/ Routeur a/ Définition

Le routeur est un équipement d'interconnexion de niveau 3 (modèle OSI) qui achemine (qui route) les données vers un destinataire connu par son adresse de niveau 3 (adresse IP). Les routeurs permettent d'interconnecter des réseaux locaux de même topologie ou non.

b/ Le routage

Comme son nom l'indique, le routeur est destiné au routage. Le routage est une tâche de la couche réseau (couche 3 du modèle OSI) qui permet de décider par quelle interface du routeur un paquet doit être émis. La couche réseau fonctionnant en mode non connecté, cette tâche doit être répétée pour chaque paquet entrant, d'où la nécessité d'une prise de décision rapide.

Une table de routage maintenue par chaque routeur d'un réseau permet d'établir une correspondance entre le réseau de destination (auquel appartient le destinataire du paquet) et l'adresse du prochain routeur (prochain saut) permettant d'atteindre la destination finale. Cette table peut être constituée manuellement (routage statique) ou dynamiquement (routage dynamique).

Routage statique :

Ici, chaque routeur lit sa table de routage au moment de son initialisation, et établit de manière fixe la correspondance « réseau de destination - prochain saut ». Cependant cette méthode se révèle fastidieuse dans le cas de grands réseaux, puisqu'il faut renseigner manuellement et individuellement la table de chaque routeur. De plus, les routeurs se révèlent incapables de s'adapter automatiquement à une modification de la topologie de réseau.

Voici la commande de configuration des routes statiques :

(config)# ip route adresse_réseau_destination masque_réseau_destination adresse_port_série.

 

Routage dynamique ou adaptatif:

Les algorithmes de routage dynamique ne nécessitent aucune configuration initiale de la table de routage : celle-ci est construite automatiquement (sans intervention humaine) et progressivement, même en cas de pannes de certains routeurs, en se basant sur des messages que s'échangent les routeurs.

Ces messages contiennent des informations relatives à la topologie du réseau et à l'état des liens afin de déterminer les meilleures routes en fonction de l'encombrement du réseau.

Cependant, cette solution est coûteuse car les lignes (liens) entre les routeurs sont permanemment utilisées (occupées) par ces messages.

Il existe deux types de protocole pour le routage dynamique :

ü Protocoles à vecteur de distance : RIP, IGRP

ü Protocoles de routage à état de liens : OSPF, ISIS

111.1.2/ Switch

Le Switch est un équipement d'interconnexion de niveau 2 (modèle OSI). Il sert de commutateur réseau et permet de créer un réseau informatique local de type Ethernet. Ce dispositif est dit intelligent par opposition au hub car, alors que ce dernier diffuse les données sur toutes les machines, le switch, quant à lui, permet de diriger les données uniquement vers la machine destinataire. Il utilise les adresses physiques ou MAC.

Principe de fonctionnement du switch :

Quand un message de départ incluant l'adresse de destination arrive au niveau switch, ce dernier retrouve dans sa table l'adresse du PC destinataire et va diriger le message sur le port adéquat. D'autres PC pourront communiquer en même temps sur les autres ports.

111.1.3/ Modem

Le modem (modulateur- démodulateur), est un périphérique servant à communiquer avec des utilisateurs distants. C'est grâce à lui qu'on arrive à échanger (envoi/réception) des fax, à téléphoner, à se connecter à Internet ou à recevoir la télévision.

Les données numériques ne peuvent parcourir plus d'un (1) mètre sur un support de transmission. Techniquement donc, l'appareil sert à convertir les signaux numériques de l'ordinateur en signaux analogiques transmissibles, et réciproquement. C'est pourquoi ils sont généralement placés aux extrémités des lignes de transmission.

111.1.4/ Transceiver

Le transceiver est une interface permettant le raccordement de deux différents types de câble .

Comme cette figure suivante l'indique bien, il convertit les signaux lumineux (signaux optiques) en signaux électriques binaires et vis versa. Pour cela il dispose de deux types de ports :

ü un port éthernet (RJ45)

ü deux ports SC ou ST (pour la fibre optique)

Transceiver optique

Fibres optiques

Modulateur

Emetteur

Codeur

Interface réseau local

Signaux électriques
binaires

Signaux optiques

Démodulateur

Récepteur

Décodeur

Modulateur

Emetteur

Codeur

Interface réseau local

Signaux électriques
binaires

Signaux optiques

Démodulateur

Récepteur

Décodeur

FIGURE 3.1: Schématisation des fonctions d'un transceiver optique

L'émetteur est un élément très déterminant lors du choix d'un transceiver optique. En effet, il permet d'éjecter la lumière qui sera confinée et transmise dans le coeur de la fibre. Il en existe deux (2) types. Une étude comparée des différents émetteurs nous permettra de faire notre choix.

Composants

Diode Laser

D.E.L

Puissance optique

< 1mW

Quelques mW

Bruit

Très faible

Faible

Coût

Faible

Elevé (lié à la fibre)

Applications

Transmission à longue distance sur fibres monomodes

Transmission à faible distance

TABLEAU 3.1: Caractéristiques comparées des émetteurs

L'interface optique d'émission permet de convertir le signal électrique en un signal optique en utilisant une diode émettrice à semi-conducteur.

L'interface optique de réception permet de convertir le signal optique en un signal électrique en utilisant une photodiode ou un phototransistor

FIGURE 3.2 : Composition du transceiver

111.1.5/ Serveur

Un serveur est un ordinateur ou un programme informatique qui rend service aux clients (ordinateurs et logiciels) qui s'y connectent à travers un réseau informatique.

Il est possible pour un ordinateur d'être client et serveur en même temps. Les termes « client » et « serveur » viennent du fait qu'un client est demandeur d'un service et qu'un serveur rend ce service.

111.1.6/ Micro-ordinateur

Un micro-ordinateur encore appelé ordinateur personnel est un ordinateur destiné à un usage personnel. Il a une dimension lui permettant de tenir sur un bureau. Il interagit avec l'environnement grâce à ses périphériques (écran, clavier...)

Un ordinateur étant un équipement informatique permettant de traiter des informations selon des séquences automatisées d'instructions ou programmes. Il peut être un micro-ordinateur, un serveur, un PABX ou même un routeur.

111.2/ Les médias de transmissions

111.2.1/ La fibre optique

111.2.1.1/ Définition

La fibre optique est un guide d'onde qui exploite les propriétés réfractrices de la lumière. Elle est habituellement constituée d'un coeur entouré d'une gaine. Le coeur de la fibre a un indice de réfraction légèrement plus élevé (différence de quelques millièmes) que la gaine et peut donc confiner la lumière qui se trouve entièrement réfléchie de multiples fois à l'interface entre les deux matériaux (en raison du phénomène de réflexion totale interne).

Il existe plusieurs types de fibre optique. Par exemple dans la fibre à saut d'indice, l'indice de réfraction change brutalement entre le coeur et la gaine. Dans la fibre à gradient d'indice, ce changement d'indice est beaucoup plus progressif.

La fibre optique est totalement insensible aux rayonnements électromagnétiques dans lesquels nous baignons. L'atténuation du signal est inférieure à celle d'un conducteur électrique. Et de longues distances peuvent être couvertes sans nécessité d'installer des amplificateurs. La bande passante est bien supérieure à celle que l'on peut obtenir avec un câble électrique.

111.2.1.2/ Schématisation de la fibre

FIGURE 3.3 : Schémas d'une fibre ontique

Le revêtement est une couche de plastique qui entoure la fibre optique pour la renforcer, elle aide à absorber les chocs et permet une protection complémentaire contre des courbures excessives.

L'armature en fibres permet de protéger le coeur contre les forces d'écrasement et les tensions mécaniques excessives lors de l'installation. La gaine extérieure complète la protection mécanique du coeur, elle est généralement de couleur orange, certains types présentent des couleurs noire ou jaune. L'annexe 7 présente la photo d'une fibre optique dénudée.

On réalise un écart d'indice entre le coeur et la gaine en incorporant des dopants, tels que :

- le germanium et le phosphore qui accroissent l'indice dans le coeur,

- le bore et le fluor qui le font décroître dans la gaine.

111.2.1.3/ Les différents types de fibres

Selon la fréquence normalisée de la fibre, notée V, on peut classer les fibres optiques en deux catégories :

Soit :

ë : la longueur d'onde

a : rayon de coeur de la fibre

nc : indice du coeur

ng : indice de la gaine

· Pour V < 2.405 4 La fibre ne comporte qu'un mode de propagation, elle est appelée fibre monomode.

· Pour V > 2.405 4 La fibre est appelée multimode et se divise en deux sous-catégories:

ü Fibre multimode à saut d'indice

ü Fibre multimode à gradient d'indice

a/ Fibre optique multimode à saut d'indice

L'indice de réfraction varie brusquement quand on passe du coeur à la gaine. Le guidage de la lumière se fait suivant des lignes brisées.

FIGURE 3.4 : Trajets de la lumière dans le coeur d'une fibre à saut d'indice

Le diamètre du coeur peut atteindre quelques centaines de mm ; le diamètre de la gaine est supérieur mais du même ordre de grandeur.

b/ Fibre optique multimode à gradient d'indice

La gaine possède un indice de réfraction progressif, celui du coeur est plus grand que celui de la gaine, le faisceau lumineux suit une trajectoire d'allure curviligne.

Le faisceau lumineux change de direction moins brusquement lors du rebond ; ce qui diminue les pertes.

FIGURE 3.5 : Trajets de la lumière dans le coeur d'une fibre à gradient d'indice

cl Fibre optique monomode

Le diamètre du coeur est inférieur à 10pm de telle sorte que le parcours de la lumière devient presque longitudinal.

Le diamètre de la gaine est compris entre 50.im et 125 pm. Ce type de fibre nécessite une source de lumière quasiment monochromatique. (diode Laser)

FIGURE 3.6 : Traiet de la lumière dans le coeur d'une fibre monomode

Matériaux

Plastique (POF)

Silice (coeur)
Silicone
(gaine)

Toute silice

Type

Saut d'indice

Saut d'indice

Saut d'indice

Gradient
d'indice

Gradient
d'indice

Monomode

Diamètre
coeur/gaine (um)

980/1000 (ou plus)

200/380 (ou
plus)

100/140

50/125

62.5/125

8.3/125

Longueurs d'onde
d'utilisation

450/700nm

700/1000nm

800/1500nm

800/1300nm

1300nm

1100/1560nm

Ouverture
numérique

0.5

0.4

0.28

0.20

0.27

0.1

B.P ( MHz.km)

10

20

50

500

300

>10000

Résistance
mécanique

Souple mais
déformable

Limitée

Bonne (avec protection)

Coût

Faible

Moyen

Assez élevé

Assez faible

Assez élevé

Débit

38.4kbits/s

10Mbits/s

100Mbits/s

300Mbits/s

100Mbits/s

2 à 5Gbits/s

Applications

Eclairage,
transmission locale

Réseaux
locaux

Transmission
courte distance

Télécoms
moyenne distance

Réseaux
locaux

Télécoms longue
distance

 

TABLEAU 3.2 : Comparatif des caractéristiques des différentes fibres

111.2.1.4/ Raccordement des fibres optiques

Dans l'établissement d'une liaison par fibre optique on est contraint de relier :

ü La source émettrice à la fibre optique.

ü Les fibres optiques entre-elles

ü La fibre optique au récepteur optique. On distingue 3 méthodes de raccordement des fibres optiques :

v Jointage

le jointage consiste à souder deux fibres entre-elles, bout à bout, par fusion des matériaux constituants en utilisant une fusionneuse automatique. (affaiblissement 0.15dB maxi.)

v Epissurage

l'épissurage consiste, comme précédemment à assembler de bout à bout deux fibres, et de coller le tout par l'apport d'une colle spéciale de même indice optique que les fibres à raccorder. (affaiblissement 0. 3dB maxi).

v Connexion

La connexion consiste à utiliser deux pièces mécaniques qui s'emboîtent ou se vissent pour amener les deux fibres en vis-à-vis.

111.2.2/ Le VSAT 111.2.2.1/ Définition

Les réseaux VSAT relient les entreprises à leur maison mère, des magasins de distribution avec leurs grossistes et les institutions financières à leurs agences. Le VSAT (Very Small Aperture Terminal) est une technique de transmission de données qui utilise des satellites en orbite géostationnaire autour de la terre.

Elle utilise des antennes de réception et de transmission de petites tailles qui varient, en fonction des fréquences, de 0,9 à 1,8 mètres. Cette technologie consomme des bandes de fréquences de type Ku (bande 12,5-14,25 GHz), en Europe ou aux Etats-Unis avec l'utilisation de petites antennes, ou de type C (bande 3400-6650 MHz), en Asie, Afrique et en Amérique du sud avec l'utilisation des antennes de plus grandes tailles.

Bandes

Fréquence GHz

Puissance
transmise

Effet pluie

Bande C

3 à 7

Basse

Minimum

Bande Ku

10 à 18

Moyenne

Modéré

Bande Ka

18 à 31

Haute

Sévère

TABLEAU 3.3 : Fréquences VSAT

111.2.2.2/ Le fonctionnement du réseau VSAT

Pour la gestion des communications, les données transmises par ce type de réseau empruntent deux segments, l'un terrestre et l'autre spatial.

FIGURE 3.7 : Transmission de données au travers d'un réseau VSAT

Le segment terrestre est constitué du hub et des stations terrestres. L'installation d'une station terminale est facile. Elle est constituée de trois éléments : une antenne satellite fixe ; une tête satellite contenant un système électronique pour gérer les signaux en émission et en réception ; un boîtier

intérieur pour gérer les connexions entre les équipements des utilisateurs et le satellite (voir figure).

Le segment spatia(, quant à lui, représente les liens établis vers et depuis le satellite. Les informations du hub sont transmises au transpondeur du satellite de communication qu'il retransmet aux stations VSAT distantes. Inversement, ces dernières envoient des informations via le même transpondeur satellite à la station hub. Cette topologie où toutes les communications passent via un hub unique est appelée configuration en étoile. Elle utilise des communications de type point à point. Ce qui est le cas pour les connexions VSAT du Trésor. Une autre configuration est de type point-multipoints ou réseau de diffusion. Ces types de réseaux sont capables de gérer des communications entre un " hub " central et plusieurs sites distants.

111.2.3/ Le 1P-MPLS

FIGURE 3.8 : Coeur du réseau IP-MPLS

Ce protocole regroupe les qualités des couches 2 et 3 du modèle OSI en s'intégrant entre ces 2 mêmes couches.

Il permet de faire un routage et une commutation efficace.

Dans un réseau MPLS les paquets entrant prennent un label assigné par un LER (Label Edge Router).

Ces paquets suivent ensuite une route définie LSP (Label Switch Path) et sont traités par le LSR (Label Switching Router) dans lequel ils arrivent. Chaque LSR choisis la route des paquets qu'il voit arriver, il les renvois sur une interface en fonction du label qui est attribué au paquet. A la sortie, le LSR remplace le "label" qui était présent sur la trame par le sien.

111.2.4/ Les faisceaux Hertziens

Les faisceaux hertziens sont utilisés entre deux antennes directives et exploitent des bandes de fréquences variables (6 GHz, 13 GHz, 26 GHz ou 38 GHz) selon la distance à couvrir et le débit recherché.

Usages des faisceaux hertziens

Les faisceaux hertziens sont utilisés principalement pour raccorder des points dont la distance varie de quelques centaines de mètres à quelques dizaines de kilomètres. Par exemple un immeuble collectif à un point d'accès du réseau d'un opérateur, ou deux immeubles entre eux. A noter que les technologies FH sont également beaucoup utilisées dans le cadre du déploiement des réseaux de téléphonie mobile.

111.2.5/ RN1S

L'architecture des Réseaux Numériques à Intégration de Services (RNIS) a été conçue pour associer la voix, les données, la vidéo et tout autre application ou service. Cette architecture peut être vue comme une évolution des réseaux téléphoniques existants (RTC). D'ailleurs, il utilise les infrastructures du réseau RTC déjà existantes.

111.2.5.1/ Le RTC et le RN1S

Il reste encore très utilisé pour se connecter à des réseaux comme Internet, et ce malgré des technologies de transmissions plus évoluées (VSAT, fibre optique). En effet, Le réseau RTC en lui-même ne présente aucun mécanisme de sécurité intrinsèque (par exemple pas d'identifiant de l'appelant, pas de chiffrement des données).

Le RNIS est défini comme suit par l'UIT-T :

« Un réseau Numérique à Intégration de Services est un réseau développé en général à partir d'un réseau téléphonique numérisé qui autorise une connectivité numérique de bout en bout assurant une large palette de services, vocaux ou non, auxquels les usagers ont accès par un ensemble limité d'interfaces polyvalentes ».

111.2.5.2/ Principe de fonctionnement du RN1S :

Dans le réseau RTC, une boucle sur une paire torsadée de fils de cuivre entre le commutateur central de la compagnie de télécommunication et l'abonné supporte un canal de transmission unique. Ce canal ne traite qu'un seul service simultanément : la voix ou les données. Avec un Réseau Numérique à Intégration de Services, la même paire torsadée est divisée en plusieurs canaux logiques. Le RNIS définit deux types de canaux logiques que l'on distingue par leur fonction et leur débit.

a/ Les canaux logiques RN1S :


·:* Canal B

Débit : 64 kbit/s

Services : voix, données, images et tous les services réseau.

Il existe 3 modes de connexion : commutation de circuits, mode semipermanent et commutation de paquets :

Commutation de circuits

Le circuit est établi, maintenu et libéré en utilisant la signalisation du canal D. Les données utilisateur sont échangées sur les canaux B avec les protocoles utilisateur.

Mode semi-permanent

Le circuit est établi entre les utilisateurs et le réseau pour une durée délimitée ou non. Une fois le circuit établi, le canal D n'est plus nécessaire pour la signalisation.

Commutation de paquets

Dans ce cas, une connexion en mode commutation de circuits doit être établie entre l'abonné RNIS et un noeud du réseau à commutation de paquets sur le canal B. Cette connexion en mode commutation de circuits implique l'utilisation de la signalisation du canal D. Le réseau à commutation de paquets peut être partiellement RNIS. Le RNIS peut donc fournir un service de commutation de paquets sur les canaux B.

Canal D

Débit : 16 kbit/s en accès de base et 64 kbit/s en accès primaire.

Service : signalisation (appels, établissement des connexions, demandes de services, libération des connexions).

On distingue le RNIS large bande (ATM) du RNIS bande étroite. L'ATM n'existant encore pas en Côte d'Ivoire nous nous focaliserons sur le RNIS bande étroite.

Il existe deux (2) accès aux RNIS bande étroite :

b/ l'accès de base 2B+D

· Débit : 144 kb/s

· Une trame de 48 bits toutes les 250 ls avec 36 bits de données.

· 2 canaux B à 64 kb/s

· 1 canal D à 16 kb/s

FIGURE 3.9 : Accès de base du RNIS BE 2B+D

c/ l'accès primaire 30B+D

Débit de 1984 kb/s

· 30 canaux B à 64 kb/s

· 1 canal D à 64 kb/s

Utilisé pour la connexion de PABX, d'ordinateurs ou de serveurs.

FIGURE 3.10: Accès primaire du RNIS BE 30B+D

111.2.5.3/ Exploitations de la technologie RN1S + Le partage d'accès et l'interconnexion réseau

Un routeur RNIS permet à plusieurs utilisateurs d'un même réseau local d'accéder à l'Internet ou d'exploiter un fax mutualisé en partageant le ou les canaux B d'un même accès de base. Les paquets d'informations en provenance ou à destination de chaque poste seront routés sur la même ligne RNIS de façon totalement transparente pour les utilisateurs, ils ont ainsi l'impression de bénéficier d'un accès individuel.

L'établissement d'une ligne de secours

En cas de défaillance de la liaison principale (liaison louée ou privée), la liaison RNIS (128 Kbps) peut être établie afin d'assurer la continuité des services pendant le temps de rétablissement de la liaison principale.

La gestion de la surcharge de la ligne principale (overload)

Dans le cas d'une exploitation en overload, la liaison RNIS est établie pour absorber les pointes de trafic :

· planifiées (réplication de bases, sauvegarde) ;

· temporaires (besoin ponctuel, migration)

· sporadiques (dépassement des capacités de la liaison principale). 111.2.6/ La paire torsadée

C'est un câble réseau dont les fils sont regroupés deux par deux.

En torsadant les deux fils l'un autour de l'autre, on diminue leur auto-induction, puisque le champ magnétique, résultant du passage du courant électrique (perpendiculaire à la direction du courant) tourne autour du câble et s'annule presque. De plus, le pas de torsade est différent pour chaque paire, diminuant les interférences d'une paire sur l'autre. On distingue deux grands types de câbles à paires torsadées :

Les non blindés

UTP (Unshielded Twisted Pair) ou Paire Torsadée Non Blindées en français.

Ils sont utilisés chez nous pour relier une station à un boîtier (prise murale RJ45)

Les blindés

FTP (foil twisted-pair) ou encore ScTP (screened twisted-pair).

STP (Shielded Twisted pairs) ou Paire Torsadée Blindées en français

Bien que théoriquement un câble STP soit meilleur qu'un câble UTP, dans la réalité ses performances sont limitées par le fait qu'il exige une manipulation physique trop délicate.

FIGURE 3.11: Paires torsadées non blindés

111.3/ Topologie du réseau

La topologie d'un réseau décrit la manière dont les noeuds sont connectés. On distingue la topologie logique de la topologie physique.

111.3.1/ Topologie physique

La topologie physique (configuration spatiale, visible) décrit comment les machines sont raccordées au réseau. Il y a trois topologies physiques de base : l'étoile, l'anneau et le bus.

 

TOPOLOG1E EN ETO1LE

 

Les réseaux conçus selon une topologie en étoile, ont un point central auquel sont connectés tous les noeuds du réseau. Son principe de fonctionnement correspond simplement à celui du noeud (switch, routeur).

FIGURE 3.12 : Topologie en étoile

-

répéteur

Si un noeud ne fonctionne pas correctement sur le réseau, cela n'affecte en rien le reste du réseau, contrairement aux topologies en bus ou en anneau.

- Il est très simple de rajouter ou d'enlever des noeuds au réseau. Principaux désavantages :

- Elle nécessite un câblage bien plus important qu'une topologie en bus ou en anneau, ce qui implique un coût plus élevé.

- Si le noeud central est victime de défaillance, tout le réseau tombe en panne.

 

La topologie en anneau

 

C'est une configuration de liaisons point à point entre deux stations voisines ; l'ensemble des liaisons formant un anneau. Bien qu'il évite les collisions, il faut interrompre le fonctionnement du réseau lors de l'adjonction d'un nouveau poste.

FIGURE 3.13 : Topologie en anneau

La topologie en bus

FIGURE 3.14 : Topologie en bus

Le bus, ici, est un canal (ligne de connexion) où tous les équipements sont raccordés par dérivation. La mise hors circuit d'un noeud n'influence pas la transmission. Bien qu'il ne coûte pas cher, il n'est pas possible de faire évoluer le réseau.

 

La topologie maillée.

Ce n'est pas une topologie de base, mais le souci d'interconnecter des réseaux locaux à suscité la création d'une topologie maillée. Ce sont les commutateurs (généralement des routeurs) qui forment la maille. D'un coût élevé, le disfonctionnement d'un noeud ou d'une liaison ne gêne en rien le reste du réseau.

 

Un exemple célèbre, qui démontre bien l'efficacité de ce concept, est Internet.

FIGURE 3.15 :Topologie maillée

 

111.3.2/ Topologie logique

La topologie logique représente la façon dont les données transitent dans les câbles. Les topologies logiques les plus courantes sont l'éthernet et le jeton.

Le Jeton

Sur l'anneau (topologie physique en anneau), un jeton circule de station en station, donnant à celle qui a le jeton le droit d'émettre un message. Le message émis est successivement reçu par toutes les stations jusqu'à ce que le destinataire le garde. Le protocole du jeton permet une résolution très efficace des conflits de transmission. On y distingue le FDDI et le Token Ring.

ü FDDI (Fiber Distributed Data Interface) : Il s'agit ici d'une paire d'anneaux en fibre optique : Un anneau primaire et un anneau secondaire permettant de rattraper les erreurs du premier.

ü Token Ring : La seule différence avec le FDDI est qu'ici on utilise un MAU (sorte de hub mais simulant le jeton Token Ring). Toutes les stations peuvent alors être branchées et débranchées sans risque.

L'Ethernet

Tous les ordinateurs d'un réseau Ethernet (norme IEEE 802.3) sont reliés à une même ligne de transmission (Fibre optique, câble coaxial ou paire torsadée).

La méthode d'accès est le CSMA/CD (Carrier Sense Multiple Access with Collision Detect). C'est un protocole d'accès multiple avec surveillance de porteuse (Carrier Sense) et détection de collision. Avec ce protocole toute machine est autorisée à émettre sur la ligne à n'importe quel moment et sans notion de priorité entre les machines

DEUXIEME PARTIE :

ETUDE TECHNIQUE

Chapitre IV IDENTIFICATION ET PRESENTATION

DU RESEAU EXISTANT

IV.1/ Les équipements constituant notre réseau IV.1.1/ Routeur

La DGTCP utilise des routeurs Cisco de différentes gammes. Dans une gamme se trouvent plusieurs séries. La gamme est principalement choisie selon la performance de l'IOS (Internetworking Operating System) et la série selon le nombre et type de ports dont on a besoin. On retrouve dans notre réseau les gammes suivantes (voir annexe 5 page 79) :

ü gamme 3700 (routeur central du réseau) : 11 ports séries et 1 port éthernet

ü gamme 3600 (routeur devant gérer plusieurs sites ou sous-réseaux différents) : cinq (5) ports série et un (1) port éthernet.

ü gamme 1700 (routeur ayant à charge l'interconnexion d'un seul site). Ils possèdent soient un (1) port série et un (1) port éthernet, soit deux (2) ports éthernet.

Nous venons de citer les ports utilisés pour l'instant, ces routeurs peuvent encore recevoir des cartes de différents types. Dans l'ensemble, nous avons 60 routeurs fonctionnant sur le réseau.

Bien que cela soit plus fastidieux et plus complexe, tous les routeurs du réseau de la DGTCP sont configurés de façon statique pour des raisons de sécurité. Ainsi, l'on a soi-même le contrôle des routes empruntées par ses paquets. Aussi il sera plus difficile à un hacker d'intégrer son routeur dans le réseau. L'encapsulation des ports séries des routeurs Cisco est par défaut HDLC (HighLevel Data Link Control). Chez nous, nous utilisons l'encapsulation PPP.

IV.1.2/ Switch

Les switches sont aussi de marque Cisco et on en distingue deux gammes dans notre réseau (voir annexe 6 page 80) :

ü Les Catalyst 3550 24 et 48 ports

ü Les catalyst 2950 24 et 48 ports

On les retrouve dans des coffrets informatiques à partir desquels les câbles UTP sont tirés jusqu'aux utilisateurs.

IV.1.3/ Modem

Nos modems sont de marques Sagem. Ils sont les ETCD des liaisons louées. Le modem nous donne des informations sur l'état de fonctionnement de la ligne dont il est une extrémité. Si une liaison vint à être interrompue, selon les voyants allumés ou éteints du modem, nous pouvons savoir si la défaillance vient du site distant ou du site central ou encore de l'opérateur télécoms.

IV.1.4/ Transceiver

Dans notre réseau, le transceiver est utilisé entre la fibre optique et le câble RJ45 qui lui a son tour va vers un switch ou un routeur. On parle de transceiver optique. Il joue en plus le rôle de modem.

IV.1.5/ Serveur

A la DGTCP, ce service consiste à stocker des fichiers partagés (serveurs de fichiers), transférer le courriel (serveurs web), héberger les applications spécifiques au Trésor et leur base de données (serveurs d'application). Par exemple le serveur qui héberge l'application ASTER se nomme « svr_aster »

Nous avons dans notre réseau 25 serveurs dont deux contrôleurs de domaine (serveurs d'authentification).

IV.1.6/ Micro-ordinateur

Les micro-ordinateurs sont principalement de marque HP-Compaq. Ce sont tous des Pentium IV (processeur : 1 à 2,5 Ghz), de mémoire RAM allant de 256 Mo à 1Go, et d'espace disque allant de 40 à 120 Go.

Quant aux ordinateurs portables certains sont de marque HP et les autres TOSHIBA. Ils possèdent les mêmes caractéristiques que les micro-ordinateurs.

IV.2/ Les Médias de transmission constituant le réseau de la DGTCP

IV.2.1/ La fibre optique

A la DGTCP, la fibre optique multimode est utilisée pour interconnecter des sous-réseaux se trouvant dans des bâtiments proches du site central. On peut par exemple remarquer que la TGAC (Trésorerie Générale Abidjan Centre) situé à environ trois cents (300) mètres du site central est raccordée à ce dernier par une fibre optique.

IV.2.2/ La paire torsadée

La paire torsadée est principalement utilisée pour connecter l'ordinateur à la prise murale RJ45. Lorsqu'elle est blindée, elle sert aussi de rocade pour l'interconnexion de deux sites se trouvant dans un même immeuble.

IV.3/ Types d'interconnexion des sites

Pour l'interconnexion de nos sites relativement éloignés nous utilisons les services (et donc les médias) des opérateurs télécoms. Ce sont :

ü Les LS (liaisons spécialisées) de CITELCOM (128 kbps) pour certaines villes de l'intérieur.

ü Les LS (liaisons spécialisées) d'AROBASE TELECOM (2 mbps) pour certains services dans la commune du plateau.

ü Les liaisons IP-Connect de CITELCOM (256 kbps) pour les communes de la ville d'Abidjan.

ü Les médias de la SNDI : le VSAT (64kbps) ou des liaisons louées (128 et 64kbps) pour d'autres villes de l'intérieur.

ü Les fibres optiques propres à la DGTCP (100 mbps à 2 Gbps) pour d'autres services dans la commune du plateau

L'annexe 4 montre le type d'interconnexion de chaque site du Trésor.

IV.4/ Topologie du réseau de la DGTCP

La topologie physique du réseau de la DGTCP est étoilée. Le noeud central étant un routeur situé à Abidjan. Cependant une partie du réseau de la DGTCP répond à la topologie maillée. Il s'agit des sites connectés au site central par la technologie IP-Connect (IP-MPLS).

Comme topologie logique, c'est l'éthernet qui est choisie avec sa méthode d'accès CSMA/CD, répondant ainsi à la norme IEEE 802.3.

Quelque soit la technologie ou le support de d'interconnexion utilisé, lors d'un échange de données, toutes les informations transitent obligatoirement par le site central d'Abidjan avant atteindre le site destinataire.

IV.5/ L'adressage

L'adressage est le fait d'attribuer des adresses aux différents noeuds et terminaux d'un réseau. A la DGTCP c'est le principe du CIDR (Classless Interdomaine Routing) qui est adopté. Le réseau est segmenté en sous-réseaux disposant chacun de cinq cent douze (512) adresses dont cinq cent huit (508) disponibles.

Les adresses, dans certains sous-réseaux, sont attribuées par serveur DHCP ; dans la plus part, elles le sont manuellement.

IV.6/ Les logiciels et systèmes d'exploitation utilisés

Les serveurs fonctionnent sous UNIX (Solaris), Windows NT4 Server Service Pack 6 ou Windows 2000 Server service Pack 4. Sur les micro-ordinateurs, sont installés Windows xp SP1 / SP2 ou Windows Vista professionnel.

Les applications de comptabilité qu'utilise la DGTCP sont propres à elle et conçues par ses propres développeurs sous ORACLE.

IV.7/ La sécurité du réseau

Au niveau physique, un vigile reste toujours présent devant la salle-serveur et l'accès à celle-ci nécessite une clé magnétique. Les coffrets dans lesquels se trouvent les routeurs et les switches demeurent fermés à clé.

Au niveau logiciel, un antivirus est installé sur toutes les machines et se met automatiquement à jour. Nous disposons d'un Firewall qui contrôle l'accès au réseau et d'un Proxy pour l'accès internet.

Il faut noter que le niveau de sécurité n'est pas très élevé. A ce jour, la mise en oeuvre d'une nouvelle politique de sécurité est en phase d'étude.

IV.8/ La surveillance du réseau

Le service réseau utilise des logiciels l'informant en temps réel sur l'état de connexion des serveurs, des routeurs, des hôtes et de toutes les lignes du réseau. Ils permettent ensuite de faire certaines interventions sur les équipements et chez des utilisateurs assez éloignés sans avoir besoin de se déplacer. Nous avons ainsi le contrôle de tout le réseau depuis notre base. Ces logiciels sont principalement Netscan, VNC et le tableau de bord Whatsup Gold (annexe 4 page 78).

IV.9/ Les ressources humaines

La Direction informatique est constituée d'ingénieurs et de techniciens
supérieurs spécialisés en réseau, développement et maintenance. Bien que notre

sous-direction ait des services bien définis, on observe une polyvalence chez ses agents.

Chapitre V ANALYSES ET CRITIQUES DES

LIAISONS ENTRE SITES

VILLES DE L'INTERIEUR

@SCIAM

TGAC

DUEKOUE

128 PEits 128 PEits 128 PEits

SOUBRE AGNIBILEKRO

DHCP Tour A

@RPI

ABENGOUROU
LIAISON DIRECTE
128 PEits

Tb 6,7,8,9 Etages

SNDI

AGNIBILEKRO
RELAIS ABENGOUROU
64 PEits

TOUMODI BONDOUKOU TANDA 128 PEits 128 PEits 128 PEits

Tb 10,11,12 Etages

CITFI

BOCANDA
VSAT
64 PEits

GUIGLO
128 PEits

128 PEits

DALOA

BOUAFLE

128 PEits

BONDOUKOU
RELAIS ABENGOUROU
64 PEits

TIASSALE

ADZOPE

SCIAM SOGEPHIA

Direction Générale

128 PEits

128 PEits

RESEAU IPCONNECT

DIMBOKRO
RELAIS YAKRO
64 PEits

RESEAU IPCONNECT CI-TELCOM

TRESORERIES D'ABIDJAN

LAKOTA
RELAIS DALOA
64 PEits

RPD
256 PEits

YOP
256 PEits

ABOBO
256 PEits

Aiame
256 PEits

Attecoubé

256 PEits

256 PEits

Cocody

Koumassi

256 PEits

RPI
256 PEits

RPI
256 PEits

CITFI
256 PEits

Marcory
256 PEits

Port-Bouet

256 PEits

Treichville
256 PEits

256 PEits 256 PEits

Plateau

Yopougon

SOUBRE
RELAIS S-PEDRO
64 PEits

GNOA

DIVO

LIAIS> DIRECTERELAIGA

S DALOA 64 PEits

128 PEits

OUME
RELAIS DALOA
64 PEits

ABOISSO
LIAISON DIRECTE
64 PEits

BOUAKE
RELAIS
64 PEits

TOUMODI
RELAIS YAKRO
64 PEits

WAN-SNDI

BONGOUANOU
RELAIS YAKRO
64 PEits

BASSAM
VSAT
64Kbits

SAN-PEDRO
LIAISON DIRECTE
128 PEits

ADIAKE
LIAISON DIRECTE
64 PEits

DABOU
LIAISON DIRECT

128 PEits

YAMOUSSOKRO
LIAISON DIRECTE
256 PEits

BINGERVILLE-ANYAMA
LIAISON DIRECTE
11 MEits

AGBOVILLE
LIAISON DIRECTE
64 PEits

BONOUA
LIAISON DIRECTE
64 PEits

DALOA

LIAISON DIRECTE
256 PEits

ISSIA
RELAIS DALOA
64 PEits

SINFRA
RELAIS DALOA
64 PEits

FIGURE 5.1: Les différentes liaisons du réseau informatique du Trésor

V.1/ Analyses détaillées des liaisons

Nous montrerons ici les forces du réseau du Trésor quant à la politique d'interconnexion de ses sites. Les différentes liaisons dont nous parlerons sont schématisées dans la figure V.1 ci-avant.

V.1.1/ Les trésoreries d'Abidjan

Chacune des trésoreries des dix (10) communes d'Abidjan est connectée au réseau IP-MPLS de Côte d'Ivoire Télécom. Cette technologie est plus connue sous son nom commercial IP-Connect. Le débit théorique offert est de 256 KBps.

Le réseau IP/MPLS n'est déployé pour l'instant par CITELCOM que dans la ville d'Abidjan.

V.1.2/ Les recettes principales et l'agence CITFI

Ces sites de la DGTCP sont aussi connectés au site central via le réseau IPConnect. Il s'agit de cinq (5) sites. Le débit théorique est de 256KBps.

V.1.3/ Les services de la DGTCP repartis dans différents immeubles de la commune du Plateau

L'immeuble SCIAM, la TGAC, la tour A (immeubles finances), l'ACCC, et la Direction Générale sont directement connectées au routeur central par des fibres optiques de 100 à 300 mbps propres au Trésor Public.

la RPI est elle aussi connectée par une fibre optique, mais appartenant à Arobase (2 mbps).

Parmi les sites que venons de citer, RPI et SCIAM bénéficient chacune d'une seconde connexion secours à savoir :

- LS Arobase (2 mbps) pour SCIAM - IP-Connect (256kbps) pour RPI

Le site constitué par les 6, 7, 8, et 9e étage et celui constitué par les 10, 11, et 12e étage de la tour B sont reliés au routeur central par deux rocades (paires torsadées blindées).

Notons que le site central est celui constitué par les 1er, 2e, 3e étage de la Tour B (immeubles finances) et la banque du Trésor. Notons aussi que c'est par une fibre optique que la banque est intégrée au site central.

V.1.4/ les trésoreries de l'intérieur

v Première partie des trésoreries des communes de l'intérieur

Douze (12) trésoreries de l'intérieur sont connectées via une liaison spécialisée chacune de Côte d'Ivoire Télécom. Le débit théorique offert est de 128KBps. Il s'agit par exemple des villes telles que Bouaflé et Bondoukou.

v Deuxième partie des trésoreries des communes de l'intérieur

Vingt six (26) autres trésoreries de l'intérieur sont connectées au site central en passant par les médias de la SNDI qui en a totalement la charge.

Douze (12) d'entres elles sont liées par des liaisons spécialisées de 256 ou 128 KBps. On cite par exemple les trésoreries d'Abengourou (128KBps) et Yamoussoukro (256KBps).

Onze (11) autres se servent des douze (12) précédents sites comme relais pour accéder au réseau. C'est par exemple le cas de la trésorerie d'Agnibilékro qui se connecte directement à celle d'Abengourou. Ces sites connectés par relais bénéficient d'un débit de seulement 64 KBps.

Les trois (3) autres sont connectés par VSAT et bénéficient également de 64 KBps comme débit. C'est par exemple le cas de Korhogo.

Pour interconnecter tous ces sites de la SNDI au site central du Trésor, une fibre optique est installée entre le routeur principal du Trésor et un routeur du côté de la SNDI.

V.2/ CRITIQUES

Ici nous relèverons les failles que nous avons descellées dans ce réseau

V.2.1/ Interruptions fréquentes des liaisons spécialisées

Il arrive fréquemment que les liaisons entre les différentes trésoreries et services de la DGTCP avec le site central s'interrompent. Cela est parfois du à un disfonctionnement instantané des ETCD (Equipement terminal de circuit de données) ; généralement les modems. Mais dans 90% des cas il s'agit d'une panne au niveau des médias de l'opérateur de télécommunication concerné. Alors le rétablissement de la connexion peut durer de trente (30) minutes à quarante-huit (48) heures. Rappelons que toutes les bases de données et serveurs d'applications se situent à Abidjan. Toutes les opérations bancaires sont ainsi suspendues jusqu'au rétablissement de la connexion.

Les conséquences directes sont les nombreuses et légitimes plaintes des fonctionnaires de l'intérieur qui n'arrivent pas à entrer en possession de leur salaire à temps voulu. Par la suite ce sera la banque du Trésor Public qui perdra sa renommée en commençant par le départ de ses clients vers d'autres banques. Soulignons encore que ces évènements sont fréquents.

V.2.2/ Débit VSAT faible

Le débit fourni par la liaison VSAT est très faible. Dans le réseau de la DGTCP c'est d'ailleurs ce média qui fourni le plus bas débit ; soit 64KBps. Les échanges de données avec les sites fournis par le VSAT sont très ralentis et les conséquences sont les mêmes que celles citées en V.2.1/ à savoir la perte des clients et de la renommée de la banque du Trésor.

V.2.3/ Interconnexion non optimale

L'Agence Comptable Centrale du Trésor est située dans la commune du plateau
à soixante dix (70) mètres du site central auquel elle est connectée par une

liaison IP/MPLS de 256 KBps. Le débit reste acceptable et dans la pratique on constate une vitesse de circulation des données aussi acceptable. Mais, vu le coût de la liaison, nous pensons qu'il n'est pas convenable d'utiliser les services d'un opérateur télécoms pour une si courte distance. Nous jugeons donc cette interconnexion non optimale, pas parce que nous trouvons le débit faible, mais à cause d'un rapport débit sur prix très faible.

V.2.4/ Réponses tardives aux requêtes

Nous avons vu que les sites constitués par les 6, 7, 8, et 9e étage et celui constitué par les 10, 11, et 12e étage de la tour B sont reliés au routeur central par des paires torsadées. Ce câble ne fournit qu'un débit de 100 MBps maximum avec une capacité relativement très faible. De plus, il peut très facilement être détruit par les rongeurs.

Cependant, notons que les agents du second site cité sont des informaticiens chargés du développement et de la gestion de toutes les applications utilisées par le Trésor. L'accomplissement de leurs tâches nécessite de nombreuses requêtes et beaucoup de demande d'états vers les serveurs d'application se trouvant se trouvant tous au deuxième étage. D'où une consommation importante de ce site en bande passante.

A ce jour, ces agents se plaignent de la réponse tardive à leurs requêtes car leur travail s'en trouve énormément ralenti.

Un exemple : la réponse à une requête vers un serveur d'application (svr_rec par exemple) dure 10 minutes si le demandeur se trouve au 10e étage, alors qu'elle ne dure que 4 minutes pour le demandeur se trouvant à la tour A.

Chapitre VI ETUDE COMPARATIVE DES MEDIAS

D'INTERCONNEXION

VI.1/ La fibre optique

La fibre optique présente de nombreux avantages pour l'entreprise. La constitution d'un réseau local utilisant cette technologie, en remplacement ou en complément de la traditionnelle paire torsadée en cuivre, permet de disposer d'une capacité pouvant atteindre 1 Gigabit/sec en réseau Ethernet. Soit une performance dix fois supérieure. De quoi échanger les fichiers complexes (images, vidéo, sons) les plus lourds. Autre avantage de la fibre optique, les liaisons inter-bâtiments. Le cuivre est limité à des longueurs maximales de câble de 100 mètres, alors que la fibre peut être tirée sur plusieurs dizaines de kilomètres.

La fibre optique présente de nombreux avantages pour l'entreprise. Elle n'est pas exclusive et cohabite très bien avec le cuivre traditionnel. Ainsi, les équipements réseaux des bâtiments ou des étages peuvent bénéficier de l' Ethernet allant jusqu'à 1 Gigabit/sec, alors que les technologies Ethernet 10 et 100, qui s'accommodent très bien d'un câblage coaxial ou cuivre, peuvent être conservées pour relier les postes de travail à l'équipement fédérateur. Avec la fibre optique, l'on bénéficie d'une qualité et une continuité de service incomparables.

Ajoutons aussi une sécurité beaucoup plus importante. Il est en effet plus difficile de pirater des informations sur de la fibre à cause de la sensibilité de la lumière.

VI.2/ Le VSAT

De part sa nature liée à la technologie satellite, VSAT est un médium
particulièrement adapté à la diffusion d'informations sous la forme de données,
de sons ou de vidéos. Il peut gérer, au niveau réseau, des applications pouvant

atteindre des vitesses de transmission de 20 Mbps en voie descendante et de 76,8 Kbps en voie montante. Ce qui reste encore très faible relativement à la fibre optique ou le faisceau hertzien.

Cependant, VSAT utilisant un segment terrestre limité, fournit des services indépendants des opérateurs locaux. La technologie VSAT est ainsi une des réponses pour les zones iso(ées (sites ruraux, montagne, désert, engin mobile terrestre, aéronautique ou maritime) ou démunies d'infrastructures de té(écommunication au so( (zones non équipées ou zones sinistrées).

VI.3/ Le IP-MPLS

Un des avantages majeurs de MPLS est qu'il ne dépend d'aucune technologie existante et donc permet de raccorder plusieurs réseaux de différentes technologies.

Avec ce réseau, Côte d'ivoire Télécom assure :

- des liaisons de connexion téléinformatique à hauts débits (3 à 100 Mbps voire 1 Gbps)

- une meilleure disponibilité et qualité de service des liaisons des entreprises

- le service de réplication de données (site secours)

- des services de niveau II (LAN-to-LAN)

- des offres multimédia (voix, vidéo et données) via le réseau IP/MPLS

VI.(/ FAISCEAUX HERTZIENS

Les faisceaux hertziens, fréquemment mis en oeuvre comme solution de collecte, présentent des performances particulièrement intéressantes. Les débits peuvent varier entre 2 et 622 Mbps pour chaque lien établi. Ces débits sont dédiés et symétriques. La portée d'un lien FH est relativement importante en comparaison avec d'autres technologies sans-fil : elle peut atteindre jusqu'à 70

Km en fonction du plan de fréquence utilisé. Cette portée est même extensible si l'on choisit de mettre en place une liaison à plusieurs bonds. D'un point de vue des performances, les FH se rapprochent des liaisons louées (débits élevés, qualité de service et sécurité du lien, portée étendue).

Néanmoins, ils subissent des contraintes de par leurs caractéristiques intrinsèques. Cette solution de transmission sans-fil est en effet sensible aux phénomènes d'absorption (obstacles naturels, bâtiments, variations climatiques dans le cas des fréquences les plus élevées). Pour limiter ces risques, il est préférable d'installer les antennes d'émission et de réception en ligne de vue directe, sur des points hauts. Cela peut avoir un impact direct sur les coûts de déploiement d'une telle infrastructure.

VI.5/ Le RNIS

Les réseaux RNIS bande de base fournissent des services à faible débit : de 64Kbps à 2Mbps. Avec RNIS, les sites régionaux et internationaux de petite taille peuvent se connecter aux réseaux d'entreprises à un coût mieux adapté à la consommation réelle qu'avec des lignes spécialisées. Les liaisons à la demande RNIS peuvent être utilisées soit pour remplacer les lignes spécialisées, soit en complément pour augmenter la bande passante ou assurer une redondance.

Les appels téléphoniques, les envois par télécopieur et les connexions avec Internet se font jusqu'alors par le biais de signaux analogiques (non numériques). La technologie RNIS permet d'utiliser les actuels fils de cuivre pour procéder à des transferts numériques. Les fils qui permettent d'acheminer une ligne téléphonique peuvent également véhiculer jusqu'à quatre lignes de communication RNIS, qui sont toutes beaucoup plus rapides et offrent des signaux plus clairs que les transferts analogiques. En ce qui concerne l'accès à Internet, l'intérêt principal tient au fait que les images, les sons, les documents vidéo, les applets et les documents téléchargés, qui monopolisent actuellement

un ordinateur pendant plusieurs minutes, sont désormais accessibles trois, quatre ou cinq fois plus rapidement qu'avec un modem, et peut-être même plus encore. Il est possible d'obtenir une connexion RNIS à 128 kbit/s. Cela permet par exemple de parler au téléphone sans aucune interférence pendant que des données sont transférées.

VI.6/ La paire torsadée

D'un faible coût, elle offre des débits relativement faibles (10 à 100 mégabits par seconde) et sur des courtes distances.

Cependant, le phénomène de diaphonie demeure gênant. La diaphonie est due au couplage inductif entre paires voisines, correspond au transfert du signal d'une paire à une autre. Tout cela limite l'utilisation de la paire à de faibles distances. La longueur maximale d'un câble à paires torsadées est de 100 mètres (L = 100). Des câbles trop longs peuvent ainsi causer une atténuation importante de la puissance du signal.

VI.7/ Résumé

 

FO

FH

LS

IP-MPLS

VSAT

RNIS

Paire
torsadée

Débit

élevé

élevé

moyen

moyen

faible

faible

faible

Sécurité

oui

oui

oui

oui

oui

non

non

Coût

Très
élevé

élevé

élevé

élevé

moyen

Moyen

(selon la
consommation)

faible

Applications

Courtes
et
grandes
distances

Interconnexion
aérienne

Grande
distance

Seulement
à Abidjan

Sites
isolés

Partout où
arrive le
RTC

Réseau
locaux

TABLEAU 6.1: Comparaison des médias d'interconnexion

VI.8/ Propositions de solutions

VI.8.1/ Choix de la liaison spécialisée

Nous souhaitons un débit plus important pour chacune des trois trésoreries de l'intérieur connectées par VSAT. Vue l'étude comparative que nous avons faite précédemment, la fibre optique se montre techniquement le support de tansmission le plus performant surtout pour les très grandes distances telles que par exemple Abidjan - Korhogo. Mais son installation reviendrait à un coût très élevé. De plus, en cas de défaillance de cette fibre, les agents informaticiens du Trésor devront effectuer des voyages sur le lieu ponctuel de la panne. Cela prendra non seulement beaucoup de temps, mais occasionnera encore d'énormes frais de mission.

Les faisceaux hertziens pourraient être utilisés, mais nous préférons écarter cette solution à cause de leur sensibilité aux intempéries

Nous opterons donc pour des liaisons spécialisées de 128 KBps. Ainsi toutes les pannes seront réparées par l'opérateur télécoms dans un délais beaucoup plus court. Le montant des factures reviendra quant à lui beaucoup moins onéreux, en tout cas à moyen terme.

VI.8.2/ Choix de la fibre optique

Au sujet de l'ACCT et du site du 10,11 et 12e étage de la Tour B, la quantité d'informations devant circuler de ces sites vers le site central est très importante. La fibre optique présente tous les avantages en termes de débit, capacité et sécurité. De plus les distances à couvrir sont assez courtes ; d'où le prix de revient peu élevé de la fibre.

Nous proposons donc de remplacer la rocade à paires torsadées du 10, 11 et 12e étage par une fibre optique. Ensuite, au lieu d'une connexion IP-MPLS pour le site de l'ACCT nous choisirons aussi la Fibre optique comme liaison principale et le IP-MPLS comme ligne secondaire.

VI.8.3/ Choix de la liaison RNIS

Afin de palier les interruptions des liaisons nous opterons pour des liaisons secondaires ; on pourra les appeler liaisons backup car elles serviront de secours en cas d'interruption de la ligne principale.

On pourrait tout simplement utiliser comme secours une seconde liaison spécialisée pour chaque site. Une autre solution aurait été de faire une topologie physique mixte. C'est-à-dire ajouter quelques liaisons directes entre les sites de l'intérieur. Ainsi lorsque la liaison principale entre Abidjan et un site quelconque est défaillante, ce dernier peut passer par un site avec lequel il est aussi directement relié pour joindre le site central d'Abidjan.

Ces deux solutions sont techniquement très bonnes mais cela reviendrait excessivement cher.

Cependant, les liaisons RNIS, avec un coût relativement très bas, offrent un débit égal à celui des liaisons louées. Nous choisirons donc le RNIS. Pour des raisons de priorité, nous proposons que les sites abritant des banques du Trésor soient les premiers concernés par cette mesure.

TROISIEME PARTIE :

PRESENTATION DETAILLEE DES

SOLUTIONS

ET MISE EN OEUVRE

Chapitre VII PRESENTATION DETAILLEE DES

SOLUTIONS PROPOSEES

VII.1/ Choix des constituants des liaisons optiques

Rappelons que deux (2) sites sont à interconnecter par fibre optique au site central du Trésor : celui constitué par les 10, 11 et 12e étage de la tour B et celui constitué par l'ACCT.

VII.1.1/ Pour le site constitué par les 10, 11 et 12e étage de la Tour B

a/ Longueur de la fibre

Le site concerné se trouve dans le même immeuble que le routeur central auquel il est connecté. Le coffret desservant les 10, 11 et 12e étage se trouve au 11e étage. Le routeur central se situe au deuxième étage ; soit une différence de neuf (9) étages. Chaque étage ayant une hauteur de quatre (4) mètres ; soit 4*9 = 36 mètres dans la colonne. Afin que le câble puisse atteindre les deux transceivers d'extrémité (situés dans les différents coffrets) il faudra ajouter sept (7) mètres au 2e étage puis trois (3) au 11e. Ce qui nous fait un total de 36+7+3= 46 mètres de fibre optique.

b/ Choix du type de fibre

Vu le tableau de comparaison, pour des raisons de coût et de performances nous choisirons la fibre à gradient d'indice destinée aux réseaux locaux constituée du matériau silice. Nous bénéficions déjà ainsi d'une plus grande sécurité et d'une bande passante beaucoup plus grande.

c/ Type de raccordement de la fibre

La longueur de fibre optique nécessaire étant assez courte (soit 46 mètres), nous n'aurons donc nullement besoin de faire du jointage ou de l'épissurage. C'est seulement le raccordement par connexion amovible qui sera donc utilisé.

d/ Choix de l'émetteur

Nous avons précédemment choisi une fibre multimode destinée aux réseaux locaux. Il nous faudra donc obligatoirement une DEL comme émetteur. L'émetteur étant intégré au transceiver.

e/ Choix du Transceiver

Selon le type de fibre et d'émetteur que nous venons de choisir, nous aurons besoin de deux transceivers répondant au schéma suivant :

FIGURE 7.1: Schémas du transceiver optique

Le transceiver SURECOM EP 2o2X-T répond exactement à nos besoins. L'annexe 8 (page 82) donne quelques détails supplémentaires sur ce transceiver.

FIGURE 7.2 : SURECOM EP 202X-T

f/ Les connecteurs

Rapellons qu'il y a deux types de connecteurs amovibles : ST et SC. Notons aussi que chaque connecteur contribue à l'affaiblissement de la liaison, en général 0.15 à 0.3dB.

Le transceiver SURECOM EP 202X-T possédant des ports ST, nous sommes obligés de choisir des connecteurs à baïonnette ST également.

FIGURE 7.3 : Connecteur ST

VII.1.2/ Pour le site de l'ACCT

a/ Longueur de la fibre

La distance qui sépare l'ACCT de la centrale est de 70 mètres.

Le transceiver de l'ACCT sera dans le coffret informatique au 3e étage. Rappelons que celui de la centrale est au deuxième étage. Afin que la fibre atteigne les deux transceivers d'extrémité il faut ajouter du côté de l'ACCT neuf (9) mètres et huit (8) mètres du côté site centrale. Ce qui nous fait un total de 87 mètres de fibre.

b/ Choix du type de fibre

La quantité de données échangée entre l'ACCT et le site central est assez importante. Cela est dû d'une part au nombre élevé des ordinateurs de l'ACCT ; d'autre part, aux requêtes récurrentes de cette agence vers les serveurs des applications MASTER et ASTER.

En nous inspirant toujours du tableau de comparaison des fibres, pour cette fois
nous utiliserons la fibre monomode. Bien qu'elle soit destinée aux grandes

distances, il n'y a aucun inconvénient qu'elle soit utilisée pour une distance moyenne ; à part le coût bien sûr. Bien au contraire on bénéficie d'une bande passante et d'un débit encore plus important, accélérant ainsi les échanges de données.

c/ Type de raccordement de la fibre

Pour les mêmes raisons que le site constitué par les 10, 11 et 12e étage de la tour B, nous ne ferons le raccordement que par connexion amovible.

d/ Choix de l'émetteur

Nous avons choisi ici une fibre monomode ; ce qui nous contraint à choisir un autre type d'émetteur que précédemment. En effet pour une fibre monomode nous aurons besoin d'une diode (aser comme émetteur.

e/ Choix du Transceiver

Vu le type de fibre et de d'émetteur dont nous avons choisi, nous aurons besoin du transceiver NETLINK HTB-iiooS.

FIGURE 7.4: NETLINK HTB-1100 S

f/ Les connecteurs

Le NETLINK HTB-1100S possède des ports SC. Cela nécessite donc des connecteurs à encliquetage SC.

 

FIGURE 7.5 : connecteur SC

VII.2/ Constituants des liaisons RNIS

Choix des modems ISDN

Nous aurons besoin d'un modem pour chaque site. Nous avons simplement à décider si nous voulons une option interne ou externe. Les routeurs Cisco 1700 dont nous disposons peuvent encore recevoir un module chacun ; il est donc possible d'y intégrer une carte supplémentaire. Nous opterons donc pour l'option interne.

Il existe deux (2) types de cartes ISDN distincts par leur port : l'interface PRI et l'interface BRI.

ü BRI (Base Rate Interface) est l'interface à un accès T0 (2B+D)

ü PRI (Primary Rate Interface) est l'interface à un accès T2 (30B+D)

Parce que nous aurons besoin d'un accès T0, nous choisirons des cartes possédant une interface BRI. Ainsi sur la liaison RNIS nous pourrons bénéficier d'un débit de 128 Kbps. Nous pouvons remarquer que le débit n'est pas très élevé, mais rappelons cependant qu'il ne s'agit que d'une liaison backup.

La photo suivante montre la carte que nous choisirons. Elle est spécifiquement appropriée aux routeurs Cisco. L'annexe 7 (page 81) donne quelques détails supplémentaires sur cette carte.

FIGURE 7.6 : Modem BRI ISDN

Routeurs ISDN (niveau opérateur télécoms)

Les noeuds du réseau RNIS (niveau opérateur) sont constitués de routeurs ISDN. Ce sont ces routeurs qui gèrent le lien entre des réseaux locaux distants : Leurs principales fonctions dans le réseau ISDN :

> Agrégation de canaux B : par exemple si l'on arrive à 80% de la bande passante du 1er canal pendant une certaine période alors on lève le second et on le ferme si l'on descend en dessous d'un certain seuil pendant une période définie.

> Backup : en secours d'une liaison spécialisée.

> Switch Over: toujours dans le cas d'une LS, on lève le lien RNIS si la bande passante de la LS est saturée.

REa~itre VIII MISE EN OEUVRE

VIII.1/ Migration FTP vers F.0

Il s'agit ici de la nouvelle interconnexion par fibre optique du site constitué par les 10, 11 et 12e étage de la tour B.

Sur la figure ci-après nous voulons en premier lieu mettre l'accent sur les types de ports utilisés tant au niveau des routeurs qu'au niveau des transceivers. Ensuite nous voulons aussi faire remarquer les types de routeurs et de switch intervenant dans cette interconnexion.

FIGURE 8.1: Svnontique de la connexion par fibre ontique entre le 11e et 2e étage

62

VIII.2/ MIGRATI0N IP-MPLS VERS F.0

La liaison IP-MPLS connectant l'ACCT au site central ne sera pas carrément supprimée. Elle servira de liaison backup à la nouvelle connexion par fibre optique qui sera la principale (voir figure suivante). En cas de panne sur la liaison optique, il suffira de connecter le câble série reliant le modem VPNLL au routeur central pour basculer au IP-MPLS.

Notons que le routeur ACCT aurait très bien pu se trouver dans le coffret informatique se trouvant à l'ACCT. Mais pour des raisons de sécurité nous préférons qu'il soit dans la salle-serveur du site central.

La figure suivante montre très explicitement cette configuration.

Modem VPNLL

Opérateur
Télécom

ACCT

FIGURE 8.2 : Configuration de l'interconnexion de l'ACCT et du 11e étage au site central

Transceiver
NETLINK

FO

IP-MPLS

Transceiver
NETLINK

Routeur
11e étage

Modem VPNLL

Routeur
ACCT

Transceiver
SURECOM

Cité Financière
Tour B 11e étage

Routeur central
2e étage

Transceiver
SURECOM

FO

Cité Financière
Tour B 2e étage

VIII.3/ AJOUT DE LIAISONS BACKUP RNIS

L'implémentation de la liaison RNIS dépend principalement de l'opérateur télécoms. Les techniciens de la DGTCP devront ajouter aux routeurs concernés la carte modem ISDN. Ensuite il suffira de faire l'abonnement pour l'accès To et l'opérateur se charge d'établir la connexion.

Carte modem ISDN Intégré au routeur

Routeur distant cisco 1700

Port

éthernet

Modem

J2

Modem

Port série

J2

Routeur central
Abidjan

Commutateur ISDN

Carte modem ISDN Intégré au routeur

FIGURE 8.3: Liaison RNIS en backup à une liaison spécialisée

Cha~itre IX RECOMMANDATIONS ET E~AUTATION

IX.11 Recommandations

> Il convient de réorganiser tous les coffrets de brassage désordonnés et procéder à l'étiquetage des rocades. Avec cette mesure les interventions de maintenance seront beaucoup plus efficaces.

> Il faudra assurer le bon conditionnement des câbles réseau tirés en les protégeant avec des moulures et en les éloignant aussi des câbles à fort courant. Ce qui permettra de réduire considérablement le phénomène de diaphonie.

> Le serveur DHCP a beaucoup plus d'hôtes à charge qu'il n'a d'adresses disponibles. Ce qui entraîne un conflit d'adresse.

Il serait bon d'isoler la banque du Trésor. Celle-ci constituera désormais un autre sous-réseau et pourrait ne plus nécessiter le service DHCP. Avec en moins les machines de la Banque, le nombre de client du DHCP est réduit.

> Les serveurs fonctionnent presque tous sous Windows NT4. Pourtant il est impératif aujourd'hui de migrer vers des versions plus récentes de système d'exploitation. Windows 2003 (ou 2008) Serveur serait une solution ou encore les solutions UNIX. En effet, depuis le 31 Décembre 2004, Microsoft n'assure plus l'assistance technique pour Windows NT4. L'éditeur ne développe plus de Patch de sécurité ou de mises à jour.

> Certains logiciels qu'utilisent les agents sont une cause de lenteur des machines ou même du réseau. Il s'agit d'Emule, Linewine, Beachare et Webshot. Il faudra les désinstaller.

> Il serait bon d'utiliser des groupes électrogènes dans les Trésoreries de l'intérieur du pays. En effet lorsqu'un site se trouve privé de l'électricité

commune de la CIE (Compagnie Ivoirienne d'Electricité) toutes les activités s'y trouvent interrompues.

> Il est aussi utile de former les agents de la DGTCP car ils n'ont pas conscience que certaines attitudes habituelles de leur part peuvent être au détriment de la qualité de notre réseau. D'où la nécessité de la sensibilisation. Voici les points sur lesquels il faudra insister :

- Utiliser les poubelles et ne pas laisser traîner les emballages ou tout

autre type de saletés surtout la nuit afin de ne pas attirer les rongeurs.

- Ne pas surcharger le disque dur pour qu'il y ait suffisamment d'espace pour le fichier d'échange.

- Eviter d'exécuter de multiples tâches à la fois sinon elles seront toutes ralenties.

-Eviter de faire du tuning encombrant.

-Scanner les disques amovibles avant de les ouvrir. Car même si l'antivirus n'arrive pas à détruire le virus, il arrive parfois qu'il détecte et avertit d'une possible infection virale.

IX.2/ Evaluation

Les propositions que nous avons faites sont très distinctes. C'est-à-dire que chacune d'elles peut être réalisée indépendamment des autres. En effet, quelque soit la ou les solutions qui seront retenues, le réseau se verra amélioré. Nous mettrons donc particulièrement l'accent sur le coût de chacune des solutions en donnons tout de même le coût global de l'ensemble.

Pour les fibres optiques, nous pourrons donner le coût total de leur installation. En ce qui concerne les liaisons spécialisées nous donnerons le coût de location d'une en le multipliant par le nombre de sites où il faudra les utiliser. Quant au RNIS, le coût d'installation d'une liaison sera donné ; il faudra ensuite payer la facture qui sera fonction de la consommation.

Installation des Fibres

P.U (FCFA)

Quantité

Montant (FCFA)

3500 le mètre

46 mètres

161.000

3200 le mètre

87 mètres

278.400

180.000

2

360.000

195.000

2

390.000

25.000

2 paires

50.000

51.000

2 paires

102.000

TOTAL

1.341.400 FCFA

Fibre optique multimode Fibre optique monomode

Transceiver NETLINK HTB- 1100 S

Transceiver SURECOM Jarretière à connecteurs SC

Jarretière à connecteurs ST

NB : Mentionnons que ce montant ne tient pas compte de la main d'oeuvre, ni des frais de dossiers à concevoir.

v Liaisons spécialisées

Location de la liaison (128 Kbps) : 398.000 FCFA par mois pour un site. Trois (3) sites étant concernés par cette mesure, cela revient à 398.000 * 3 ; soit 1.194.000 FCFA par mois pour l'ensemble des trois (3) sites.

v Liaison RNIS pour un site

La facture à payer est fonction du temps d'occupation de la liaison.

Pour chaque site dont le siège central, il faudra un accès T0 et une carte ISDN. Abonnement Accès de base (T0): 300.000 FCFA

Carte Modem ISDN BRI: 83.500 FCFA

Soit 383.500 FCFA pour chaque site nécessitant le RNIS

Conclusion

Au terme de notre étude, nous pouvons noter que plusieurs modifications ont été opérées dans le but d'obtenir plus de rapidité dans la circulation des données tout en veillant à ne pas baisser le niveau de sécurité.

En effet, pour certains sites nous avons remplacé le IP-MPLS et la paire torsadée par différents types de fibre optique. Des liaisons spécialisées d'un débit plus important ont été allouées à quelques sites de l'intérieur. Quant aux banques, des liaisons backup ont été ajoutées aux connexions existantes.

Après appréciation des responsables de la Direction Informatique quelques solutions ont été adoptées et les autres sont encore en phase d'étude. Cependant, il ne sera pas surprenant si l'on se retrouve confronté à certains paramètres pratiques que nous n'aurons pas prévus. Il faudra alors entreprendre les rectifications qui seront nécessaires. Mais cela ne change rien à la crédibilité des résultats que nous avons fournis.

Ce stage nous a été très enrichissant. En effet il nous a permis d'avoir une bonne maîtrise d'un grand nombre de technologies dont nous ignorions certaines vertus. Aussi, nous avons découvert le travail d'entreprise avec toute la pression, la rigueur et l'organisation qu'il exige.

Nous souhaiterions vivement participer à toute la phase de mise en oeuvre afin de pouvoir nous perfectionner davantage et apporter notre expérience acquise à la DGTCP.

Glossaire

IOS : Internetworking Operating System (Systeme d'exploitation pour réseaux interconnectés)

OSI : Open Systems Interconnection (Interconnexion des systèmes ouverts) IEEE: Institute of Electrical and Electronics Engineers (Organisation d'ingénieurs électroniciens et informaticiens)

HDLC : High-Level Data Link Control

PPP: point-to-point protocol (protocole point à point)

RIP : Routing Information Protocol (protocole d'information de routage) IGRP : Interior Gateway Routing

MAC : Media Access Control (Contrôle d'accès au média)

RJ45 : Registered Jack 45

MAU : Multistation Access Unit (Unité d'accès à plusieurs stations) VSAT : Very Small Aperture Terminal

IP/MPLS: Internet Protocol/ MultiProtocol Label Switching

LED: Light-Emitting Diode (Diode Electro-luminescente)

UIT : Union internationale des télécommunications

ISDN : Integrated Services Digital Network (Réseau numérique à intégration de service

ATM : Asynchronous Transfer Mode (Mode de transfert asynchrone) PABX: Private Automatic Branch eXchange (Autocommutateur privé) ATCI: Agence des Télécommunications de Côte d'Ivoire

dB : Décibel

Bibliographie

- Claude Servin Réseau et Télécoms

- Pujolle Les réseaux Edition 2003

- Philippe Mathon Implémentation d'une infrastructure réseau

WEBOGRAPHIE

- http :// www.gtrgrenoble .fr/projets/2oo5/mpls/principe.html

- http :// www.citelecom.ci/index business .php?parcours=reseau internet

- http :// www.indexel.net/doc.jsp?fid=3&sfid=15&docid=1945

- http :// fr.wikipedia.org/wiki/routg e

- http://fr alaide.com/

-forums .futura-sciences .com/posti5m694.html

- http://www.lapinbleu.ch/reseau/ethernet

- http://labolycee.org/labotp/TPMPI/o8MPI/TP o8 Les%2 °capteurs

- http :// tourainenumerique.idate .fr/pdf/fh.pdf

- www.mauriennix.net/wiki/index.php?title=Fibre optique - 24k

- http ://lets .africa-web.org/Publi/Memoires/

- http ://fr. computers .toshiba-- europe.com/Contents/Toshibajr/FR/WHITEPAPER/files/whitepaper o3 o4 1 2 adsl.pdf

- http :// www.tech-faq.com/lang/fr/isdn.shtml

- http://www.syscope.net/elec/B33.pdf

- http://home.scarlet.be/--tsao9185/les cables/fibre optique/

- http :// www.flukenetworks.com/fnet/fr----

fr/products/0ptiFiber+Certifying +0TDR/Features/Multimode+Fiber+Mandr els .htm

- www.aviso.ci

- www.citelecom.ci

- web-di (site intranet du Trésor Public)

- www.tresor.gouv.ci

ANNEXES

Annexe 1: Organigramme de la DGTCP

Source : web-di

Définition des différentes abréviations de l'organigramme de la DGTCP

DG

Direction Générale

DGA

Directeur Général Adjoint

CCE

Coordonateur de la Cellule d'Etudes

DFDC

Direction de la formation, de Documentation et de la Communication

DI

Direction de l'Information

CRCP

Comité de Reforme de la Comptabilité Publique

DPM

Direction du personnel et matériel

IGT

Inspection Générale du Trésor

DIF

Direction des Institutions des Finances

DA

Direction des Assurances

DDP

Direction de la Dette Publique

DCPR

Direction de la Comptabilité Parapublique Réglementation

AJT

Agence Judicaire du Trésor

S/D Fin Ext

Sous Direction des Finances Extérieures

S/D R.C.S

Sous Direction de la Règlementation de la Comptabilité et des Statistiques

CTCSCI

Comité Technique de Coordination Statistique et de

Contrôle Interne

S/D C.C.EPN

Sous-Direction du Contrôle Comptable des Etablissement Publics Nationaux

S/D C.E.J

Sous-Direction du Conseil et des Etudes Juridiques

S/D I.M.E.C

Sous-Direction des Institutions Mutualistes d'Epargne et de Crédit

S/D A.C.S.A

Sous-Direction des Agréments et du Contrôle des Sociétés d'Assurances

S/D Mob. Ep

Sous-Direction de la Mobilisation et de l'Epargne

S/D C.C.C.I

Sous-Direction du Contrôle Comptable des Collectivités Locales

S/D O.B.

Sous-Direction des Opérations Boursières

S/D A.M.B.

Sous-Direction des Affaires Monétaires et Bancaires

S/D A.J.

Sous-Direction des Affaires Juridiques

S/D T.A.E.

Sous-Direction de la Trésorerie et des Affaires Financières

ACCT

Agence Comptable Centrale du Trésor

RGF

Recette Général des Finances

PGT

Paierie Générale du Trésor

TGE

Trésorerie Générale des Finances

ACDP

Agence Comptable de la Dette Publique

ACCC

Agence Comptable des Créances Contentieuses

ACCD

Agence Comptable Centrale des Dépôts

 
 

Annexe 2 : Organigramme partiel de la Direction de

l'Informatique

Direction de l'Informatique

Service
Maintenance

Service
Support
Utilisateurs

Service Réseau

Service High-
tech

Sous-direction des
Applications Spécifiques
et de la Formation

Sous-direction
Réseau et Support
Utilisateurs

Sous-direction
Production

Sous-direction des
Applications de la
Comptabilité Générale

Annexe 3 : Fiche d'intervention DIRECTION INFORMATIQUE

Sous-Direction Réseau & Support Utilisateurs

FICHE D'INTERVENTION

Fiche n°.....

Service Utilisateur (Date, Nom et Signature)

DESCRIPTION DU PROBLEME PAR L'UTILISATEUR

IDENTIFICATION DU MATERIEL

Type de matériel :

Nom d'Hôte :

Système d'exploitation :

LOCALISATION DU MATERIEL

Etage :

Bureau :

Service :

TRAVAUX EFFECTUES & OBSERVATIONS Début de l'intervention :

DHCP : Oui Non IP Adresse Service Réseau

(Date, Nom et Signature)

Fin de l'intervention :

Service Utilisateur (Date, Nom et Signature)

AVIS FINAL DE L'UTILISATEUR

Annexe 4 : Tableau de bord de surveillance du réseau WAN

de la DGTCP

Annexe 5 : Les routeurs existants dans le réseau du

Face avant

Face arrière

Routeur Cisco 3800

Routeur Cisco 1700

Face arrière Face avant

79

Face avant

Face arrière

Routeur Cisco 3600

Trésor

Annexe 6 : Les switches existants dans le réseau du

Trésor

 
 
 

Switch Cisco catalyst 2950 24 ports

 

Switch Cisco catalyst 2950 48 ports

 
 
 

Switch Cisco catalyst 3550 24 ports

 

Switch Cisco catalyst 3550 48 ports

Annexe 7 : Fibre optique et Carte BRI ISDN

fibres (coeur)

gaine optique

revêtement

armature

gaine extérieure

Coupe d'un câble à fibres optiques

 

Fabricant : Cisco

Gamme : Options Cisco

Catégorie : Modules & options réseaux Réf. interne : 2026819

Réf. fab. : WIC-1B-S/T-V3=

Ligne Produit : N/A

Prix : 83.500 FCFA

Carte BRI ISDN

Annexe 8 : Caractéristiques générales du transceiver
surecom

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES du Transceiver SURECOM

Description du produit

Surecom EP-202X-T-30 - convertisseur de support

Type de périphérique

Convertisseur de support

Type de châssis

Externe

Dimensions (LxPxH)

10 cm x 7.5 cm x 2.5 cm

Type de câblage

10Base-T, 100Base-FX, 100Base-TX

Débit de transfert de données

100 Mbits/s

Longueur d'onde lumineuse

1300 nm

Protocole de liaison de données

Ethernet, Fast Ethernet

Distance de transfert maxi

30 km

Caractéristiques

Contrôle du flux, auto-négociation, Auto Uplink, mode semiduplex, mode duplex intégral

Conformité aux normes

IEEE 802.3, IEEE 802.3U, IEEE 802.3x , CE, FCC

Annexe 9 : Cahier des charges

L'étude de ce thème consistera à :

n Connaître les supports de transmission télécoms du Trésor et leur fonctionnement.

n Découvrir les technologies de transmission télécoms disponibles en Côte d'Ivoire et utilisables par le Trésor.

n Apporter des modifications en vue d'une transmission de données plus rapide avec un coût relativement faible.

n Veiller à ne pas baisser le niveau de sécurité

Directeur du stage